Elle a encore sa plaque d’employée du mois du McDonald

mars 29, 2020

Shot with NOMO INS W.

C’est l’anniversaire de ma mère. Les enfants viennent de manger de la sole. Ma fille m’avait demandé de la mayonnaise mais elle n’y a pas touchée. Je me la garde pour un hamburger plus tard.

Mon fils est fâché. Il n’a pas réussi à dessiner une fusée. Il s’inquiète que ma mère ne comprenne pas que ce soit une fusée. Il a ajouté de la couleur. Il n’est pas plus satisfait. La couleur camoufle les escaliers qu’il avait tracés. Ma fille est fière de son dessin : elle a dessiné ma mère, « sans les rides parce que ça prendrait trop de place dans son visage. » Elle est fière des cheveux. Elle les a d’abord dessinés bruns, puis elle y a ajouté du rouge. Ça donne une teinte qu’elle est certaine d’être celle de ma mère.

Ma mère m’a offert plein de vies de secours. Elle ne m’a pas comprise pendant longtemps, et moi, moi je ne réussirai jamais à la comprendre comme je réussis parfois à savoir les gens comme ils sont, quand ils s’offrent à moi et que je m’offre à eux, ma mère je ne saurai jamais ce qu’elle me cache mais elle m’a toujours dit beaucoup. Elle a encore sa plaque d’employée du mois au McDonald à la maison. Elle court toujours comme je ne saurai jamais courir même si elle m’y a encouragée.

Je l’aime et je ne lunche pas avec elle, comme nous faisons habituellement, avant de nous enfermer dans des cabines d’essayage. Pour nos anniversaires presque à même date, elle m’offre souvent une robe, pour que je sois comme je veux, l’an dernier c’était une robe bourgogne avec des fleurs. Je ne l’ai pas encore portée. J’ai grossi – ce n’est pas grave, gosh, mais je n’ai pas porté la robe, c’est tout. Elle ne me faisait plus un mois après l’avoir achetée. Et cette année je porterais n’importe quoi pour être avec elle, cachée ou non dans une cabine d’essayage, cachée ou non par nos secrets communs, je la connais ma mère et elle me connait aussi.

Je porte ses pantoufles aujourd’hui.

Shot with NOMO INS W.

More than a woman

mars 25, 2020

Shot with NOMO INS W.

merci à H pour le moment joyeux qu’elle m’a confié

J’ai un ami qui note dans un calendrier des Scouts toutes les ouvertures de nouvelles places de ramens. L’an dernier, je l’ai accompagné à deux reprises. La dernière fois c’était après que sa blonde soit partie en Colombie-Britannique. Elle est dans l’armée et elle doit suivre ce qui est attendu d’elle, pas juste savoir bien faire son lit le matin. Elle sera à Victoria pendant trois ans et la nouvelle avait assommé mon ami. Nous avions bu sur la rue Saint-Hubert, lors d’un vernissage de portraits de femmes qui font pipi accroupie dehors. Moi je suis allée une seule fois faire pipi dans la nature et c’était lors d’une Saint-Jean-Baptiste.

C’était à la campagne. Mon voisin jouait de la guitare en amateur sur une scène. Il faisait rimer « Québec » avec « s’il te plait un bec. » J’étais au secondaire; c’était la deuxième fête de la Saint-Jean où je n’accompagnais pas mes parents à la fête du village. Je me rendais au même endroit qu’eux, mais une heure plus tard, avec des gourdes de Sautons en cœur, remplies de bière blonde. Mes amies et moi avions peur qu’il y ait un gardien de sécurité alors nos gourdes étaient dans nos culottes, et nous avions attachés autour de nos tailles un gros chandail à capuchon.

Quand nous sommes entrés dans le parc il n’y avait pas de gardien de sécurité. Il y avait une tente sous laquelle des bénévoles donnaient des drapeaux et vendaient des chips, des 7up et de la Molson. J’avais reconnu des groupes d’élèves de notre école. Une fille portait la paire de shorts que je voulais au Ardène du centre commercial à quarante-cinq minutes de tracteur de chez moi. L’été je travaillais dans la buanderie de mon oncle, mais mon rêve c’était de travailler au Ardène et de dépenser la moitié de mon chèque de paie pour les sacs à surprises, vendus à la caisse, plein de lunettes fumées, de pinces à cheveux rose fushia et de bas en dentelle.

