Posts Tagged ‘escorte’

Je me suis crossée au lieu de vous écrire un conte de Noël

décembre 27, 2017

Je ne vous ai pas écrit de conte de Noël cette année parce que un) personne ne les lit haha et deux) je dois un livre à mon éditrice/bombe blonde/athlète de l’année/amoureuse des chats/personne vraiment trop chill avec moi – ce sera un livre qui sera plus intéressant et magique que le vernis à ongles qui ne s’écaille pas, promis et trois) je suis fatiguée j’ai été trop fatiguée ma fatigue est nulle – j’ai publié un truc sur Facebook le 17 décembre à ce sujet et je vous le copie-colle ici.

« Souvent j’explique que je suis devenue escorte parce que je suis paresseuse.

C’est comme une excuse : je n’étais pas capable de travailler comme les autres, je ne suis pas encore capable de travailler comme les autres, je restais parfois au lit, je me souviens je restais au lit et je n’en sortais pas, toute une journée, incapable d’aller sourire huit heures dans une librairie. Parfois je reste encore couchée et je me lève parce que je dois habiller les enfants, leur proposer aussi une boisson de soya aux fraises et des Froot Loops, je me lève et je me dis je pourrais retourner me coucher après et les journées passent comme ça.

Je ne sais pas pourquoi. Je suis triste parfois. Je suis fatiguée. Je n’en parle pas, je ne pense pas que je suis malheureuse, c’est juste que ma tristesse est parfois trop lourde ou qu’elle n’est pas une tristesse : je suis parfois juste trop lourde pour me soulever.

Je ne suis pas devenue escorte parce que je suis paresseuse. Je suis devenue escorte parce que c’est la seule façon que j’ai trouvé d’être moi, de pas me fausser, de pas rire si ça ne me plaisait pas, de pouvoir passer des journées juste à lire à boire de l’eau au pamplemousse et à rester seule, et d’autres journées à voir plein de monde et à me déshabiller et à regarder d’autres personnes se déshabiller.

Je n’ai pas à m’excuser d’être devenue comme ça. Et pour toutes les autres qui sont comme moi et pour toutes les autres qui ne sont pas comme moi, qui ne se retrouvent pas dans ce travail, mais qui enfilent quand même des condoms sur des queues et qui ont les cheveux gras de trop les laver, toutes les autres toutes les autres nous toutes, nous n’avons pas à subir la violence. De personne. Nous n’avons pas à subir la violence des personnes qui forcent une des nôtres, à sauter, par peur d’être arrêtée par la police, d’un immeuble, et de mourir, de mourir d’avoir été pute. C’est arrivé, comme ça, cette année, à New York. Nous n’avons pas à subir la violence des personnes qui nous rejettent, qui nous jugent, qui refusent que nous soyons ce que nous sommes. Nous n’avons pas à subir la violence de certains clients qui croient que nous ne comptons pas, puisque nous devrions faire comme à la télé et ouvrir les jambes comme des robots et mouiller sur commande et crier aussi merci. Nous n’avons pas à subir la violence des journalistes qui nous nomment comme nous ne voulons pas être nommées et qui nous cherchent que pour les étiquettes et les scandales de foot et de foutre et de drogues à s’injecter comme si personne d’autre que nous n’était dépendante à autre chose qu’à du dissolvant de vernis à ongles.

C’est presque fini. C’était aujourd’hui : la journée internationale pour en finir avec la violence dirigée contre les travailleuses – et travailleurs – du sexe. »

Je vous propose d’autres lectures aussi parce que je suis toujours super pertinente.

Une femme nous raconte comment une escorte a pu l’aider à se connaître et sauver in a way son couple.

Le poil des femmes est toujours prêt à embarrasser le monde entier. Ou à exciter.

Une escorte canadienne enceinte explique comment ça se passe, travailler avec un ventre prêt à exploser.

Des travailleuses du sexe révèlent les messages merdiques que certains clients leur envoient.

C’est du tout beau. Si vous avez des questions pour moi, n’hésitez pas, que ce soit sur la manière de lécher des couilles sans avoir de poils entre les dents ou comment diriger la planète Terre (ça je sais pas, mais ça peut être le fun de demander à des gens influents).

La fessée et beaucoup de vices

septembre 19, 2016

tumblr_nx7ds3rayn1tlfshyo1_500

J’ai discuté jeudi dernier de mon désir de redevenir escorte avec Yannick Marceau et Laurence Gagnon de l’émission radio Marceau le soir. C’est chouette, la radio, même si ok, je sais que ce serait encore plus top si j’étais en studio avec eux. Bientôt – quand je trouverai une baby-sitter pour mes choux.

Écoutez-moi me donner une fessée.

Et lisez les deux textes qui ont inspiré mon passage à Marceau le soir.

