Archive for the ‘reading is sexy’ Category

Qui est le plus obsédé par les graines?

mai 21, 2016

pin up pénis

La vérité: j’aime mieux les pénis bandés que mous. Mais la taille, c’est pas trop dérangeant, pour ma chatte, en tout cas. Je serais triste avec un mec qui a deux centimètres de graine, mais je n’ai vu ça qu’une fois sur mille mecs, alors ce n’est pas effrayant.

Ma chronique la plus récente sur Canoë explore cette obsession sur la taille des bites. Entre les femmes et les hommes, qui est le plus maniaque de la règle à mesurer?

Extrait: “Amélie soulève que son mari a des réactions semblables. «Je coupais des courgettes, des concombres et des carottes. Mon mari s’est approché et il a passé un commentaire comme quoi il avait du chemin à faire avant d’avoir un sexe aussi gros que ces légumes. Quand j’ai rétorqué que son pénis était déjà plus gros, il ne m’a pas crue. Il a sorti son membre pour comparer, et même au repos, il était plus impressionnant que tous les légumes. Il en était bouche bée.»”

La photo surplombant ma chronique a reçu des commentaires hilarants. Thanks guys de me lire et de me faire rire.

Pénis parfait

cheveux de Justin Trudeau

cheveux de Justin Trudeau bis.jpg

En extra: un article qui soulève à quel point les blagues sur les petites queues, c’est stupide, et anti-féministe.

En extra: un chat avec un pénis sur la face. 

chat pénis

J’ai plus peur de m’ennuyer que d’être une salope

mai 14, 2016

les salopes ne s'ennuient pas

Les hommes me manquent.

Je ne m’imagine pas assise en cow-girl sur tous les mecs que je croise, mais ça me manque, de rire trop fort, de vouloir être celle qui est remarquée, d’être celle qui est la salope, parce que ce n’est pas un rôle qui me fait peur, j’ai beaucoup plus peur de m’ennuyer que d’être une salope.

Un ami a déjà cru que j’étais comme le personnage d’American Beauty, que j’étais vierge et que je parlais beaucoup de cul, parce que c’était comme ça, je venais de Repentigny, j’étais pâle, je portais beaucoup de noir mais très peu de culottes, je devais m’inventer. Mais je n’ai jamais été trop bonne pour inventer quoi que ce soit, ni pour être vierge.

Les hommes je les aime trop pour ne pas m’en approcher trop et je les aime de toutes les façons. Un ami m’a dit avoir aimé la lecture de ma plus récente chronique sur Canoë, parce qu’il ne savait pas que je pensais ou remarquais ces choses, que j’aimais les hommes pour des détails, pour une histoire de grand-mère institutrice ou des cuisses jamais caressées, offertes mais jamais caressées.

J’aime les hommes comme des pansements.

Envie de lire une autre de mes chroniques ? Sur les pénis qui ne lèvent pas ou les ruptures qui se concrétisent avec une dernière baise ?

Bonne lecture et bon weekend y’all !

Avertissement: pénis très visibles

avril 25, 2016

critique 2

Ma meilleure amie exilée aux États-Unis et bientôt en Suisse m’a fait connaitre l’émission Like-moi. J’étais trop addict à Netflix et à l’autobiographie The Glass Castle (une enfant de trois ans qui se brûle en se faisant un hot-dog ! un père brillant, qui tente des expériences dans le désert et vole les bandes dessinées de son fils pour les donner à des putes ! une mère qui habite dans la rue mais qui veut en cadeau un traitement à l’électrolyse !) pour découvrir quoi que ce soit d’autre.

like-moi! jeune femme en danger

Dans un épisode de Like-moi, il y a un chouette sketch sur la rencontre amoureuse, qui consisterait essentiellement qu’à l’envoi d’une photo de pénis. J’ai bien ri.

critique 3

La journée même où je visionnais cet épisode, ma chronique Canoë sur les photos de pénis, souvent non sollicitées, était mise en ligne.