Une de mes amies est allée embrasser sa cousine. Elle a fait semblant qu’elle avait l’habitude de fumer du pot, comme si elle faisait ça encore plus souvent que de se couper maladroitement le toupet. Elle s’est étouffée. Je lui ai piqué le joint. J’ai tiré dessus et quand j’ai soufflé la fumée, je me suis sentie vieille, prête à déménager à New-York, à avoir un agenda aux cases remplies de cours de pastels gras, des pantalons patchés avec des étoiles. Je saurais un jour comment patcher mes pantalons. Fumer me fait encore cet effet. C’est le moment d’expirer, de tout projeter vers ailleurs, qui me donne l’impression d’avoir le contrôle sur tout.

J’ai passé le joint à la cousine et j’ai pris la main de Lena, une autre amie, pour que nous nous trouvions un arbre à nous, sous lequel s’asseoir et boire ce qu’il y avait dans nos gourdes de Sautons en cœur. Nous nous sommes arrêtées de groupe en groupe, avant de nous joindre finalement à des filles un peu plus vieilles. L’un d’elle sortait avec le frère de mon amie. Elle m’avait raconté qu’ils n’avaient pas la permission d’aller s’enfermer dans une chambre, alors mon amie avait la responsabilité de les divertir et de leur proposer de jouer aux dominos ou au Scrabble dès que les parents avaient peur d’une grossesse non désirée sur leur canapé, à coups de bassin dans des jeans serrés. J’étais contente de ne pas avoir de frère.

Nous ne buvions pas trop vite, nous voulions avoir de la bière jusqu’à minuit, mais chaque gorgée me donnait l’impression d’être plus saoule qu’à Noël, quand mes parents me donnent un verre de champagne. Il y avait les feux follets créés par tout ce qui se fumait, les rires, l’odeur de la bière renversée et de la sueur et de ceux qui espéraient baiser. Ils sentaient les échantillons de parfums de pharmacie et le bal de finissants raté.

Quand j’ai eu envie de pipi, j’ai juré que je serais incapable d’y aller toute seule. J’avais peur de couleuvres ou juste de me perdre et de passer la Saint-Jean-Baptiste à regarder des ombres sans deviner mes amies. Lena a proposé de m’accompagner. Nous avons avancé vers le fleuve Saint-Laurent, dans les hautes herbes à des dizaines de mètres de la berge. Je riais, je ne savais pas comment me placer. Lena m’a dit de baisser mon pantalon et de faire comme elle. Je craignais de faire pipi direct dans mon pantalon, alors j’ai d’abord retiré mes baskets, puis mon pantalon. J’ai mis ma petite culotte sur le dessus de mes jeans, pour ne pas qu’elle soit souillée. En prenant ma main, Lena s’est accroupie. « Ferme les yeux et fais comme si tu participais au concours du plus gros pipi du monde. »

J’ai d’abord senti que ça coulait sur ma cuisses et après, un jet, plus fort, entre mes jambes. J’étais fière d’avoir réussi à faire pipi dehors, comme si je méritais une mention très bien dans mon prochain bulletin. Je me suis rhabillée lentement, avec précautions, et j’ai repris la main de Lena. En marchant vers les feux follets et la musique et les moustiques qui aiment me piquer derrière les oreilles, je me suis tournée vers elle et elle était déjà tourné vers moi. C’était peut-être juste pour me demander si j’avais encore de la bière dans ma gourde. Je l’ai embrassée. C’était la première fois que j’embrassais une fille. Elle a serré fort ma main et son autre main est venue se déposer sur ma queue de pouliche. Elle a joué avec mes cheveux, les emprisonnant dans ses doigts, les libérant, et toujours le même mouvement, répété. Je ne voulais pas cesser de l’embrasser.