Pourquoi je voudrais redevenir escorte (Vice Québec est lancé, yeah!) – une amie m’a dit que j’écrivais de façon trash et poétique et j’étais trop contente qu’elle soit sous le charme, malgré le sujet, qui l’enchante moins: “Me faire bronzer au parc pendant que j’apprends aux enfants à chanter l’alphabet et jouer à la cachette tout en lisant des potins sur mon cellulaire, c’est super gratifiant, mais j’aimerais aider notre famille autrement qu’en répétant dix fois par jour : « Les mots de toilettes, c’est juste aux toilettes qu’on peut les dire. »”

Aimer la fessée n’est pas une maladie mentale (ma chronique Canoë hebdomadaire, yeah!): “Une personne soumise ne le fait pas pour plaire à quelqu’un: elle le fait car c’est ce qu’elle croit essentiel pour se sentir accomplie. Parfois, cela va au-delà du jeu sexuel. Jessica Caruso explique que certains participants vont s’inscrire à un registre d’esclaves. Un numéro d’esclave leur est alors assigné, ainsi qu’un certificat d’inscription et un code-barres personnalisé.”

Bon début de semaine y’all! Bisous soufflés au miel!

Les salopes et leur double vie

janvier 15, 2016

Je fais une mini apparition à l’émission Banc Public, sur le sujet de la double vie.

Moi, ma double vie, c’était quand j’étais escorte, et que je devais mentir non par honte, mais par besoin de me protéger. J’en venais à me détester, à mentir, sur ce que je faisais, sur où je devais me rendre, après une Smirnoff Ice avec des copains. J’en avais mal au ventre, de revenir chez moi et de me retrouver devant rien, juste de l’argent à dépenser, le soleil pour m’aveugler pendant que je lisais trois revues à potins, pour me rapprocher de Jennifer Aniston parce que je n’osais pas me rapprocher de ma meilleure amie, je n’osais rien raconter, ni le plaisir, ni les peurs, parfois, ni la musique préférée d’un client, ni le massage avec une balle de tennis qu’un autre m’avait fait, je ne pouvais pas dire que les cheveux, après avoir été lavés cinq fois, ont l’air trop raplapla pour trouver ça glam, attendre et jouir en changeant mon prénom avec une autre personne qui change aussi son prénom.

Je mentais parce que les salopes, elles ne sont pas crues, elles ne sont pas aimées, elles sont questionnées, sans relâche, sur pourquoi elles sont des salopes.

Je suis encore une salope, mais je sais que je peux être crue, maintenant, un peu plus crue, quand je dis que je ne suis pas juste ça, payée ou pas, je ne suis pas juste ça.

Un autre texte vraiment intéressant sur les mensonges à répéter et la stigmatisation des travailleuses du sexe, Escorte : la vie dans le placard. Un témoignage sensible, fort, poignant.

Extrait : En fait, c’est ça qui a failli me faire craquer, me faire tout arrêter : l’obligation de mentir à tout le monde. Parce que j’ai peur de devenir « la pute », cette fille, là-bas, que sisi, je te jure, elle baise avec des mecs pour de l’argent. Que pfoua, c’est trop dégueu. Que c’est qu’une connasse vénale, ou une pauvre fille perdue, d’ailleurs, avec tout ce qu’elle a vécu, pas étonnant qu’elle soit tordue. Personne pourrait être amiE avec une fille pareille, encore moins partager son intimité. Baiser avec une pute, c’est la honte, et en tomber amoureuxSE, encore plus.

J’ai eu peur, et j’ai toujours peur, de me taper cette étiquette. D’être marquée au fer rouge. De ne plus jamais pouvoir revenir en arrière, d’être obligée de me confronter aux genTEs qui, en permanence, s’imagineront ma sexualité avec une curiosité avide et dégoûtée. Qui me réduiront à cette seule partie de moi : Decade, la pute.

J’ai pas envie d’avoir à me justifier. « Pourquoi tu fais ça alors que t’en as pas besoin financièrement ? Alors que tu pourrais faire autre chose ? Pourquoi t’infliges à ton entourage d’être pote avec une pute, ou amoureuxSE d’une pute ? Pourquoi t’arrêterais pas, ça serait tellement plus simple pour tout le monde, si t’arrêtais. Pourquoi c’est si important pour toi de coucher avec plein de genTEs ? T’es une salope égoïste ou quoi ? Ou alors c’est pour l’argent ? Mais du coup, t’es une connasse de matérialiste ou quoi ? Est-ce que c’est à cause de ton passé ? Est-ce que c’est parce que t’es traumatisée ? Tu donnes un pourcentage de ce que tu gagnes à quelqu’unE d’autre, mais c’est pas immoral ça ? C’est pas anti-féministe ? C’est pas contraire à tes principes ? Comment tu justifies ça ? Vas-y, on sort les pop-corns et on te regarde te débattre dans la boue face à nous »

Et moi, moi je suis marquée au fer rouge, comme elle dit, l’auteure du billet que je cite. Parce que lorsque j’apparais quelque part, c’est ex-escorte qu’on écrit pour parler de moi. Et ça ne me choque plus. Ça me surprend, toutefois, c’est bête, mais ça me surprend.