Extrait : « Rappelez-vous ce conseil que Simone Fiasco donne aux femmes qui reçoivent des photos qui les troublent: «Un gars t’envoie une photo non sollicitée de son pénis… envoie-lui donc une photo d’un pénis que tu juges plus beau et plus photogénique.» »

Bonne lecture ! (Et have fun en regardant toutes les photos soumises à Madeleine Holden, la critique géniale de photos de pénis de Critique My Dick.)

critique 5

critique 4

 

 

Parce qu’il n’y a pas que les sucettes qui se lèchent

avril 18, 2016

poignée de porte 4

Moi quand je bois trop, je suis souvent très enthousiaste et je parle avec joie de mes joues rouges, des coutures de ma petite culotte honteusement imprimées dans ma peau, de tout ce que j’aime comme late night snack (purée d’aubergines et poivrons rouges, foutre, croustilles Yum Yum au barbecue).

Certaines personnes sont plus originales que moi : elles parlent des filles qui lèchent des poignées de porte. Et ça devient viral, comme idée.

À lire : l’histoire des artistes Azuma et Ehara qui ont créé une superbe collection d’images de filles qui lèchent des poignées de porte.

Extrait : « A doorknob is not necessarily a sexual object. Its purpose is to open doors. Licking is not only a sexual act. Its purpose is to taste. The juxtaposition comes across as titillation and provocative, designed to elicit a response. The photos might look submissive, or exploitive, but they confront the viewer, asking the question, « What do you see? » The pictures can dominate and even exploit the viewer’s notions of foreplay. »

poignée de porte

poignée de porte 2

Tout ira bien

avril 18, 2016

tout ira bien

J’ai trouvé cette phrase dans un biscuit chinois. D’habitude je donne toutes les bonnes fortunes à ma fille, et elle les range dans une boite qui contenait il y a longtemps de petits chocolats.

Mais j’ai gardé cette forture, toute simple, comme si c’était une phrase talisman.

Des suggestions si votre lundi et le soleil qui joue à cache-cache vous chagrinent:

1. Partagez un drink à deux.

drink à deux

2. Allez visiter des églises. Regardez les gens qui y semblent tout de suite plus graves et gentils que ceux croisés à l’épicerie. Priez ou pensez à tout ce qui vous plaira. Le temps s’arrête dans les églises.

église portugaise

3. Lisez un livre surprenant. Elle était si jolie, de Pierre Szalowski, distrayant même lorsqu’il bouleverse.

livre elle etait si jolie

La nudité soumise à rien d’autre qu’à son envie d’être nue

mars 19, 2016

selfie hiii

Ma chronique Canoë est sur la tendance à juger les femmes qui offrent leur nudité pour rien, parce qu’elles le veulent, sans qu’une agence publicitaire ou un producteur de porno leur demande.

Extrait de Nudité Menaçante : « Le corps des femmes, lorsqu’il est consommé dans la pornographie ou la publicité, est accepté. Montrer son corps, toutefois, peu importe la raison, que ce soit vraiment parce que Kim Kardashian n’avait rien à se mettre ou parce qu’il est plaisant de voir ma frange de Bettie Page imprimée sur des pages lustrées, est inacceptable et dangereux pour la jeunesse d’aujourd’hui et pour l’avenir de la planète et du Manoir Coors Light. »

Bonne lecture et bon weekend y’all !

Fellation, prénom de chat et tromperie

mars 3, 2016

portrait

Je suis chez mes beaux-parents et ça c’est l’image qui orne le mur à côté duquel je tente de dormir sans m’imaginer être observée par un pervers.

Je suis chez mes beaux-parents et je pense aux moments marquants de ma relation avec mon mec. Fellation, prénom de chat et tromperie. À lire sur Canoë.

Extrait : « Ça m’a donné un coup parce que je l’aimais encore, et quand je l’ai entraîné aux toilettes pour le sucer, c’était pour lui dire pardon et lui dire que je le désirais encore, en moi et dans ma vie. »

J’aime lire quand je suis déjà toute mouillée

février 5, 2016

travaux manuels 2

Dans mon bain, je lis tout, sauf les livres qu’on me prête parce que j’aurais trop peur de les échapper et de devoir repasser chaque page avant de les redonner.