Maintenant je suis à Montréal et Lena est sur Facebook. J’aime cuisiner à la maison, avec les poils de mes chats comme accompagnement, trop souvent. Je n’aime pas particulièrement les ramens, mais j’avais invité Béatrice, ma nouvelle fréquentation, à la place que m’avait faite découvrir mon ami, quand son amoureuse était partie pour une autre province. Juste avant que nous soyons tous séparés, par l’isolement, pas par des vacances d’été d’école secondaire, nous avions profité d’une soirée ensemble. Nous nous connaissions un peu, nous avions été quelques fois à des lectures de poésie ensemble. Et cette soirée, c’était notre dernière, mais nous ne le savions pas.

J’y avais pensé, parce que je regardais les journaux, sans faire exprès, toute cette actualité qui ne me ramenait à rien, encore moins dans ses bras. Je n’avais rien dit, je n’avais pas parlé de ma peur et je n’avais pas proposé que nous regardions nos horoscopes. J’avais parlé de nos prochains plans, du jardin qu’elle voulait m’aider à organiser, pour les herbes dont je saupoudre tous mes plats, et elle m’avait rappelé qu’il y avait un cours de danse ouvert à tous au studio où elle étire ses jambes et les plie et fait mine de casser tout son corps, pour le reconstruire dans des chorégraphies que je ne connais pas encore. C’était trois jours plus tard.

Nous ne pouvions pas nous embrasser, ce soir-là. Quand nous sommes parties, chacune de notre côté, dans un escalier mécanique différent, et que nous nous sommes retrouvés face à face sur les quais du métro, j’ai mis la chanson More than a woman dans mes écouteurs.

J’ai dansé pour elle. Nous ne nous étions pas embrassées mais elle avait souri.

 

 

 

Confiez-moi un moment

mars 24, 2020

Ma fille m’a parlé de la marée basse, au Nouveau-Brunswick, des chemins que le sable lui permettait de créer, sur l’eau, avant de s’asseoir et de construire château de sable et bols de toilettes en sable (si je ne suis pas classe, ma fille ne l’est pas plus.)

Mon fils se souvient le goût d’un milkshake qu’il avait pris au cinéma, et je ne me souviens pas de leur avoir jamais proposé de milkshake au cinéma, mais je me souviens les salles presque désertes du cinéma de Saint-Léonard, où nous allions, avant de faire des courses avec des charriots d’épicerie (et d’aller chercher des capsules de canneberges et autres produits miraculeux chez Tau.)

Moi je me souviens, récemment, d’un moment hors du temps, un temps calculé surtout en fonction des mille pipis que je fais quand je bois de l’eau gazeuses aux fraises des bois et de la vodka. J’étais dans une usine transformée en ateliers d’artistes et autres bureaux. Il y a des corridors labyrinthes et au milieu de l’un, une ouverture vers ailleurs. C’était comme un faux décor, qui ne pouvait être vrai que pour moi. C’est là, dans une imitation de décor en carton-pâte, que je versais distraitement dans des verres en plastique du Dollorama, comme un élixir.

Vous avez un moment, une image, quelque chose, n’importe quoi, un souvenir, l’odeur d’une doudou lavée par votre mère, et vous vous voulez me donnez cet instant? Je le prendrais et le fictionnaliserait, pour en faire une nouvelle, que je publierais ici, pour que nous pensions tous à ce que ça signifie, un moment hors de la crise.

Être toujours à part

décembre 3, 2019

IMG_7851 (1)

nous avons l’air pudiques parce que les putes sont pudiques aussi 

Lire Emma Becker ce n’est pas que s’arrêter aux photos d’elle sur Google Images. Ce n’est pas non plus croire qu’elle écrit pour que tout le monde fasse comme elle ou se fasse tatouer le mot pute contre le cœur ou autour de l’annulaire.

