Demain je vais lire des mots cochons

mars 14, 2018

photo par Edwar Noize

Le Festival Dans ta tête organise une soirée de poésie et j’y ai été invitée. Je suis très triste de ne plus écrire de la poésie. Avant j’écrivais sur les seins de Victoria Beckham/ les filles de Ciudad Juarez/ tous les mecs qui m’ont demandé de leur dire je t’aime quand ils venaient juste de me lécher devant une émission des Simpsons dans une villa mexicaine. J’écrivais aussi sur les céréales Alphabits. Je n’écris plus de poésie mais peut-être qu’un jour je recommencerai.

Demain je vais lire un extrait de Juicy. Je ne sais pas encore comment je serai habillée ni si je porterai une perruque.

C’est au Vitrola, dès 20h, au 4602 rue Saint-Laurent.

Tout ceux impliqués là-dedans sont assez géniaux pour que vous braviez tempête de neige/mercredi soir/drame existentiel : Rosalie Asselin, Emmanuel Deraps, Jean-Guy Forget, Loriane Guay, Emmanuelle Riendeau, Stéphanie Roussel, Carole David, Marie Darsigny, Mélanie Jannard, Daniel Leblanc-Poirier, Jean-Christophe Réhel, Mathieu Renaud, Mathieu Arsenault, Frédéric Dumont et VioleTT Pi.

Voici comment Emmanuel Deraps décrit la soirée :

« show excès friendly

à jeun ou imbibé·es

les troubles-fêtes des événements mondains

la dégénérescence de la poésie de ruelle

givrée des deux versants de la page

l’excitation en prime

vous a dégoté

un bouquet de prestations

fraiches et ravissantes

indélébiles »

Quand Pierre-Yves McSween écrit à mon patron pour demander mon congédiement

mars 12, 2018

Samedi, le comptable/auteur/chroniqueur Pierre-Yves McSween s’est interrogé sur Facebook à propos d’une annonce immobilière. « L’annonce ne dit pas « à 23 secondes d’un bar de danseuses de la rue Ontario »…ni à 1 minute du Bercy : restaurant de haute gastronomie. Je me demande pourquoi… » Une amie escorte m’a fait parvenir une capture d’écran. Les escortes ne vivent pas enchaînées à un lit de motel : nous nous parlons de tout, des éponges à utiliser quand nous sommes menstruées, des mauvais clients et de tous les jugements qui nous pourrissent la vie, comme celui de Pierre-Yves McSween.

Dans le fil de commentaires de sa publication Facebook, il en profitait aussi, selon une jeune femme qui avait communiqué avec lui et qui habite avec sa fille à deux minutes de la maison en vente, pour dire qu’il fallait manquer de jugement pour habiter un quartier comme ça, plein de « prostitution de rue et de drogues », et que c’était donc nocif pour les enfants.

Je lui ai rétorqué, via Twitter, que si ce n’était pas indiqué, le Bercy et le bar de danseuses nues, c’était peut-être parce que tout le monde avait encore les mêmes préjugés que lui (outre le fait que les agents immobiliers n’ont pas à faire la carte touristique de chacune des demeures à vendre).

Il en a profité pour interpeller mon employeur, le Sac de Chips du Journal de Montréal, via Twitter et messages privés, afin de comprendre pourquoi j’étais encore une de leurs employées. Il a aussi souligné que je ne savais pas lire.

Ce n’est pas vrai.

J’ai déjà lu à voix haute un essai pendant que j’étais filmée, la queue d’un mec entre les fesses.

J’ai lu aussi beaucoup de livres avant d’avoir dix-huit ans et mille amants, j’ai lu Du côté des petites filles, la même édition que ma mère avait lue d’abord, celle qu’elle avait annotée et soulignée au crayon Bic, j’ai lu un recueil de poésie américaine dans le sable; je l’avais acheté dans une librairie où il y avait trois ou quatre chats, j’ai lu Virginie Despentes et des revues Maxim, et le lendemain je ne tuais personne. J’allais enseigner le ski à des enfants de quatre ans ou je chantais Hit me baby one more time et Evita dans l’escalier de mon école privée.

