Archive for the ‘alcololo’ Category

Parce qu’il n’y a pas que les sucettes qui se lèchent

avril 18, 2016

poignée de porte 4

Moi quand je bois trop, je suis souvent très enthousiaste et je parle avec joie de mes joues rouges, des coutures de ma petite culotte honteusement imprimées dans ma peau, de tout ce que j’aime comme late night snack (purée d’aubergines et poivrons rouges, foutre, croustilles Yum Yum au barbecue).

Certaines personnes sont plus originales que moi : elles parlent des filles qui lèchent des poignées de porte. Et ça devient viral, comme idée.

À lire : l’histoire des artistes Azuma et Ehara qui ont créé une superbe collection d’images de filles qui lèchent des poignées de porte.

Extrait : « A doorknob is not necessarily a sexual object. Its purpose is to open doors. Licking is not only a sexual act. Its purpose is to taste. The juxtaposition comes across as titillation and provocative, designed to elicit a response. The photos might look submissive, or exploitive, but they confront the viewer, asking the question, « What do you see? » The pictures can dominate and even exploit the viewer’s notions of foreplay. »

poignée de porte

poignée de porte 2

Joyeuses Fêtes à tous!

décembre 24, 2015

emballage

Je porte un col roulé avec des trous partout, mais je l’aime, c’est mon col roulé doré, il ressemble à Noël. En tout cas, dans ma tête, il ressemble à Noël, il est super festif et bling bling, même avec des trous. Et il me fait de super beaux seins.

Il serait top avec le meilleur maquillage des fêtes, gracieuseté de Purple Cover.

maquillage noel

J’emballe des cadeaux en buvant un martini au melon d’eau, devant la plus belle carte de Noël à jamais reçue. C’est une amie qui a écrit le petit mot. Même si elle dit que Justin l’a écrit et qu’elle n’a fait que mettre la carte dans ma boite aux lettres, je ne la crois pas. Mais je vais en rêver. (Je lui ai quand même dit que Sophie devrait être plus impliquée dans ce fantasme-là. Je l’aime, Sophie Grégoire-Trudeau.)

Justin Trudeau pour Mélodie Nelson

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes, des tristesses qui fondent aussi vite que la neige quand il fait quinze degrés à Noël, des joies, petites, grandes, qui goûtent le martini au melon d’eau, la mouille, le foutre ou les crottes de fromage.

Merci d’être là et de me lire. Vous me faites vraiment plaisir, à être là, à vous manifester parfois, à m’écrire. Vous comptez. Vraiment. Bisous.

S’attacher les cheveux au lieu de détacher sa robe

novembre 24, 2015

Salon 1

Ce que j’ai aimé du Salon du livre de Montréal:

1. Avoir marché sous la pluie avec mon papa avant de me rendre au Salon.

2. Retrouver autour de Marie-Chantale Gariépy des auteurs hyper intéressants. Patrice Lessard et ses lecteurs qui échappent ses livres dans leur bain. Anne Genest et son rouge à lèvres sur les joues de ceux qu’elle embrasse. Geneviève Drolet et son chandail de laine acheté à une dame de 80 ans en Estonie. Geneviève Drolet et sa sage-femme voilée.

Salon 2

3. Avoir la tête qui tourne après un verre de vin. Histoires de bouteilles ouvertes avec un couteau Laguiole ou avec un soulier.

Patrice LEssard photo Marco Campanozzi

4. Porter des bottillons rouges aux talons très hauts.

5. Placoter de chasse et de crème hydratante avec Geneviève Pettersen

6. Être devant une assiette d’huitres et de calmars chez Holder, après la séance de signatures au Salon, mais être incapable de manger, excitée d’être là et de parler de saucisses végé, de conservateurs qui traitent les autres de whore, parler de whore aussi, mais pas tant que ça. Boire un verre de mousseux. Et s’attacher les cheveux, lentement, au lieu de détacher sa robe.

7. Revenir à la maison et manger au lit une poutine commandée par mes parents.

Nymphe et ex amie qui voulait prendre un bain

juillet 4, 2015

source polyvore.com

Aujourd’hui j’ai croisé une nymphe dans un wagon de métro, ses cheveux blonds avaient l’air plus soyeux que les ailes d’un oisillon, elle ne m’a pas reconnue tout de suite, nous nous parlons parfois de San Antonio, de peinture et de nos angoisses devant une patisserie bretonne, mais elle ne m’a pas vue, elle n’a vue que ma fille, ses trois robes l’une par-dessus l’autre et son jupon rose.

