Archive for mai 2011

Chattes à aimer et gâter

mai 30, 2011

J’aime pas vous écrire pour vous demander d’adopter un chat. Parce qu’aucun chat ne devrait être abandonné. Mais voilà. Mes parents ont déjà deux chats, dont ils s’occupent super bien, mais des chats abandonnés ont adopté aussi la cour, et leurs chaises d’été. Les voisins sont partis, ils les ont laissé dehors, sans un mot d’explication, sans tenter de les confier à quiconque. Malheureusement, mes parents ne peuvent pas les adopter, et un de leur chat, Holden Caulfield, a des problèmes mentaux crissement ennuyeux : il pisse partout, même dans les ronds de poêle, parce qu’il sent qu’il n’est plus le chef gangsta de son territoire.

Chatte un : Clémentine est super gentille, câline, elle ne miaule jamais et aime vous accueillir en sautant sur le capot de votre voiture.

Chatte deux : Nuba-Chipie veut vraiment être à quelqu’un : elle se faufile entre les jambes de ma maman pour entrer dans la maison et se cache dans la valise ouverte d’une copine, qui habite juste en face de chez mes parents.

Les deux sont propres, elles ne mordent ni ne griffent, et méritent autre chose que la cour de mes parents. Elles s’entendent bien avec les autres chats qu’elles croisent dans la rue. Mes parents habitent à Repentigny, mais ils souhaitent tellement que ces chattes soient aimées qu’ils peuvent les transporter jusqu’à chez vous. Peu importe que vous en adoptiez une, ou deux.

Question : Et euh vous avez un conseil pour qu’Holden Caulfield arrête de pisser partout ? Je trouve mes parents hyper patients de supporter son odeur, même dans la plus belle des sacoches de ma maman.

Des tétons cachés par des mains en plastique

mai 29, 2011

Le collier parfait pour cacher ses seins de manière top suggestive à la Marche des Salopes. Pas une invitation à se faire toucher par n’importe qui, toutefois. Juste regarder, oh oui, longtemps.

À reluquer avant de sortir sa carte de crédit: http://newyorkcouture.net/shopaccessories.php

Rassemblement de salopes

mai 29, 2011

Demain c’est la Marche des Salopes de Montréal, un événement créé en réaction à un policier ontarien qui avait dit à des universitaires que pour ne pas de faire violer, faut d’abord ne pas s’habiller en slut. D’accord ou non avec le nom de la Marche (je sais, c’est pas tout le monde qui veut s’approprier les termes slut et salope), faut s’y rendre, pour dénoncer une société qui rend quasi coupable les victimes de viols, alors que la société devrait plutôt dire que les viols, c’est inacceptable. Les objectifs de la Marche des Salopes sont variés : outre cracher sur les clichés par rapport à la culture du viol, la Marche veut aussi sensibiliser les gens à la putophobie, à la transphobie et à l’homophobie.

En jeans, en costume de Blanche-Neige ou de policière sexy, en jupette de collégienne, en bas collants troués ou en tailleur, avec une poussette, une pancarte, son amoureux, sa maman ou whatever, venez. Un rassemblement a lieu à 14h au Parc de La Paix (entre les rues St-Catherine et René-Lévesque, près du métro Saint-Laurent). Marche. Et après party au Drugstore.

Pour plus d’infos : http://www.facebook.com/mobileprotection#!/event.php?eid=206611176030872

Avec les doigts, Hitachi ou un rouleau à pâtisserie

mai 26, 2011

Le mois de mai est bientôt fini et je ne vous ai pas encore glissé un mot sur le fameux mois de la masturbation. Pour les derniers jours, inspirez-vous du Sex Positive Photo Project, une idée de la photographe Shilo MacCabe, qui veut retirer toute honte au crossage. Chaque jour, elle met sur son site une photo de quelqu’un (ou de trois personnes dans un bain) qui se masturbent. La personne sur la photo (grosse, punkette, en couple, à petite queue, à énorme queue, poilue, rasée, whatever) explique ensuite pourquoi elle se touche.

