Archive for the ‘alcololo’ Category

La semaine est plus dure que mes tétons

octobre 18, 2017

Je suis contente de remettre des pyjamas, après un été à être toujours toute nue ou en petite culotte le soir. Sinon j’ai le moral quand ma fille frenche une citrouille/ma belle-mère m’envoie des décalcomanies/une amie me dit que son chéri pense que Juicy est autobiographique/il y a des arcades dans un bar/il reste du champagne dans mon réfrigérateur.

La semaine a été difficile. J’accuse tout le monde de dérailler et je me réveille en expliquant dans un rêve à une amie pourquoi les hommes ne devraient jamais parler d’avortement et de travail du sexe, ce n’est pas à eux de juger ou de sacraliser quoi que ce soit, ce n’est pas à mon voisin de me croiser dans la rue le matin et de faire semblant de rien, alors qu’il dit aux autres que le sexe entre un client et une escorte, c’est toujours un viol rémunéré, fuck off.

Je veux aller dans le quartier chinois et m’acheter des masques et regarder mes enfants rêver à de la barbe de dragon.

Si vous n’avez pas encore trop mal au cœur des histoires de témoignages #moiaussi #metoo #balancetonporc, vous pouvez lire ce que j’ai à dire sur le sujet.

À Vice je parle de lassitude et je donne un prénom parce qu’il me fallait nommer pourquoi je pleure.

Au Journal de Montréal, je parle de ma crainte de devoir rassurer et consoler ma fille, si.

Une semaine en retard

janvier 8, 2017

nouvel-an-2

Bonne année à tous! Je vous souhaite ce que vous voulez, des surprises tous les jours si vous aimez ouvrir la bouche en O, des bonbons sans sucre si vous êtes diabétiques (ma fille veut tenter sa propre recette de jujubes sans gélatine et aussi sa propre recette de biscuits écrasés/reste de chocolat chaud/amandes/céréales/concombres) et d’être bien, juste bien, avec une santé top et une ouverture bienveillante face au féminisme intersectionnel. No joke.

Une semaine en retard parce que je commence l’année avec paresse, fond de teint et champagne.

nouvel-an

Bisous y’all!

Camomille et vodka: I want it all

novembre 26, 2016

alcool-par-vania-larose

Je suis une fille simple pour vrai genre j’ai pas besoin de plus qu’un pyjama chaud/être toute nue sous une couverture chaude, un sac de popcorn et des câlins pour être la personne la plus heureuse du monde. Je dis jamais carpe diem mais je sens que chaque moment toute nue sous une couverture chaude est un moment qui me grounde très bien dans le présent.

Même si j’ai pas besoin de beaucoup pour être souriante-comme-si-je-venais-de-jouir, j’ai besoin pas juste de câlins, j’ai aussi besoin d’un verre de chardonnay ou d’un verre de bulles ou du gin dans ma Red Bull sans sucre. Je bois une tisane à la camomille et un verre de vin blanc avant de m’endormir.

J’ai un rapport compliqué avec l’alcool: j’aime ça boire et j’aime pas ça boire. C’est pas seulements pour les calories, c’est pour le sentiment de dépendance qui me lie un peu trop avec le personnel de la SAQ.

J’ai écrit deux articles récemment à Vice sur le sujet. Lisez-les. Je ne parle pas que de moi. Je parle de Janis Joplin et plein de gens intéressants interviennent et parlent de leur propre rapport à l’alcool, à sa glorification et aux saouleries qui se terminent dans son pipi.

alcool-par-dominique-david

Extrait de Est-ce que je bois trop?: « Il s’est saoulé tous les jours pendant une semaine. « Samedi dernier, après avoir bu deux bouteilles de vin rouge de dépanneur en 40 minutes, déchiré mon chandail, cassé un cadre, brûlé ma lèvre sur une ampoule parce que je chantais dedans en faisant semblant que c’était un micro, appelé des amis pour m’excuser de boire, uriné sur le plancher de ma cuisine, glissé sur mon urine et cogné mon coccyx, j’ai réalisé que, si certaines personnes digèrent mal le gluten, moi je ferais mieux de me passer de l’alcool. » »

 

smirnoff

Extrait d’Une gorgée de liberté ou du brainwash?: “J’avais bu une seule fois, assez pour me retrouver sur un matelas dans la chambre de ma meilleure amie, à promettre de ne plus jamais boire parce que se saouler à la Bleue, ce n’est pas bon pour le teint ni pour les histoires d’amour.”