J’ai rencontré Emma Becker – Emma Becker, pas « Emma », pas « Justine », je ne me permettrais pas de l’appeler par son prénom comme sur un plateau télé quand elle vouvoie et croise les bras – samedi matin. C’est pour un projet en compagnie d’une journaliste que j’admire et qui garde de ses lectures des passages étoilés et des questions toujours intéressantes. Moi je suis celle qui demande « quel type de mec tu choisirais de payer pour baiser? » J’exagère. Enfin.

Avant de la rencontrer je l’ai lue. Je n’ai pas lu ses premiers livres. J’ai lu des entrevues, dans lesquelles elle parlait des auteurs qu’elle aimait, de bordels aussi, elle parlait déjà de bordels il y a près de dix ans. Du corps. Du désir. Je lirai ses premiers livres. J’ai lu son troisième, La Maison, contrairement à plein de gens qui en parlent, en se vantant presque de ne pas l’avoir lu.

Dans La Maison elle parle de la facilité, de ce concept faussé que les personnes empruntent pour débattre des escortes, comme si elles n’étaient que des corps vaniteux, couchés sur du satin, à attendre les coups de bite et les billets. La facilité, « c’est le mot qu’utilisent les autres, ceux qui ignorent s’il est facile ou non de baiser six fois par jour, de sucer autant de queues et de le faire bien, avec le sourire, sans coup de dent maladroit, sans un soupir d’impatience. »

Alors que sur les réseaux sociaux des autrices revendiquent une littérature qui devraient préserver les jeunes filles de toute envie autre que des brownies et croient qu’Emma Becker a écrit un livre romantique sur la prostitution, Becker décrit la séance d’un mec qui répand sa merde quand il se fait pegger et fait dire à un de ses personnages que « le problème avec ce métier, c’est qu’au bout d’un moment, ton corps ne sait plus quand tu fais semblant et quand tu sens vraiment quelque chose. »

Elle décrit les limites du corps et appelle les lecteurs à tester leurs propres limites quant à la morale et à ce qu’ils aiment. Peut-être qu’ils n’aiment pas baiser. Peut-être qu’ils ne peuvent pas comprendre que des femmes puissent vouloir baiser dans un cadre différent que celui d’un souper au restaurant suivi d’une invitation à prendre un faux café dans un appartement. « Ce métier en appelle à la capacité des femmes à perdre leurs repères et à les retrouver tels qu’ils étaient à la même place. »

Quand j’ai rencontré Emma Becker, elle m’a parlé de l’absence de compétition dans un bordel, de cette bienveillance entre filles, de cette chair qui, peu importe l’âge ou le poids, peut faire bander. En France, alors que des féministes lui disent que sa chatte ne lui appartient plus parce que trop de mecs y ont giclé et qu’elles tentent d’empêcher les passages de Becker hors du lit – parce que les putes, il faut les faire taire et attendre qu’elles meurent, pour parler à leur place, il faut leur inventer des traumatismes d’enfance et une détresse liée au foutre dans leurs cheveux – et au Québec, alors que ce sont Julie Snyder, Sylvie Payette, Evelyne Gauthier et d’autres qui osent remettre en question ce que Becker a écrit, qui osent dire qu’elle invente peut-être tout, je trouve pénible ce sentiment que des femmes en oppressent d’autres.

IMG_8038

Je n’aime pas écrire contre des femmes – quand une réalisatrice a publié l’an dernier la photo de masseuses sur Twitter en demandant aux policiers d’intervenir, j’en ai parlé, sans mettre son nom, même si elle mettait en danger la dignité des travailleuses du sexe, même si elle traçait une ligne de rupture entre elle et ces personnes qui boivent du Orange Crush entre deux clients à masser. Je n’ai pas cette même retenue envers les hommes. Je ne dois rien aux hommes. Ça me brise, de voir des femmes qui préfèrent croire qu’elles sont au-dessus de ça – au-dessus de ce besoin d’avoir de l’argent pour des croissants, des albums à colorier, le loyer, des études, un psychologue pour un enfant.