À voir absolument (avant ou pendant une séance d’amourrr avec soi-même) : http://thesexpositivephotoproject.blogspot.com/

J’ai découvert ce projet grâce à ce site merveilleux : http://www.tinynibbles.com/

Les bénéfices du cul

mai 24, 2011

Honteuse de devoir appeller mon petit frère Philippe pour qu’il google mape l’endroit où je suis, j’ai envie de m’asseoir dans les marches d’un appartement, et de manger les baguettes de pain que Misha traîne dans son sac depuis une heure.

Philippe m’apprend que nous sommes à un kilomètre de chez Amandine. Misha lui demande de répéter le nom de la rue, moi je répète que je sais qu’il y a un escalier mauve pour monter chez Amandine. Arrivées, Amandine est attristée, elle pensait que nous avions oublié son souper, ou que nous l’avions snobée.

Aurore me demande si j’ai souvent des nausées. Je dis que la dernière fois que je me suis sentie malade, c’était lors d’un souper avec Misha et son copain Travis, parce que nous avions trop parlé de caca et de sodomie. Les amies d’Amandine me regardent vraiment étrangement : « Pourquoi parler de caca lors d’un souper? » Trente minutes après, une parlait de gastro, et une autre de la laitue qu’elle digérait très mal.

Plein de plats exotiques et appétissants sont sur la table. Je remplis mon assiette, et j’écoute Sophie raconter la demande de mariage trop mignonne de son fiancé, qui s’est mis à genoux devant elle alors qu’il était déguisé en Père-Noël. Amandine sourit, les larmes aux yeux : « Je m’ennuie tellement d’Alexey. Depuis que je ne baise plus, mes seins ont rapetissé. »

Je m’étouffe. Je repose mon verre de Perrier aux pamplemousses sur la table : « C’est impossible. Tes seins ont rapetissé parce que tu as maigri, pas parce que tu ne baises plus. » Amandine me regarde, offensée : « Non, vraiment, c’est toujours comme ça. Quand je baise, ils grossissent. Et quand je ne baise plus, ils deviennent extra plat. C’est vrai, tu as jamais remarqué? » Aurore s’étouffe à son tour : « Euh je crois que Mélodie aurait porté du FF après avoir baisé tous ses clients, si c’était le cas, non? »

Et vous, mes petits chous et mes petites chéries, avez-vous déjà entendu cette hypothèse, que les seins grossissent si on a un copain qui nous baise cinq fois par jour ? Je sais bien que baiser améliore le sommeil, brûle les calories, réduit les douleurs et la dépression, renforce les vaisseaux sanguins et le système immunitaire, réduit les risques de cancer du sein et du cancer de la prostate, que ça provoque des boost d’oxytocine, de dopamine, d’endorphine, de dehydroepiandrosterone – ok, ça, non, je ne le savais pas, je l’ai googlé-. Et je sais aussi que la barbe d’un mec qui ne baise pas peut cesser de pousser. Sans joke, un jour, un mec, lors d’une étude médicale dans les années 60 ou 70, a été laissé seul sur une île déserte, sa barbe a cessé de pousser, mais dès qu’il est revenu en ville et qu’il a shaké ses couilles contre une chatte, sa barbe a repoussé. Mais est-ce que les seins se transforment tant que ça, que nous baisions ou non ?

Je ne sais pas quoi dire depuis deux jours sauf que mes seins sont énormes

mai 22, 2011

Marion m’attend à la station de métro Beaubien, écoutant du Ariane Moffatt et de nouvelles chansons du groupe Les Vestons. Nous marchons sur la Plaza, placotant bas nylon, enfants géants, et lancers du javelot. Nous nous arrêtons à La Vie en Rose, parce que ça fait une semaine que je ne porte plus de soutif, révélant mes tétons durs dans l’autobus, au travail, au Canada Hot-Dog, au Philémon, chez mes parents, à l’épicerie devant les popsicles en forme de fusée. Marion essaie un maillot de bain trop chou, pendant que j’essaie dix soutifs de taille différente, à motifs de fleurs et de limettes. Elle sort de la cabine pour me montrer les froufrous de son maillot. Elle est superbe, et je ne peux pas envier sa beauté parce que Marion est une fille trop gentille pour vouloir la jalouser. Je ne peux que la trouver super parfaite et prier pour avoir le même ventre qu’elle dans un an. (Si mes prières ne sont pas entendues, c’est pas grave, je me ferai des sangria light, en placotant bas nylon, enfants géants, lancers du javelot et petite culotte trop large.)