Musique, jouet anal religieux et confessions

mars 20, 2013

Baby Jesus

Mercredi dernier, j’ai célébré avec une bière sans alcool la sortie du deuxième vidéoclip du groupe Les Vestons. J’en ai profité pour les questionner sur les groupies, le sexe et le rock. Saviez-vous qu’un chanteur des années 70 avait déjà vu sa queue exploser style hot-dog après avoir préféré les groupies à l’abstinence? Iiiish.

Mes autres chroniques sur Canoë :

1. Vous ne devez jamais amener Baby Jesus au lit avec vous.

2. Ce que des copines escortes sont prêtes à confier sur des clients.

3. Des tabous sexuels? En 2013? Oui!

4. La pornographie limite les pensées homophobes.

Bonne lecture mes chéris et mes choupinettes!

Maman koala songe à une gamelle de sperme

novembre 13, 2012

Je ne vous écris pas beaucoup mes chéris et mes jolies, c’est parce que j’ai très peu de temps toute seule. Ma Mini Fée est terrifiée de dormir seule depuis une semaine, elle veut mes seins, les bras de son papa, mon parfum Marc Jacobs à deux centimètres de ses bisous. J’en suis épuisée, quand je ne suis pas maman koala, je me tape des séries télé en jalousant mon mec qui boit du vin, et je tente de mémoriser des berceuses pour mon trésor apeuré. J’aime beaucoup fredonner Proserpina de Martha Wainwright. L’histoire de Perséphone (ou Proserpina, mais j’aime mieux dire Perséphone que Proserpina, ça fait moins nom de médicament), enlevée par Hadès, me fascine depuis quasi des siècles.

Voici certains objets de recherche compilés dans la section what-the-fuck-tu-écris-dans-Google-pour-tomber-comme-ça-sur-mon-blogue. Je vous écris bientôt plus, dans mes rêves.

Catégorie presque poétique.

1. sodomiser une fée

2. poème de mec pas autonome

Catégorie obsession fonction anale

1. je lui bouffe le cul et sa crotte

2. Jenna Jameson fait caca

3. elle étale son caca sur sa chatte

Catégorie alimentaire

1. gamelle de sperme

2. smoothies Second Cup sang de coccinelles

Catégorie très détaillée

1. 27octobre 2012 escorte chalet laurentides

Catégorie humoristique

1. humour de spermatozoïde

Du lubrifiant comme remerciements

février 28, 2012

Même si j’ai des problèmes avec la maison d’édition qui a publié mon livre Escorte, je suis toujours heureuse d’avoir des nouvelles de mes lecteurs. Je suis très touchée par la confiance de certaines filles qui me confient à leur tour leurs expériences dans l’industrie du sexe, ou leur envie d’essayer – je n’ose jamais dire à quelqu’un go for it, chaque expérience dans l’industrie est très personnelle, et ce serait illégal de promouvoir la prostitution anyway, mais je répète à tout le monde de s’informer beaucoup beaucoup beaucoup avant de travailler dans une agence d’escortes, un salon de massage ou whatever. Une fille m’a récemment écrit qu’un mec voulait qu’elle signe un contrat d’un an dans son agence. Ça ne se fait pas! Il faut se laisser le droit de quitter à tout moment une agence – ou un client – avec qui vous n’êtes pas à l’aise, les girls.

Et je souris aussi depuis quelques jours à la lecture de commentaires sur mon livre, en provenance du site MERB. Hey guys! Thanks a lot for your support! It’s fun to know that you’re interested to know more about your service providers!

Pour les filles qui veulent plus d’informations sur l’industrie du sexe et du soutien: http://chezstella.org/

Lubrifiant extraordinaire : http://thegloss.com/sex-and-dating/pick-of-the-week-lube-for-the-vagina-that-hates-everything-698/

Pour un forfait Mile-High Club-champagne-chocolat : http://www.nerve.com/news/love-sex/ohio-airline-allows-passengers-to-have-sex-during-flights

À crémer entre les cuisses

novembre 14, 2010

Récemment Jean-Luc Audet et Cindy Cinnamon ont suggéré des livres coquins à l’émission Famille 2.0. Cindy a parlé d’Escorte, j’étais trop contente, et d’Un Peu Après Minuit, écrit par Julie Beaulieu. Hot exposant mille.

À moi maintenant de vous suggérer un roman érotique, à lire dans l’autobus au lieu de vous endormir sur l’épaule de votre voisin, ou au lit, avec un gode bien enfoncé dans un trou : Ma reddition, de Toni Bentley.

