Archive for the ‘copines extras’ Category

Avec ou sans lubrifiant

octobre 11, 2019

DSC_3604

photo par Myriam Lafrenière

Une amie m’a m’a remerciée cette semaine de fister son esprit. Et le mec qui a la plus belle chienne du quartier en a rajouté:  » Tu golden shower mes journées grises avec tes articles. » 

Je suis choyée.

Popcorn et vodka soda

octobre 7, 2019

Parfois je parle et je n’écris pas. Ça donne les meilleures soirées. C’était une joie que d’accompagner la journaliste Natalia Wysocka à la première de Hustlers il y a quelques semaines, en compagnie de copines.

Ce que j’aime de cette journaliste de La Presse : quand elle écrit elle ne passe pas son temps à décrire physiquement les personnes qu’elle interview. Personne ne peut deviner le décolleté d’une auteure ou la couleur du rouge sur les lèvres d’une chanteuse sous sa plume. Elle cite. Il n’y a pas de regard ou d’emprise pornifiante sous ses mots et c’est rare que ça arrive. Ce n’est pas grave que ce soit indiqué que je suis peu maquillée ou que mes lèvres sont rouges et que mon chandail est gris et en lainage. Ce n’est pas grave mais ça détourne le propos, que de décrire, ça corrompt la réception de toute œuvre ou opinion.

Enfin bref, Wysocka ne fait pas ça, alors vous ne pouvez même pas deviner à quoi ressemblaient mes copines travailleuses du sexe qui m’ont permis, après le film, de tenter de nouveaux mouvements de stripper, assise sur elles. Nous étions glorieuses en tout cas.

Extraits de l’article : « C’est d’ailleurs l’un des points principaux du film : la solidarité. Que l’on sent émaner du groupe qui nous entoure. De façon nettement moins romancée qu’à l’écran. Là où l’on voit toutes les femmes, dansant autour de l’arbre de Noël, s’offrant des Louboutin, blaguant avec la grand-mère de l’une, haha, vous êtes une coquine, vous aussi, mamie. « Cette scène m’a presque fait pleurer, s’émeut Mélodie. Je trouvais ça trop adorable ! » Désolée, tranche Morgane, mais « ça, c’est fucking pas vrai ». « Ce n’est pas comme ça que ça se passe dans les clubs ! On se fait une, deux amies, mais la dynamique est complètement différente. » Dans les mots d’Alice : « Ce n’est pas une équipe de hockey. »

À lire aussi: un article du site Tits & Sass sur Hustlers

Je ne sais même plus il y a combien de calories dans une pomme verte mais oh well

avril 28, 2019

J’ai envie d’écrire de la poésie de bimbo, de la poésie sur mes copines, sur les filles avec qui je dansais et pleurais à six heures du matin, j’ai envie d’écrire des vers sur mes seins et mes talons qui cassent, sur les doormen qui étaient gentils mais qui devaient m’en vouloir de tomber partout, j’ai envie d’écrire sur les copines que j’ai perdues, sur celles qui sont là, sur celles que je retrouve, pour une prochaine margarita, cette année il n’y a rien que je ne chérisse plus que la loyauté de mes amies, il n’y a rien de plus fort que ces filles qui m’ont entendue dire les pires conneries, les filles qui ne m’en veulent pas trop, les filles qui m’en veulent mais qui m’aiment, les filles qui sont toujours plus belles que moi et que j’adore pour ça, pour ce qu’elles donnent vie autour de moi, en espérant que je sois capable de leur donner un peu plus que du café et des cris d’actrice de film d’horreur.

J’étais hyper heureuse quand la revue Saturne a choisi un de mes poèmes pour leur cycle de risques. Cette revue offre de quoi de nouveau et d’excitant. Découvrez-la.

La nouvelle maison de Julie Artacho attend vos souvenirs

avril 26, 2019

Juste avant le Nouvel An, Julie Artacho – une personne extraordinaire et pas juste grâce à ses chats, qui sont les plus joliment weird du monde parce qu’ils se prélassent dans une litière comme moi si j’avais l’occasion de sauter dans un lit à baldaquin ayant appartenu à Joséphine Bonaparte – m’a photographiée. C’était pour un projet qu’elle avait nommé Pour un 2019 dans la bienveillance. J’y étais en compagnie de femmes admirables : Marilou Craft, Myriam Daigneault-Roy, Théo Dupuis-Carbonneau et Catherine Éthier.