J’oublie presque mes grosses lunettes de soleil dans la cabine d’essayage, trop contente d’avoir enfin trouver un soutif qui soulève mes seins, les colle l’un contre l’autre, et promet de faire baver Alexandre Le Grand.

Loin des yeux, loin des jambes poilues

mai 16, 2011

Ma copine Amandine, alors qu’elle étudiait à Monaco, a rencontré un Russe qui l’a totalement charmée. Elle ne pensait plus à son promeneur de chiens, l’amour de sa vie qui l’attendait au Québec. Alexey est son double, ils s’adorent, ils aiment les mêmes recettes sans gluten et se rouler dans le sable, sur la plage. Le problème ? Il travaille maintenant en Amérique du Sud, pour quelques mois. Amandine, en l’attendant, peut se permettre, au moins, de ne pas se raser. Et de dévelloper sa sexy attitude sur Skype.

Source : http://www.postsecret.com/

Saké, Thaïlande et robes de bal

mai 16, 2011

Pas de petite culotte sous ma robe à licou

Des filles parlent des boutons qu’elles ont sous les seins à cause de la chaleur. Des touristes se demandent s’ils ont envie de manger belge ou asiatique. Une fille dit qu’elle veut boire jusqu’à oublier sa bouche charcutée par un chirurgien. Je relève un peu ma robe à licou, découvrant mes ballerines beiges, et j’entre au Philémon, en pensant que je me bourrerais bien de sushis et de saké, moi.

Je cherche Alexandre Le Grand. Je me faufile entre des robes sombres et des escarpins et des verres tenus par des doigts bagués de turquoise. J’entends Alexandre Le Grand qui m’appelle. Je lève la tête, je lui souris, et près de lui, à son oreille, je murmure que je ne porte pas de petite culotte sous ma robe. Il en profite pour répéter à voix haute mes propos. Je rougis, et je me présente à un de ses collègues, Mikolaj, récemment arrivé au Québec. J’embrasse aussi Sadek, et je lui souhaite un joyeux anniversaire d’avance. Il me dit que ses filles lui ont promis de faire le souper le lendemain et que même s’il les trouve gentilles, il craint de devoir commander de la pizza après. Je rigole et je lui dis que j’ai déjà raté un souper d’anniversaire parce que je n’avais pas vérifié si j’avais tous les plats et ingrédients nécessaires, et que finalement j’avais demandé piteusement à Alexandre Le Grand de commander de la pizza aussi.

La beauté des filles qui peuvent se permettre des souliers à talons hauts

Je m’asseois sur un canapé en cuir foncé. Alexandre Le Grand m’offre un Virgin Bloody Ceasar. Je regarde les cinq-six filles près de nous, elles sont jolies. Alexandre Le Grand suit mon regard, il me dit que c’est moi la plus belle, et je hausse les épaules. Des plumes oranges aux oreilles, ma longue robe satinée, mes tétons durs, et ma peau légèrement doré, je me trouve belle aussi, mais ce n’est pas pareil, je ne pourrai pas passer l’été en short, à montrer fièrement mon petit cul, parce que je n’aurai pas un petit cul cet été, et pas de sandales à talons de quatre pouces pour arquer mes jambes de nymphette. J’embrasse Alexandre Le Grand : « Si je pars avant toi ce soir, tu peux cruiser comme tu veux, et regarder comme tu veux aussi, tant que tu me répète que c’est vraiment moi, quand tu reviendras à l’appartement, c’est vraiment moi la plus belle. »

Sadek s’assoit à mes côtés. Il touche mon bras, passe la main sur ma joue : « C’est toi la plus belle. Qu’est-ce que tu fais avec mon meilleur ami ? » Je le pousse en rigolant, et Alexandre Le Grand vient s’asseoir entre nous. Il termine sa bière, et quand il se relève, pour parler à un autre copain, Mikolaj prend sa place. Il me parle de sa femme qu’il voit peu, car elle travaille de nuit, de sa cousine qui habite en Thaïlande, de son envie d’avoir un enfant mais de sa crainte de ne plus avoir la liberté de partir en weekend à Boston sur un coup de tête. Nous parlons de nos films préférés et je lui demande s’il a vu un film trop dramatiquement drôle, Killer Condom. Il secoue la tête, me dit qu’il tentera de le trouver à la Boîte Noire.