Aimer pour ne pas avoir à se prouver que tout est possible ailleurs

C’est une amie qui chantait avec moi. Elle habite en Suisse maintenant. Je n’ai jamais voyagé, je le regrette, ça et ne pas être devenue une espionne, ce sont peut-être mes seuls regrets. Quand j’ai eu dix-huit ans je suis tombée en amour avec le même homme qui m’avait laissée quand nous avions quinze ans. Il préférait jouer au base-ball avec ses copains plutôt que de me tenir la main. Je me suis mariée avec lui au lieu de devenir une fille au pair dans une famille londonienne. C’était par amour ou parce que comme ça, je n’avais rien à prouver. Je n’avais pas à apprendre à cuisiner autre chose que des grilled cheese. Je n’avais pas à apprendre à conduire. Je n’avais pas à prendre l’avion sans laisser à mes parents des lettres dans lesquelles je leur disais des secrets, si j’étais trouvée morte dans l’océan. Je leur laisse toujours des lettres comme ça, dans des paquets de céréales ou au congélateur. Si je disparais, ils sauront tout de moi, entre des croquettes au simili poulet et des morceaux d’ananas congelés.

Si je suis devenue escorte c’est parce que je trouvais ça ennuyant être libraire. Pas parce que je ne savais pas lire. Ni parce que je suis faite pour plaire. J’ai les yeux cernés. Je ris en grognant comme un cochon. Je mange des Cheetos et de la pizza toute garnie au lit. Je ne sais pas plier un drap contour et je n’ai pas envie de regarder des vidéos sur youtube pour savoir comment. J’ai les ongles cassants, et même si je prie le soir avant de m’endormir, je ne pardonne pas ni n’oublie facilement, je ne veux pas, je me souviens encore du goût des derniers repas avant chacune de mes ruptures, je me souviens des ballerines que je ne pouvais pas porter pour toi, je me souviens de tout sauf de la première fois que j’ai vu ma fille.

Les filles comme moi qui sont payées

Je me souviens aussi de toutes les remarques faites sur les filles comme moi. Les filles payées pour des fellations avec condom à la menthe. Les filles payées pour écouter. Les filles payées pour sommeiller entre une réunion d’affaires et un vol vers Tokyo. Les filles payées pour caresser les marques d’une guerre sur le dos d’un homme ou celles d’un cancer. Les filles payées pour aimer les cicatrices. Nous les aimons souvent les cicatrices. J’en ai au poignet. Comme des bracelets tracés au couteau. J’avais quinze ans, seize ans et plus de vingt ans. C’était pour ne pas hurler.

Maintenant je hurle et je porte les bracelets de boutons et de fil de pêche que me créent ma fille.

Tout ce que je sais faire à part chanter l’alphabet

Quand un homme connu, cette fin de semaine, a ridiculisé les filles comme moi, a écrit que c’était nocif, élever des enfants dans un quartier avec des filles qui dansent et des filles qui sont debout sans attendre un autobus, avant d’écrire que je ne savais pas lire et qu’il ne comprenait pas pourquoi j’écrivais encore, pourquoi j’étais payée pour écrire, je ne l’oublie pas.

Je sais sucer. Je sais aussi encore pleurer devant des films pour enfants. Je suis allée voir Ferdinand, avec mes enfants et mon amoureux, et j’ai pleuré, quand, devant le gentil taureau, les spectateurs ont lancé des fleurs rouges. Je pleure souvent. Je sais pleurer et choisir un mascara bien waterproof.