Je n’ai pas encore réussi à agir avec autant de bienveillance que je voudrais. J’ai un début d’année étrange, très cocon, à veiller sur les miens, à m’emporter parfois et même si je crois que la colère doit être reconnue et pas policée, je crains que la mienne m’éloigne parfois des autres et de moi. J’ai commencé à donner mon attention aux personnes que j’aime. À prendre un café avec une amie que je n’avais pas vue depuis longtemps. À jouer aux cartes avec mes parents. À faire des bricolages vraiment laids avec mes enfants. À jouer dans le sable et à la tag. À sentir les clémentines des marchés extérieurs avant de les déchiqueter avec mes dents.

Je suis en colère et lasse du poids de cette colère et je veux vraiment ça, du doux et de la bienveillance. Je veux pouvoir être en colère et la nommer mais aussi ne pas en être épuisée.

Julie Artacho a récemment ouvert un nouveau studio, la Maison Gisèle. En l’honneur de sa maman. Ça fait vingt ans qu’elle est morte. Et qu’elle existe, dans des souvenirs aléatoires. Pour elle, Julie Artacho continue d’exaucer le souhait ultime de sa maman : « Réalise tes rêves, aie confiance en la vie. »

View this post on Instagram

🥐☕️🍵🥛🍷🍾🍫🥠

A post shared by GISÈLE (@maisongisele) on

S’attendre à ce que des monstres soient moins effrayants que la chair froissée par presque rien

avril 9, 2019

Shot with NOMO INS W.

Aimée n’aime pas la crème glacée mais elle aime les baleines et changer de couleur de cheveux.

Ce n’est pas suffisant pour dire qui est Aimée, mais c’est le genre de trucs essentiels à noter sur Aimée. C’est aussi ma seule amie de l’université. À l’époque, je portais des nuisettes de chez Urban Outfitters et je lisais déjà ses textes et je dansais avec elle, et danser, c’était très particulier, pour une fille comme moi dont le corps était à moitié à moi et à moitié à un rêve.

J’étais escorte et payée pour être touchée, mais dans les cours de danse tout le monde pouvait me toucher et ce rapport me perturbait. Ça reste, encore, les premières mains, sur moi, dès le premier cours, un souvenir de défi et de douleurs. C’était facile, me déshabiller au vestiaire, écouter les autres filles qui vantaient ma maigreur tout en trouvant désolant mon manque de grâce. J’aurais dû bien danser, avec mes jambes et mes bras et mes seins inexistants. Je n’existais presque pas, je découpais mes jupes en jeans et je mettais des push-up bras et je tombais mieux en talons hauts que je ne dansais. Ce que je faisais de pire – tenter d’apprendre à danser – n’était heureusement pas une activité solitaire.

J’étais avec Aimée.

 

Aimée n’aime pas la crème glacée et je le sais seulement depuis que je lui ai envoyé un sticker de crème glacée sur Facebook. Aimée écrit aussi des livres pour enfants. Aimée écrit pour tout le monde, pour les filles dont les souvenirs sont brûlés vif, pour les filles qui sont trop pleines de vide, elle écrit pour moi et pour les autres, et quand je la lis, je la découvre chaque fois.

C’est comme un coup. Imprévisible. Je la connais, elle me dit ce qu’elle veut, ce qu’elle ne veut plus, ce qui la rend triste ou fière, devant un plat chez Pacini – Aimée aime aller chez Pacini comme moi, merci Aimée de combler cette envie de bar à pains et de pizza aux crevettes trop cuites – mais quand je la lis, c’est différent. Je prends ses mots en plein cœur, sans l’interrompre, sans l’empêcher de tout dire, il n’y a plus mes histoires, il n’y a plus nos téléphones qui font des bruits de cristal au moindre texto.

Elle vient de publier Monstres Marins et c’est encore plein de coups que je prends direct au coeur. Des coups et des envies de câlins.

 

 

 

Quand je lis quelqu’un, je continue de parler de moi et d’écrire sur moi, et c’est une habitude horrifiante, se sentir concernée par tout et assez intéressante pour répéter inlassablement ce que je suis. En lisant Aimée, pourtant, ça ne me semble pas si mal, ça me permet de créer un lien, entre elle et moi, entre celle qui « revendique mon [son] eyeliner de pétrole » et n’importe qui pouvant s’imaginer comme « une pierre aux facettes beurrées, un vernis écaillé, des morceaux de Rubik’s éparpillés, une veine qui ressort sur le dos de ta main. »

Shot with NOMO INS W.