Le résumé? Bien plus qu’un récit autobiographique, ce livre est avant tout un hymne à l’abandon. Abandon de soi quasi mystique afin de se livrer corps et âme à l’être aimé par le biais de ce que la chair a de plus intime, de plus secret à offrir : la jouissance anale. L’héroïne de ce bouleversant témoignage livre durant deux cent cinquante et quelques pages une ode passionnelle et passionnée à la sodomie dans ce qu’elle a de plus charnel et mystique à la fois.

Site de Cindylicious : http://cindycinnamon.wordpress.com/2010/11/09/v-tele-famille-2-0-television-planetx-presente-litterature-erotique/

Je n’ai pas de fuck-me boots en latex rouge

octobre 15, 2010

Quand j’étais escorte, je recevais environ une fois par mois un client du Texas, dans un appartement à Montréal. Il disait que de passer un weekend à Montréal, c’était la cure anticancer parfaite. Et son médecin était d’accord! J’en ai parlé avec Daphnée Tranchemontagne, ainsi que des différents types de prostitution à Montréal. Il n’y a pas que des filles fuck-me boots en latex rouge sur la rue Sainte-Catherine, guys.

À lire : http://www.faubourgvillemarie.ca/Actualites/Grands-dossiers/2010-10-14/article-1849047/Montreal%2C-metropole-du-sexe!/1

Photo par Joseph Jew Chouchou Elfassi

Mais quand je suçotte un gland, je pense pas à ma promo

mai 12, 2010

À mon lancement au Gymnase, j’étais trop heureuse et tout s’est passé trop vite, en compagnie de copines et de copains extras qui aiment la barbe à papa, de ma famille, de l’équipe de Transit Éditeur et d’Emo, le chien Husky mascotte de l’équipe de Transit Éditeur, d’une escorte qui sentait la vanille, de mecs qui tripaient sur les bas de nylon, de journalistes, d’une stripper qui avait des ongles trop beaux, et de certains d’entre vous, chers  lecteurs toujours lovely. J’ai reçu des biscottis homemade de la part de Sarah Lee, des fleurs de ma cousine aka la-plus-belle-fille-au-monde, une bouteille de vodka glissée subtilement dans ma sacoche rose sirène d’une fille trop chouette et sexy, et un dossier Cundum des Minutes Pontificales Sur Le Préservatif d’un blondinet cochonnet.

La journée d’après, je participais à un Yullblog spécial blogueurs sexxxys à la Quincaillerie, j’ai bu des mojitos et signé des seins et un torse poilu, admiré le décoletté de Miss Klektik, parlé de vodka Ketel One avec deux mecs trop cools, et d’Anne-Marie Losique avec un mec encore plus fan que moi de la pretty business girl, et Thoma Daneau s’est quasi dénudé complètement sur une table en bois, afin que je lui donne Escorte. J’ai léché une sucette, qu’un admirateur pas secret a remis sous son papier d’emballage, afin d’avoir ma salive tout près de lui forever. Je ne lui ai pas dit que j’étais enrhumée.

Demain, jeudi le 13 mai, je vais être de 16h00 à 18h00 à la boutique PlanetX, au 1963 Frank Carrel, à Québec, pour une séance de dédicaces. Ensuite je participerai à l’émission Radio XXX animée par Mario Tremblay, sur les ondes de Choi.

Je vous attends à Québec mes chous! Bisous! (Et merci pour vos encouragements, vous êtes tous merveilleux!)

Stripper de la Quincaillerie : http://www.mieuxconnaitre.com/

Sucette bien sucée : http://homme-cherche-femme.blogspot.com/2010/05/je-veux-etre-un-sucon.html

Seins signés au Rouge Revlon : http://gingembre1.wordpress.com/page/2/

Fabulous décolleté : http://miss-klektik.blogspot.com/

C’est inutile de collectionner les timbres ou les cartes de hockey

mars 16, 2010

     

Ce qu’il faut absolument pour être escorte : des tenues classes ou hyper pétasses, des condoms avec spermicide, du spray pour les cheveux et pour asperger les yeux de méchants garçons, des souliers à talons hauts style stripper et style secrétaire cochonne, du lubrifiant, des condoms sans spermicide pour les pipes, du gloss à lèvres pas collant – si ça existe – , des lingettes humides, du savon liquide, de la pâte à dents, une brosse à dents, des sextoys, du vernis sur les ongles, et en extra, le rêve réincarné en design cul et utile : un coffre à trésors pour condoms. Je trouve ça tout simplement sublime, et je m’en veux presque de ne pas en avoir collectionné.

Mouillez et bandez : http://www.thefrisky.com/post/246-11-high-design-containers-for-storing-your-condoms/