IMG_8039

Quand Emma Becker parle de travail du sexe, elle parle de temps. Elle n’a jamais dit que c’était un travail comme un autre – même si Julie Snyder, à Tout le monde en parle, le visage en catastrophe, a décidé de rester à l’image d’usine, elle, qui, productrice et animatrice, place des femmes en série et robe, derrière des valises, silencieuses, jusqu’à ce qu’un homme leur donne des ordres, elle, qui, productrice, invite à donner des illusions d’amour pour un condo et des voyages.

Emma Becker l’écrit : « Ça n’a rien d’un métier comme les autres que de louer cette partie-là de notre corps ainsi que cette intimité si large, si vague. Il suffit, pour en avoir le cœur net, d’imaginer la mine contrite de l’employé de banque auquel on répondrait « pute » à la question Que faites-vous dans la vie? On peut être aussi fortes et convaincues qu’on veut, ce n’est pas rien d’être toujours à part. Nul besoin des autres pour le sentir, mais les autres ne se privent pas de le faire savoir. »

Avec ou sans lubrifiant

octobre 11, 2019

DSC_3604

photo par Myriam Lafrenière

Une amie m’a m’a remerciée cette semaine de fister son esprit. Et le mec qui a la plus belle chienne du quartier en a rajouté:  » Tu golden shower mes journées grises avec tes articles. » 

Je suis choyée.

J’aime ça venir dans ta tête

octobre 8, 2019

Je suis lente pour écrire. Je n’ai pas de raisons. J’ai des journées à chercher des stickers à coller dans mon agenda, des journées à faire des muffins aux carottes qui ne goûtent rien et que les enfants refusent de manger, des journées d’une vidéo de pieuvre qui change de couleur en dormant, des journées à décrire des queues (vous pouvez me demander, c’est un service que j’offre maintenant, la description de vos photos de queues en échange d’argent pour de la vodka), des journées à marcher, à lire, à changer de couleurs de vernir, à commencer un projet, à boire en parlant de commencer un nouveau projet.

Je reste lente pour écrire.

 

Mais cet automne j’ai participé à deux livres qui sont publiés. J’en suis trop fière. Hustling Verses, une anthologie de poèmes de travailleurs.ses du sexe du monde entier. Et Je suis indestructible, un livre-objet d’art, dans lequel je raconte mon agression sexuelle et l’après-agression sexuelle, et aussi toutes les merdes que je suis prête à faire quand je suis en amour.

Lisez-moi please. J’aime ça venir dans votre tête.

 

Popcorn et vodka soda

octobre 7, 2019

Parfois je parle et je n’écris pas. Ça donne les meilleures soirées. C’était une joie que d’accompagner la journaliste Natalia Wysocka à la première de Hustlers il y a quelques semaines, en compagnie de copines.

Ce que j’aime de cette journaliste de La Presse : quand elle écrit elle ne passe pas son temps à décrire physiquement les personnes qu’elle interview. Personne ne peut deviner le décolleté d’une auteure ou la couleur du rouge sur les lèvres d’une chanteuse sous sa plume. Elle cite. Il n’y a pas de regard ou d’emprise pornifiante sous ses mots et c’est rare que ça arrive. Ce n’est pas grave que ce soit indiqué que je suis peu maquillée ou que mes lèvres sont rouges et que mon chandail est gris et en lainage. Ce n’est pas grave mais ça détourne le propos, que de décrire, ça corrompt la réception de toute œuvre ou opinion.

Enfin bref, Wysocka ne fait pas ça, alors vous ne pouvez même pas deviner à quoi ressemblaient mes copines travailleuses du sexe qui m’ont permis, après le film, de tenter de nouveaux mouvements de stripper, assise sur elles. Nous étions glorieuses en tout cas.