Aimée et moi nous nous connaissons depuis des années, depuis la danse, les cheveux rouges, les chats disparus, les clubs vidéo. Nous avons eu le temps de faire des milliers de vœux. Je ne me souviens plus si elle voulait vraiment un fils qui s’appelle Bowie, mais elle voulait un fils, ou une fille, elle voulait autre chose que « le raz-de-marée de ce qui n’a jamais vu le jour. »

 

 

Elle « ne me [se] coupe plus, mais du sang s’échappe derrière moi [elle]. » Il y a l’attente, dans ce recueil, l’attente de l’autre, la continuité de serments qui ne seraient pas que des serments, qui iraient contre la perte ou contre ce qui n’a pas existé, ou « les lambeaux de demain. » Aimée n’est pas seule, mais le semble presque, dans son recueil, où les mots se heurtent parfois au silence, ou plutôt au vide. Incomprise comme la baleine qui l’a inspirée; elle émettait des sons sur une autre fréquences que les autres. Personne ne l’entendait ni ne lui répondait. Aimée a quelqu’un, elle est « le béluga à gogo » d’un « albatros trop chanté. » Elle reste « un musée de mon [son] vivant », spectaculaire, là, pour tout prendre, tout accepter, des marées, du papier cadeau enflammé, mais elle ne gagne pas « au bingo sur le calendrier. »

Elle ne gagne pas. Une femme ne gagne pas, à rester une « championne immaculée. » Une femme a des exigences à respecter. Aimée le sait et l’écrit : il faut être pleine et avoir les eaux qui se répandent, fièrement, pour avoir une succession de bêtes, pour ne jamais vraiment disparaitre, ou il faut s’appliquer à être d’un vide acceptable, d’un vide qui ne gonfle pas faussement, il faut un ventre plat ou des enfants, il faut Bowie et d’autres, il ne faut pas être lourde de coquillages, surtout pas ceux qui sont fêlés, imparfaits, à jeter à la mer.

Il y a peut-être une « fin du monde mais en plus beau », et Aimée est là et ses Monstres Marins aussi. Peut-être que je l’ai lue seulement avec mes souvenirs de corps qui voulait être disséqué : je voulais être comprise et comprendre pourquoi je n’avais rien en moi. J’ai eu quelque chose en moi. Je ne suis pas plus vivante qu’Aimée, mais ses mots me rappellent des absences. Nous ne sommes jamais seules, mais presque, nous sommes dans l’attente de, et il y a les monstres qui veillent.

Lampions & Lucky Charm

février 27, 2019

Shot with NOMO INS W.

Je n’ai pas de vernis sur les ongles. J’ai recommencé à écouter des émissions télé en lavant la vaisselle. J’ai déménagé début janvier et je ne sais pas encore qui sont mes voisins, mais personne ne se plaint que je passe beaucoup de temps en petite camisole et petite culotte devant les fenêtres.

Je trouve plein de choses très faciles, et j’aime envoyer des bisous et allumer des lampions pour les personnes dans mon cœur qui en ont besoin, mais je trouve d’autres choses plus difficiles. Je n’ai plus tant confiance en moi, en vieillissant, en fait j’ai très souvent confiance en moi, mais je réalise que c’est hyper instable. Je suis la personne la plus extraordinaire une semaine par mois, et pendant une autre je dormirais tout le temps. Ou je prendrais des bains. Tu voudrais sans doute être à la place de mon chat, mais je prends mes bains toute seule. Avec du sel d’Epsom, un livre ou parfois les mêmes épisodes d’une émission que j’écoutais il y a dix ans et que j’écoute en faisant la vaisselle et en caressant ma peau sous l’eau.

J’ai découvert grâce à Ariel Rebel que c’était possible d’acheter genre 20 kilos de guimauves Lucky Charm via Amazon et ça fait ma journée je crois.

Shot with NOMO INS W.

J’ai froid même si je porte un col roulé et des longs bas jusqu’aux cuisses

janvier 23, 2019

 

Ça fait quasi un an je ne vous écris pas, mais je tente d’apparaitre ailleurs. Je vous invite à regarder mon entrevue avec la superwoman accomplie Ariel Rebel, que j’admire et aime depuis les débuts de ce blogue. Intègre, mignonne, fabuleuse et posée, elle sait parler de son parcours dans la porn et de son avenir sans jamais perdre l’intérêt de quiconque.