Et je sais lire, même si je n’ai pas lu le livre de celui qui s’est moqué de moi et même si je ne me sentirai jamais plus importante que ceux qui ne savent pas. Il y a un homme qui venait me voir avant, il me parlait de la marque de ses jeans et de Wong Kar Wai, et je lui parlais de littérature nordique. Il y un autre homme qui était un soir médecin et un mois après il construisait des gratte-ciels ou vendait des cellulaires. Il y en a d’autres qui me prenaient dans leur bras et ça suffisait pour qu’ils se jouissent dessus. Un qui m’a demandé s’il pouvait chuchoter salope à mon oreille. Aucun pour me faire sentir comme si je ne méritais pas d’écrire et d’être entendue quand je hurle doucement ou quand je rentre des faux ongles dans la paume de mes mains.

Je demande des excuses.

Être ensevelie sous le foutre et se relever

février 19, 2018

MO

Je veux trouver une classe de yoga comme ça

février 19, 2018

PULP

Je n’étais pas saoule

février 19, 2018

Résultats de recherche d'images pour « bye bye mon cowboy »

L’autre fois j’ai chanté du Mitsou avec une amie. C’était une soirée magique parce que c’est si rare que je l’aie que pour moi et elle est une personne que j’admire/aime totalement/trouve trop jolie. La plus lady des salopes. Une reine qui sait parler d’orteils dans le vagin.

J’en parle trop joyeuse à Marceau le soir, alors que je me gelais un peu dehors et que j’avais l’air déjà saoule. J’étais pas saoule.

Écoutez-moi parler de fantasmes, d’aventures sexuelles choquantes et de professeur qui baise des étudiantes.

J’aime mieux le mauvais sexe que le mauvais usage du mot vagin

février 19, 2018

Quand Chantal Guy de La Presse m’a contactée pour discuter bonnes et mauvaises scènes de sexe, j’étais très heureuse. Nous avons parlé ensemble de l’anus chocolaté et de l’ennui trouvé dans 50 Shades of Gray, des noms de fruits utilisés pour remplacer le mot vulve style j’ai pénétré son pamplemousse juteux.

Elle a aussi questionné l’auteur Jean-Simon Desrochers, dont j’aime beaucoup beaucoup l’oeuvre. C’est à lire ici.

Pour moi, une bonne scène de sexe n’est pas obligée d’être décrite d’un point de vue du corps ou des sensations du corps. On peut parler de la couleur des murs, du drap qui se défait ou qu’il faut laver bientôt, des miettes de croissants, des sentiments – ou absence de sentiments – qu’on a pour l’autre personne. On peut parler de trucs pas excitants aussi, sans que ce soit une scène de mauvais sexe, on peut parler de transpiration, de coiffure qui fout le camp, d’un condom difficile à mettre, d’une frustration quand le cunni est mauvais et qu’on en rêvait depuis trois heures. Les crampes et le sang ne me font pas décrocher – en tout cas moins que si j’ai l’impression qu’un auteur se branle en écrivant une scène lesbienne et se trompe entre le mot vagin et vulve.

Le romantisme n’est pas si excitant

février 14, 2018

L’image contient peut-être : fleur et texte

Branlez-vous ou lisez-moi

janvier 30, 2018

BRANLE

 

 

 

 

branle2

Si vous n’avez pas encore lu Juicy, vous devriez. Parce que je vous le dis et parce que je ne vois pas ce qui pourrait être mieux qu’une « satire certes loufoque, mais aussi très glauque, rappelant une fan fiction de la bande dessinée Archie qu’auraient imaginée à quatre mains Ionesco et Chuck Palahniuk (Fight Club). » (merci Le Devoir)

Avec un verre de blanc si vous êtes comme ma copine extra Vania. Love. Merci pour vrai de me suivre dans ce que je fais, que ce soit sérieux ou déjanté, ou aux limites des deux.

branle3.jpg

 

branle4

J’aimerais que ce soit ma vie

janvier 29, 2018

SARAH

Les aventures sexuelles les plus choquantes

janvier 28, 2018

CHOCQUANT

Ma vie sexuelle est très routinière : fessée à minuit, l’amour en cuillère et vibrateur. Je vis toutes les aventures de mes copines par procuration, et j’adore quand elles me confient leur découverte du polyamour ou les bottes qu’elles portent pour marcher sur un amant. Ça m’a donné l’idée d’en savoir plus sur les aventures les plus folichonnes des gens que je fréquente de loin (groupe Facebook obscur sur les parties de jambes en l’air en forêt) et de plus près (maman d’un ami de mes enfants).