J’ai aussi croisé sur une terrasse un auteur qui me fait rougir dès qu’il me parle de cul, même si j’ai déjà eu trop de plaisir à ronfler à côté de lui, sur un matelas mouillé de son foutre et de notre sueur.

Sur la rue Mont-Royal il y avait aussi des filles irréelles, blondes aux cheveux noués, parlant entre elles, sur le trottoir, tout en faisant des positions de yoga. Elles avaient des bouches couleur fraises pas encore mûres et des taches de rousseur sur leurs joues.

Quand je suis revenue chez moi, il n’y avait pas de rosé dans le réfrigérateur. J’ai marché, avec les enfants, vers la SAQ en espérant y croiser la fille avec qui j’avais passé la soirée hier, celle dont le grand-père a tué la grand-mère, celle que je croyais Italienne ou Amérindienne, mais elle n’est pas ça, elle a le sang du reste du monde dans ses jambes, qu’elle déploie, qu’elle agite, pour ne pas rester nulle part.

Je ne l’ai pas vue, finalement, j’ai plutôt aperçu et dévisagé, une fille que je n’ai pas reconnue tout de suite, elle avait maigri mais elle avait la même coupe de cheveux qu’à dix-huit ans, quand elle tentait de me persuader de prendre un bain avec elle, parce que son ex meilleure amie, elle, acceptait, et qu’elle saurait bien me savonner partout partout.

De la mayonnaise aïoli pour un premier cunni

juin 9, 2015

sororité 2

Une amie est venue me parler de son stress de la semaine : dans quelques jours elle sortirait pour la première fois avec une fille et elle avait vraiment peur de se retrouver au lit avec elle, sans savoir quoi faire, genre peut-être que je lèche mal et que je suis faite juste pour manger des frites chez toi et jamais des chattes ?

Je ne lui ai pas suggéré de pratiquer avec moi, mais je lui ai demandé de sortir sa langue, ta langue est belle, je vais prier pour que tu sois la championne des premiers cunni.

Nous avons changé de sujet et ajouté way too much mayonnaise aïoli à nos frites. Elle m’a parlé de la diète vegan de Beyoncé et je lui ai lu des citations du livre Dirty Rush de Taylor Bell. Je lui ai confié que la lecture de ce livre m’avait donné envie de me bourrer d’Adderall et de vivre trois vies en même temps sans avoir besoin de dormir : la journée avec mes enfants, le soir avec de la Red Bull et de la vodka et la queue de mon mec et toutes les ruelles du monde pour me promener en riant trop fort/me faire baiser et la nuit à écrire n’importe quoi.

-J’ai surligné une citation merdique niveau cul : « I couln’t feel where my body ended and his began. »

Mon amie a trouvé ça presque romantique, mais elle n’a pas demandé à ce que je lui prête le livre.

sororité 3

Un sapin de Noël en mars et des gin tonic

mars 31, 2015

sapin

J’ai passé une soirée chez une copine que je n’avais pas vue depuis mille ans parce que toutes mes copines je qui ne peuvent pas parler de leur vagin avant et leur vagin après avoir eu un enfant, je ne les vois qu’aux six mois.

J’étais vraiment heureuse de placoter de voyantes, de baises forcées et de site de rencontres avec elle, devant un thé vert bio et des gin tonic pas assez rapidement servis dans un bar près du marché Jean-Talon.

Elle était toute mignonne, avec sa chevelure qui lui donne l’air d’avoir une perruque, selon sa sœur, et ses vêtements si sobres et élégants, qui détonnent avec son énergie et ses gestes fous, quand elle parle d’un accident d’auto, d’un amant qui retourne vivre en Russie, ou de son chat qui a attaqué le chat siamois de sa nouvelle voisine de condo.

J’ai pris deux photos pendant cette soirée : moi devant son sapin trônant encore dans son salon, et elle qui achète une nouvelle brosse à dents parce que la sienne est tombée dans la litière de son chat pour la deuxième fois cette semaine.

J’ai l’air d’avoir un très long doigt. Mais je suis normale. (Il n’y a que mon cul qui soit extraordinaire.)