J’ai aussi rencontré Ariane Zita, une compositrice et chanteuse plus cool que cool, qui se moque bien des étiquettes et des haters (même si c’est un terme des années 2000 et qu’elle a un peu honte que Vice l’ait utilisé à son sujet haha, sorry.) Elle est une féministe assumée, qui a perdu la voix juste avant le lancement de son dernier EP. Je l’écoute souvent, avec plein d’émotions quand je l’écoute,et avec le rêve d’être sur l’île Dorval avec ma copine échangiste (c’est pas Ariane, ne la harcelez pas avec ça.)

J’ai aussi beaucoup de plaisir avec instagram et je trouve que mon profil me ressemble. Comme au début de ce blogue j’y montre à la fois mes seins mais aussi mes plaisirs en famille. Ça fait un n’importe quoi que j’aime exhiber, un vrai moi, dans ma sensibilité et mon too much, dans les jeux d’enfants et mes envies plus soft porn qu’une partie de Guess Who.

Je vous invite aussi à lire ce que j’ai écrit récemment pour Vice, pour Urbania, et plus lointain, pour Tabloïd et le Sac de Chips (je vais recommencer à être plus productive et à moins me masturber, promis, patrons et patronnes.)

Au plaisir d’être relue à nouveau par vous, mes choux et mes chouettes. Bisous à l’eau pêche & abricot!

Je n’étais pas saoule

février 19, 2018

Résultats de recherche d'images pour « bye bye mon cowboy »

L’autre fois j’ai chanté du Mitsou avec une amie. C’était une soirée magique parce que c’est si rare que je l’aie que pour moi et elle est une personne que j’admire/aime totalement/trouve trop jolie. La plus lady des salopes. Une reine qui sait parler d’orteils dans le vagin.

J’en parle trop joyeuse à Marceau le soir, alors que je me gelais un peu dehors et que j’avais l’air déjà saoule. J’étais pas saoule.

Écoutez-moi parler de fantasmes, d’aventures sexuelles choquantes et de professeur qui baise des étudiantes.

Fétiches de Noël

décembre 5, 2017

J’avais hâte depuis le premier novembre de porter mes culottes HOE HOE HOE et mes ugly sweaters. J’étais super jolie pour l’Halloween #perfection mais who care, je voulais porter des gros chandails colorés qui ne font bander personne.

Je vous souhaite un beau mois de décembre. Get high on candy canes et chocolat chaud.

Un avant-midi dans le lit d’une amie

septembre 5, 2017

Les chansons de Brigitte Bardot ont accompagné la séance de photos que j’ai passée dans le lit de la photographe Myriam Lafrenière. Elle est devenue mon amie avant de me photographier et je ne sais pas si c’est pour ça qu’elle sait bien me placer, que je la laisse voir mon ventre de mère fissuré et mes gros seins.

juicy mélodie nelson 3

photo par Myriam Lafrenière

juicy mélodie nelson 2

photo par Myriam Lafrenière

Je marchais dans sa maison en petite culotte, et j’avais froid mais c’était si bon d’être dans sa maison, d’aller de sa cuisine vintage à son énorme lit, aux draps blancs et aux housses d’oreillers achetés dans des brocantes.

Je suis chanceuse d’avoir une amie qui aime tant la peau, toutes les peaux, et les courbes, et qu’elle me prenne comme ça, sans montrer qu’elle m’en veut trop, après la séance photos et des pâtes sans gluten, embarrées dans sa cour.

juicy mélodie nelson 4

photo par Myriam Lafrenière

J’avais refermé les portes, sans penser qu’elles se barraient automatiquement, et que nous n’avions ni clés ni baguette magique. Elle a trouvé une échelle et j’ai monté, forcé une fenêtre et c’était parfait comme fin de matinée avec elle, jouer aux superhéroïnes, et encore lui flashé ma petite culotte, sous ma robe, alors qu’elle tenait l’échelle, que nous n’avions pas réussi à ouvrir correctement.

juicy mélodie nelson 5

photo par Myriam Lafrenière

Site de Myriam Lafrenière/Maman d’une fille qui veut capturer des fées/Photographe au pouvoirs magique

Page Facebook de Myriam Lafrenière/Amie rouquine au sourire mutin/Reine du compost :