Voici leurs secrets les plus coquins. À ne pas lire si vous n’aimez pas rougir ou les fantasmes qui incluent autre chose qu’un bouquet de roses.

Conrad : « Dans un ascenseur au bureau. Sabotage érotique du temps de travail. C’était un ascenseur peu utilisé. Il y en avait plusieurs dans le bâtiment. On pas été dérangé du tout. Le grand miroir a rendu le truc vachement sympa. »

Aurélie : « Baiser toute une semaine avec un gars rencontré lors d’un festival de musique techno. Et me rendre compte qu’au bout d’une semaine, je ne connaissais pas son nom. Et lui ne connaissait pas le mien. »

Thomas : « Après une journée de manifestation, mais je déconseille vivement de lécher sa blonde après une manif et avant une douche, si on est moustachu et qu’on a pris du gaz dans la gueule. »

Benjamin : « Sur le toit de l’aquarium du Trocadero, avec vue sur la tour Eiffel et sur les touristes. C’était avec une Américaine, je voulais lui laisser un beau souvenir de Paris.  Faut contourner une grille au-dessus du vide. Pour quelqu’un qui a le vertige, je ne recommande pas. Après, par contre, c’est tranquille. Sur le toit il y a même des bouches d’aération qui balancent de l’air chaud. C’est le paradis. »

Karine : « Sucer mon mec quand il conduit. Sauf pour les coups de volant à l’arrière du crâne, ça m’excite beaucoup. »

Christophe : « J’aimais bien me faire sucer quand je conduisais sur l’autoroute. Quand je n’avais pas d’enfant à l’arrière. #parentresponsable Et quand j’avais un partenaire qui prenait tout en bouche sinon ça en fout partout. »

Agathe : « Contre le mur extérieur d’une église. C’est bien là qu’on fait les meilleures prières. »

Félicité : « Moi et mon copain on est entrés subrepticement dans le jardin de gens partis en vacances et on a emprunté leur piscine pour un bain de minuit. »

Dominic : « Ma première fois a commencé devant le film Saw. »

Archibald :  « Un jour je vais à un anniversaire et en fin de soirée on me demande d’aider une voisine présente à ramener les chaises qu’elle avait apportées. Je l’aide donc, et arrivé chez elle, je demande à aller aux toilettes. Quand j’en suis ressorti, elle était nue. Je lui dis que je n’allais pas la déranger plus longtemps. Elle me répond qu’elle avait pourtant prévu que je resterais. »

CHOQUANT3

Cynthia : « À côté des gens qui dorment…Sauf qu’en toute honnêteté, on sait qu’ils font juste semblant! »

Amandine : « Dans un hangar qui faisait office de bureaux et garage pour une compagnie de sécurité pour les incendies. BDSM toute la nuit. On a pris 20 minutes à gratter les gouttes de cire sur le parquet. »

Christine : « Dans la file d’attente de Space Mountain à Disney. Vers 17h, c’est l’heure creuse et il n’y avait personne. On a fait ça debout. »

Rémi : « Quand j’ai voulu présenter ma copine à mon amante, à une soirée thème pirate, et qu’elles se sont tellement bien entendu qu’on a fini tous les trois dans le lit. »

CHOQUANY4.jpg

Aube : « Sur un balcon durant un feu d’artifices. »

Circée : « Ma meilleure fois, c’était lorsque j’ai passé une nuit enfermée dans une armoire, attachée et baillonnée avec du sperme encore plein sur moi. »