À quel âge les Canadiens perdent-ils leur virginité?

octobre 28, 2016

virgin

Écoutez le podcast de Marceau le soir dans lequel je parle de virginité et de mythes reliés à la sexualité (de l’alcool dans le rectum, la taille de souliers comparé à la taille de la queue, les positions sexuelles qu’il faut expérimenter pour la conception certaine d’un garçon ou d’une fille…)!

Et c’était l’anniversaire de l’animateur aujourd’hui. J’ai réussi à lui chanter deux seconde de Happy Birthday avant d’être trop gênée et d’enchaîner direct sur la pénétration vaginale. Oh yeah.

drink2

Avec Lady Diana

octobre 16, 2016

lady-di

Je fais les bazars d’église avec ma fille. L’autre jour, alors qu’elle trouvait une figurine de princesse, moi je trouvais une tasse célébrant le mariage du Princes Charles avec Lady Diana.

Ce soir, mon verre de vin rouge, je le prends dans cette tasse classy.

Cheers!

D’autres découvertes au bazar: une médaille de Marie et Jésus, des décorations de Noël du Dollorama, une maison de Barbie, beaucoup d’éditions du livre Écoute ton corps, des livres de notre guilty pleasure quand nous avions treize ans ma cousine et moi (Virginia C. Andrews forever, surtout dans nos cauchemars) et L’attrape-filles.

attrape-filles

attrape-filles-2

Parce qu’il n’y a pas que les sucettes qui se lèchent

avril 18, 2016

poignée de porte 4

Moi quand je bois trop, je suis souvent très enthousiaste et je parle avec joie de mes joues rouges, des coutures de ma petite culotte honteusement imprimées dans ma peau, de tout ce que j’aime comme late night snack (purée d’aubergines et poivrons rouges, foutre, croustilles Yum Yum au barbecue).

Certaines personnes sont plus originales que moi : elles parlent des filles qui lèchent des poignées de porte. Et ça devient viral, comme idée.

À lire : l’histoire des artistes Azuma et Ehara qui ont créé une superbe collection d’images de filles qui lèchent des poignées de porte.

Extrait : « A doorknob is not necessarily a sexual object. Its purpose is to open doors. Licking is not only a sexual act. Its purpose is to taste. The juxtaposition comes across as titillation and provocative, designed to elicit a response. The photos might look submissive, or exploitive, but they confront the viewer, asking the question, « What do you see? » The pictures can dominate and even exploit the viewer’s notions of foreplay. »

poignée de porte

poignée de porte 2

Joyeuses Fêtes à tous!

décembre 24, 2015

emballage

Je porte un col roulé avec des trous partout, mais je l’aime, c’est mon col roulé doré, il ressemble à Noël. En tout cas, dans ma tête, il ressemble à Noël, il est super festif et bling bling, même avec des trous. Et il me fait de super beaux seins.

Il serait top avec le meilleur maquillage des fêtes, gracieuseté de Purple Cover.

maquillage noel

J’emballe des cadeaux en buvant un martini au melon d’eau, devant la plus belle carte de Noël à jamais reçue. C’est une amie qui a écrit le petit mot. Même si elle dit que Justin l’a écrit et qu’elle n’a fait que mettre la carte dans ma boite aux lettres, je ne la crois pas. Mais je vais en rêver. (Je lui ai quand même dit que Sophie devrait être plus impliquée dans ce fantasme-là. Je l’aime, Sophie Grégoire-Trudeau.)

Justin Trudeau pour Mélodie Nelson

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes, des tristesses qui fondent aussi vite que la neige quand il fait quinze degrés à Noël, des joies, petites, grandes, qui goûtent le martini au melon d’eau, la mouille, le foutre ou les crottes de fromage.

Merci d’être là et de me lire. Vous me faites vraiment plaisir, à être là, à vous manifester parfois, à m’écrire. Vous comptez. Vraiment. Bisous.

S’attacher les cheveux au lieu de détacher sa robe

novembre 24, 2015

Salon 1

Ce que j’ai aimé du Salon du livre de Montréal:

1. Avoir marché sous la pluie avec mon papa avant de me rendre au Salon.

2. Retrouver autour de Marie-Chantale Gariépy des auteurs hyper intéressants. Patrice Lessard et ses lecteurs qui échappent ses livres dans leur bain. Anne Genest et son rouge à lèvres sur les joues de ceux qu’elle embrasse. Geneviève Drolet et son chandail de laine acheté à une dame de 80 ans en Estonie. Geneviève Drolet et sa sage-femme voilée.