Des costumes pour continuer à boire entre amis

février 27, 2015

Blanche Neige sexy

Des amis sont restés tard, à boire du vin de dépanneur et du whisky japonais. Quand les enfants ont commencé à s’impatienter (je veux dire, ils voulaient briser les ampoules des lampes, danser sur la table, se battre pour une bretzel trouvée sous le canapé), je leur ai proposé de se costumer.

À part des foulards et des chapeaux et les costumes d’Halloween de mes choux(une licorne! un panda!), je n’ai rien, et tous les enfants voulaient des déguisements de princesses. J’ai décidé de fouiller dans ma garde-robe et de leur donner mes costumes de princesses sexy. Le papa des deux copines de mes enfants m’a demandé si les costumes étaient propres, au moins. J’ai dit oui et les enfants ont porté les robes avec joie.

Même leur chien a eu droit de porter la robe de Blanche-Neige (et oui, les costumes étaient propres, et oui je vais les relaver asap).

Des rêves qui exigent un réveil au Baileys

décembre 15, 2014

alcolo

Ce weekend, j’ai rêvé que mon mec me quittait un samedi matin pour aller cruiser dans un Houston, il revenait total saoul pour me donner des guerriers mongols en argent et pour me dire que ses enfants auraient une nouvelle belle-maman.

Mais j’ai aussi fait l’ange dans la neige, des colliers en bonbons et bu beaucoup de vin, so ce n’était pas un weekend totalement traumatisant.

J’espère que vous êtes en top forme pour le début de la semaine, que le son de votre réveille-matin ne vous anéantira pas et que vous savez que ce n’est pas si mal, d’ajouter du Baileys dans votre café matinal.

Je vous embrasse au vin blanc! Mouah!

Un inconnu aux funérailles

novembre 30, 2014

Quand mon grand-père est mort, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu.

J’ai trouvé que dans son cercueil, son nez était différent.

Mon chéri ne me croyait pas, quand je lui ai dis, mais je le sais, son nez, c’était un peu mon nez aussi, il ne peut pas se modifier sans que je ne pense au mien, sans que je ne trouve qu’on y perd, à ne pas avoir le même gros nez.

Après les funérailles, il y avait un buffet dans la salle paroissiale. Au fond de la pièce, sur une table en plastique gris, il y avait du coca zéro, du Sprite, du vin rouge, du vin blanc, des bouteilles d’eau et des petites serviettes blanches avec le nom d’un traiteur dessus.

Un homme y est allé immédiatement. Je n’avais pas remarqué. C’est mon chéri qui m’a dit qu’il y avait un homme qui buvait verre de vin blanc sur verre de vin rouge sur verre de vin blanc. Je me suis retournée, je ne le reconnaissais pas.

C’était un homme que personne dans ma famille ne connaissait, mais il semblait connaître le curé et le fond de son verre.

Je ne sais pas encore si je trouve ça triste ou amusant ou si je souhaite savoir autant que cet homme avoir ce que je veux et le faire sans avoir peur de m’immiscer dans une église pour l’avoir.

Des crêpes et de la prostate

novembre 23, 2014
Moi quand je reçois de nouveaux gants et que j'ai plus l'air de vouloir trouver la prostate de quelqu'un que d'aller jouer dans la neige.

Moi quand je reçois de nouveaux gants et que j’ai plus l’air de vouloir trouver la prostate de quelqu’un que d’aller jouer dans la neige.

Hello les choux et les chouettes,

Moi ce weekend je mange des crêpes au chocolat et à la guimauve, je danse avec mes koalas (mon fils et ma fille super fusionnels) et je ne me lave pas les cheveux. Très glam.

J’aimerais bien aussi sucer mon mec, mais ça, c’est s’il ne s’endort pas en chantant du Soft Cell sur le canapé (notre fin de soirée de la veille).

Une suggestion pour vous? Lisez mes derniers articles, pour Canoë et Urbania!

Sur Canoë, je vous parle d’infos essentielles à savoir pour être le meilleur amant possible. Genre ne mangez pas de piment et ne respirez même pas de Mega Death Sauce de Blair’s si vous voulez approchez votre bouche de ma chatte.

Sur Urbania, je vous parle d’un mec qui m’a sauvée de l’ennui et du pot à minuit dans un camp de vacances pour diabétiques. Et de prostate.

Bon weekend! Bisous au vin blanc!


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 209 autres abonnés