Bière sans alcool et fellation

Je commande une bière sans alcool, et je vérifie deux-trois fois si elle est vraiment sans alcool, parce qu’à chaque fois que j’en bois, j’ai l’impression que je me saoule anyway. Alexandre Le Grand revient avec une fille aux joues roses à son bras, vêtue d’une robe de Valérie Duhaime qui lui va too much bien. Elle joue avec un bracelet en argent en nous parlant, puis en voulant s’asseoir, elle tombe sur les genoux de Sadek. Elle se retourne vers lui, il tend les bras, la prend contre lui, refuse qu’elle s’asseoit différemment. Elle dit : « Je pensais que tu étais gai. »

Enfoncée dans le canapé, je continue à regarder autour de moi, ça serait mentir que de dire que je n’ai plus envie de sushis ou de saké, mais je me sens bien, tout le monde est beau, le serveur est craquant, et je suis près de gens que je peux écouter ou non, et à qui je peux dire que je vais gravement sucer mon mec plus tard, ou que je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas une activité parfaitement respectable que d’essayer des robes de bal sur la rue St-Hubert, à vingt-six ans, pendant toute une journée.

Juste pour le plaisir et some pasta

mai 15, 2011

Après s’être entraînée au gym pendant deux heures, Betty arrive chez moi, les cheveux raidis et brillants, la bouche cramoisie et le cellulaire qui sonne dès que je l’embrasse. Elle répond et promet au mec qui l’appelle d’amener une bouteille de vin rouge plus tard ce soir. Elle lui dit: « I want you to play guitar tonight. I’ll sing with you before we fuck. Oh and you need to practice your Spanish with me.» Elle raccroche. Elle me dit qu’elle a trop faim pour ouvrir sa bouche pour quoi que ce soit d’autres que des fajitas au Café Lézard.

Au Café, je me commande un chocolat chaud avec de la crème fouettée. Je regarde sur le cellaire de Betty les photos de son voyage au Portugal. Je lui confie que j’ai zéro potin, sauf genre le nombre de kilos que j’ai pris depuis le début de ma grossesse. Elle termine ses fajitas, et avant de retrouver mon mec et sa belle-fille à la crèmerie pour un dessert, elle me dit qu’Emmanuel l’a téléphonée, il y a une semaine, tard dans la soirée.

Je fais des gros yeux de biche, je veux tout savoir sur son appel, mais en même temps je ne veux rien savoir du tout. Emmanuel est un ancien copain et tout ce que je sais de lui right now c’est qu’il a encore les cheveux frisés genre. Nous marchons sur Masson, je croise Patrick Brisebois, un auteur que j’aime trop, qui me montre les 5 bouteilles de vin qu’il a réussi à mettre dans son sac-à-dos. Betty et moi nous regardons un bébé berger allemand, puis je lui demande de me raconter l’appel. « We didn’t speak a lot. Devine quoi, il m’appelait juste pour un trip à trois. He was like, I’m with a girl and she wants to fuck with a girl, so can you arrive at my place in 30 minutes? How could he think I would want it? How could he think he could call me pour ça after like 3 months with no news? I don’t understand men. Why do they want me for that? Je me sens comme si j’étais juste ça, pour eux, juste là pour leur plaisir and to do some pasta, and after that, they forget about me. »

À la crèmerie, Betty retrouve son sourire, grâce à un pug qui fait un bruit de cochonnet dès qu’on le caresse. Alexandre Le Grand l’embrasse. Belle-Fille Princesse lui saute dans les bras, et lui montre fièrement sa robe sans tache de crème glacée au chocolat. Betty me prend la main et nous allons commander un délice aux fraises à partager.

Faut se vider parfois

mai 11, 2011

Gaspard, le copain d’Alexandre Le Grand qui a un bouvier bernois à trois pattes seulement, lui a envoyé cette photo-là aujourd’hui. Man, je ne laisserai jamais mon mec avoir les couilles aussi gonflées que ça.