Salon 2

3. Avoir la tête qui tourne après un verre de vin. Histoires de bouteilles ouvertes avec un couteau Laguiole ou avec un soulier.

Patrice LEssard photo Marco Campanozzi

4. Porter des bottillons rouges aux talons très hauts.

5. Placoter de chasse et de crème hydratante avec Geneviève Pettersen

6. Être devant une assiette d’huitres et de calmars chez Holder, après la séance de signatures au Salon, mais être incapable de manger, excitée d’être là et de parler de saucisses végé, de conservateurs qui traitent les autres de whore, parler de whore aussi, mais pas tant que ça. Boire un verre de mousseux. Et s’attacher les cheveux, lentement, au lieu de détacher sa robe.

7. Revenir à la maison et manger au lit une poutine commandée par mes parents.

Nymphe et ex amie qui voulait prendre un bain

juillet 4, 2015

source polyvore.com

Aujourd’hui j’ai croisé une nymphe dans un wagon de métro, ses cheveux blonds avaient l’air plus soyeux que les ailes d’un oisillon, elle ne m’a pas reconnue tout de suite, nous nous parlons parfois de San Antonio, de peinture et de nos angoisses devant une patisserie bretonne, mais elle ne m’a pas vue, elle n’a vue que ma fille, ses trois robes l’une par-dessus l’autre et son jupon rose.

J’ai aussi croisé sur une terrasse un auteur qui me fait rougir dès qu’il me parle de cul, même si j’ai déjà eu trop de plaisir à ronfler à côté de lui, sur un matelas mouillé de son foutre et de notre sueur.

Sur la rue Mont-Royal il y avait aussi des filles irréelles, blondes aux cheveux noués, parlant entre elles, sur le trottoir, tout en faisant des positions de yoga. Elles avaient des bouches couleur fraises pas encore mûres et des taches de rousseur sur leurs joues.

Quand je suis revenue chez moi, il n’y avait pas de rosé dans le réfrigérateur. J’ai marché, avec les enfants, vers la SAQ en espérant y croiser la fille avec qui j’avais passé la soirée hier, celle dont le grand-père a tué la grand-mère, celle que je croyais Italienne ou Amérindienne, mais elle n’est pas ça, elle a le sang du reste du monde dans ses jambes, qu’elle déploie, qu’elle agite, pour ne pas rester nulle part.

Je ne l’ai pas vue, finalement, j’ai plutôt aperçu et dévisagé, une fille que je n’ai pas reconnue tout de suite, elle avait maigri mais elle avait la même coupe de cheveux qu’à dix-huit ans, quand elle tentait de me persuader de prendre un bain avec elle, parce que son ex meilleure amie, elle, acceptait, et qu’elle saurait bien me savonner partout partout.

De la mayonnaise aïoli pour un premier cunni

juin 9, 2015

sororité 2

Une amie est venue me parler de son stress de la semaine : dans quelques jours elle sortirait pour la première fois avec une fille et elle avait vraiment peur de se retrouver au lit avec elle, sans savoir quoi faire, genre peut-être que je lèche mal et que je suis faite juste pour manger des frites chez toi et jamais des chattes ?

Je ne lui ai pas suggéré de pratiquer avec moi, mais je lui ai demandé de sortir sa langue, ta langue est belle, je vais prier pour que tu sois la championne des premiers cunni.

Nous avons changé de sujet et ajouté way too much mayonnaise aïoli à nos frites. Elle m’a parlé de la diète vegan de Beyoncé et je lui ai lu des citations du livre Dirty Rush de Taylor Bell. Je lui ai confié que la lecture de ce livre m’avait donné envie de me bourrer d’Adderall et de vivre trois vies en même temps sans avoir besoin de dormir : la journée avec mes enfants, le soir avec de la Red Bull et de la vodka et la queue de mon mec et toutes les ruelles du monde pour me promener en riant trop fort/me faire baiser et la nuit à écrire n’importe quoi.

-J’ai surligné une citation merdique niveau cul : « I couln’t feel where my body ended and his began. »

Mon amie a trouvé ça presque romantique, mais elle n’a pas demandé à ce que je lui prête le livre.

sororité 3