Extraits de l’article : « C’est d’ailleurs l’un des points principaux du film : la solidarité. Que l’on sent émaner du groupe qui nous entoure. De façon nettement moins romancée qu’à l’écran. Là où l’on voit toutes les femmes, dansant autour de l’arbre de Noël, s’offrant des Louboutin, blaguant avec la grand-mère de l’une, haha, vous êtes une coquine, vous aussi, mamie. « Cette scène m’a presque fait pleurer, s’émeut Mélodie. Je trouvais ça trop adorable ! » Désolée, tranche Morgane, mais « ça, c’est fucking pas vrai ». « Ce n’est pas comme ça que ça se passe dans les clubs ! On se fait une, deux amies, mais la dynamique est complètement différente. » Dans les mots d’Alice : « Ce n’est pas une équipe de hockey. »

À lire aussi: un article du site Tits & Sass sur Hustlers

Je ne sais pas si je dois m’excuser de tout raconter

mai 23, 2019

Mon grand-père est mort et pendant que j’écris j’ai des notifications du site web Dreamlover qui poppent sur mon écran Kiara Cole Hookups Before Prom et mon grand-père reste mort quand même.

Je l’ai su parce que je suis allée me prendre une poutine chez Piri-Piri passé 21h. J’ai regardé mes textos. J’en avais un d’une amie. Je prends un chai latte demain en sa compagnie. Je ne l’ai pas vue depuis une semaine. Habituellement je la vois en matinée, quand nous allons porter nos fils à l’école, les deux avec leur trottinette et leurs cheveux rasés par le barbier qui a pignon sur rue. Il avait pignon sur rue mais maintenant il est sur la rue Rosemont, parce que le loyer était trop cher sur la 8e avenue et comme ça il peut avoir la clientèle des écoles secondaires et du cégep. Il s’appelle Mustapha et il a une revue de coupes masculines dans son salon avec David Beckham sur la page couverture et c’est ma revue préférée.

Quand les enfants se font couper la frange ou raser les cheveux, Mustapha leur donne des sucettes. Quand nous passions seulement pour le saluer, il leur en donnait aussi. C’était sur le chemin du retour de l’école. Je faisais exprès de cesser de regarder mon cellulaire pour tenter de l’apercevoir dans son salon, ou sur le trottoir, à fumer une clope.

J’avais aussi un texto de ma mère, qui me demandait si je pouvais être présente pour une cérémonie, ce vendredi. J’ai demandé une grosse poutine au poulet et j’ai contacté ma mère. J’ai dû l’interrompre pour préciser que je voulais de la sauce forte. C’est spécial, parler de la mort et se préoccuper de la sauce forte, et j’ai séché mes larmes avec une serviette brune. Je suis triste mais surtout pour ma mère. Elle avait commencé à ranger la maison de mon grand-père la veille, avec sa sœur, et elle avait mal dormi, à se réveiller sans cesse. Je n’ai pas demandé à quoi elle pensait, en se réveillant. J’ai vraiment pensé un bref instant aux objets qu’il avait accumulés. Je me souviens de son jardin, immense, avec des concombres, des perces-oreilles, des carottes, et un énorme pommier qui surplombait la moitié de la cour.

Je me souviens aussi qu’il ne voulait ni câlins ni baisers et quand il refusait mes câlins, enfant, j’avais ma grand-mère et ma marraine pour se précipiter vers moi et pour m’en donner. C’était tellement exagéré, soudain, chaque fois, que je savais que c’était alarmant.

Mon grand-père ne donnait pas de câlins. Il pointait une arme contre la tempe de ma grand-mère devant tous ses enfants.

J’écris ça et je sais que mes frères vont détester et j’espère que ma mère ne lira pas. C’est horrible m’avoir comme sœur, fille et amie. Je raconte tout. Mes cicatrices. Les hommes qui me laissent des compliments dans ma messagerie Instagram, et qui font pareil avec mes amies, je les raconte, nous nous racontons tout. Ma mère m’avait déjà appelée il y a quelques années, à l’annonce d’un proche qui avait le cancer : « Surtout n’écris pas sur ça. » J’en avais été choquée. J’écris et je parle trop. Je n’ai jamais écrit sur ça. J’avais accepté l’avertissement, après avoir raccroché, virulente. Et mon père, qui a dû supporter tous les commérages, à son travail, quand j’ai raconté que j’avais été escorte et que ça avait fait scandale, dans ma petite ville natale, dans mon Repentigny sans empathie. Tout le monde parlait et il faisait comme si rien n’était. Il ne m’en a jamais parlé non plus. C’est quelqu’un qui m’a dit qu’il avait trouvé mon père fort et digne et je peux le croire. Mais je ne réussis pas non plus à trouver ça moins fort et digne de dire les choses.