Cette semaine, mon compagnon de mal de tête (mes enfants imitent dix heures pas jour des lions qui se font dévorer par d’autres lions) et de mouille est Travaux manuels, un recueil de nouvelles érotiques dirigé par Stéphane Dompierre.

Des nouvelles qui se lisent pour le plaisir, pas juste pour se crosser, originales et touchantes parfois, really.

Sarah-Maude Beauchesne parle de belles filles dans un maillot de bain un peu trop serré qui squeeze la bédaine à cause des pintes de fin de semaine. Simon Boulerice, d’un déhanchement gentiment pornographique. Mathieu Handfield, d’un homme-lézard en train de sucer son propre pénis. Maxime-Olivier Moutier, d’une fille qui accepte de se faire tatouer le clitoris pour un mec sensible au fait que je parle beaucoup, que je ne boude pas et que je me fasse des chignons.

travaux manuels 1

Gosh, je ne me ferai jamais tatouer pour un mec, moi, sauf si c’est pour faire semblant d’être mariée. Je suis une cochonne avec des rêves très conformistes, même en pleine lecture de nouvelles érotiques.

La beauté et les angoisses de la nuit

décembre 1, 2015

nelly

Je ne sais pas si c’est parce que je lis Je veux une maison faite de sorties de secours, un livre de réflexions sur la vie et l’oeuvre de Nelly Arcan, mais hier j’ai rêvé que mon mec me caressait doucement. J’étais couchée, de côté, nue, et il caressait mon corps, comme si j’étais blessée, et il me répétait tu es belle, je te trouve tellement belle, il ne cessait de me le répéter.

Comme Adam qui découvre la chatte d’Ève

novembre 24, 2015

reading is sexy 4

Bad Sex in Fiction Award, c’est le genre de concours que j’aime bien suivre chaque année.

Créé en 1993 pour pointer des descriptions sexuelles mal écrites dans un livre qui n’a pas tant de défauts sauf du sexe redondant ou ennuyant ou juste arke. Le gagnant sera annoncé le premier décembre. Un trophée pour la pire scène de cul, wouhou.

Je ne trouve pas toujours les scènes choisies si horrifiantes. Genre, parfois, c’est vrai que le sexe c’est drôle/les pénis ont des formes bizarres/le sperme gicle sur les murs de la cuisine.

reading is sexy

Voici les scènes des finalistes qui m’ont plus perturbée pour la sélection 2015 du Bad Sex in Fiction Award :

Against Nature (Tomas Espedal)

« She kisses his face and licks it. She bites his lip. She bites his cheek. She pants in his ear, shouts his name in his ear, she whips his face with her hair. She stops his mouth hard with her hand and takes his breath away. She rides above him the way she’d imagined that one day she’d ride a boy, a man, a beast; she grasps his long hair with both her hands and rides him as if he were a horse… »

Fear of Dying (Erica Jong)

« I slip into bed, amazed that Asher is making the first move — which is unusual for him.

While I lie next to him, astounded by his presence still, he opens my silk robe and touches my cunt as if he were Adam just discovering Eve’s pussy.

‘Beautiful,’ he says. »

List of the Lost (Morrissey)

« At this, Eliza and Ezra rolled together into the one giggling snowball of full-figured copulation, screaming and shouting as they playfully bit and pulled at each other in a dangerous and clamorous rollercoaster coil of sexually violent rotation with Eliza’s breasts barrel-rolled across Ezra’s howling mouth and the pained frenzy of his bulbous salutation extenuating his excitement as it whacked and smacked its way into every muscle of Eliza’s body except for the otherwise central zone. »

reading is sexy 3

À suivre, pour le dévoilement du gagnant qui ne devrait jamais comparer des baises à des grosses boules de neige ricaneuses.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 209 autres abonnés