J’ai fait tout ce que j’ai raconté. Et mon grand-père avait un jardin, des tatouages, une chambre séparée de celle de ma grand-mère et dans la sienne, il n’y avait pas de mes dessins jusqu’au plafond.

Le jour de l’An avec mes cousins et cousines nous buvions beaucoup de boissons gazeuses dans le sous-sol de mon grand-père. Je n’ai jamais bu ailleurs du Cream Soda et du Crush aux raisins. Ça n’aurait pas goûté pareil.

Je ne sais même plus il y a combien de calories dans une pomme verte mais oh well

avril 28, 2019

J’ai envie d’écrire de la poésie de bimbo, de la poésie sur mes copines, sur les filles avec qui je dansais et pleurais à six heures du matin, j’ai envie d’écrire des vers sur mes seins et mes talons qui cassent, sur les doormen qui étaient gentils mais qui devaient m’en vouloir de tomber partout, j’ai envie d’écrire sur les copines que j’ai perdues, sur celles qui sont là, sur celles que je retrouve, pour une prochaine margarita, cette année il n’y a rien que je ne chérisse plus que la loyauté de mes amies, il n’y a rien de plus fort que ces filles qui m’ont entendue dire les pires conneries, les filles qui ne m’en veulent pas trop, les filles qui m’en veulent mais qui m’aiment, les filles qui sont toujours plus belles que moi et que j’adore pour ça, pour ce qu’elles donnent vie autour de moi, en espérant que je sois capable de leur donner un peu plus que du café et des cris d’actrice de film d’horreur.

J’étais hyper heureuse quand la revue Saturne a choisi un de mes poèmes pour leur cycle de risques. Cette revue offre de quoi de nouveau et d’excitant. Découvrez-la.

La nouvelle maison de Julie Artacho attend vos souvenirs

avril 26, 2019

Juste avant le Nouvel An, Julie Artacho – une personne extraordinaire et pas juste grâce à ses chats, qui sont les plus joliment weird du monde parce qu’ils se prélassent dans une litière comme moi si j’avais l’occasion de sauter dans un lit à baldaquin ayant appartenu à Joséphine Bonaparte – m’a photographiée. C’était pour un projet qu’elle avait nommé Pour un 2019 dans la bienveillance. J’y étais en compagnie de femmes admirables : Marilou Craft, Myriam Daigneault-Roy, Théo Dupuis-Carbonneau et Catherine Éthier.

Je n’ai pas encore réussi à agir avec autant de bienveillance que je voudrais. J’ai un début d’année étrange, très cocon, à veiller sur les miens, à m’emporter parfois et même si je crois que la colère doit être reconnue et pas policée, je crains que la mienne m’éloigne parfois des autres et de moi. J’ai commencé à donner mon attention aux personnes que j’aime. À prendre un café avec une amie que je n’avais pas vue depuis longtemps. À jouer aux cartes avec mes parents. À faire des bricolages vraiment laids avec mes enfants. À jouer dans le sable et à la tag. À sentir les clémentines des marchés extérieurs avant de les déchiqueter avec mes dents.

Je suis en colère et lasse du poids de cette colère et je veux vraiment ça, du doux et de la bienveillance. Je veux pouvoir être en colère et la nommer mais aussi ne pas en être épuisée.

Julie Artacho a récemment ouvert un nouveau studio, la Maison Gisèle. En l’honneur de sa maman. Ça fait vingt ans qu’elle est morte. Et qu’elle existe, dans des souvenirs aléatoires. Pour elle, Julie Artacho continue d’exaucer le souhait ultime de sa maman : « Réalise tes rêves, aie confiance en la vie. »

View this post on Instagram

🥐☕️🍵🥛🍷🍾🍫🥠

A post shared by GISÈLE (@maisongisele) on