Posts Tagged ‘Canoe’

L’infidélité dans la tête ou sous les draps

janvier 29, 2015

 

pinterest

Ma chronique la plus récente sur Canoë est sur l’infidélité, émotionnelle et sexuelle.

Extrait: « Les femmes hétérosexuelles, elles, sont à 65 % en colère et près de la crise existentielle si leur chou tombe en amour avec une autre femme, sans même lui faire l’amour dans des nouveaux draps achetés en rabais chez Simons. 46 % des mecs voudraient s’arracher les cheveux s’ils savaient que leur compagne est en amour avec un homme à qui elle n’a jamais montré le grain de beauté en forme de coeur sur sa fesse gauche. »

Je vous invite à la lire et à me confier vos propres histoires de cocus ou d’infidèles, ici, ou par courriel (melodienelson@hotmail.com).

Bonne lecture! Bisous à la mousse au chocolat!

Libido, Jésus et nouvelle coiffeuse

janvier 7, 2015

Pendant que mes enfants courent partout dans l’appartement avec leurs bottes d’hiver et une lampe de poche, je vous propose mes derniers billets ailleurs qu’ici.

moi enceinte mélodie nelson

Sur TPL Moms, je vous parle de ma libido quand j’avais une framboise dans le ventre.

“Moi, j’étais fatiguée, mais ça ne changeait rien à mon désir d’être proche du corps de mon mec. Lui, il adorait mon nouveau ventre, plus rebondi. Le seul obstacle à ma libido : quand mon chéri buvait avec ses copains, le jeudi soir, ce qui lui donnait inévitablement envie de manger du poulet frit. Et l’odeur du poulet frit me rendait malade. Oups.”

bébé jesus

Je vous montre aussi avec fierté le talent de ma fille pour représenter un Jésus qui ressemble à la fève espérée par une amie chaque année, quand elle mange la galette des rois.

Et sur Canoë, je vous convie à ne plus faire ni rire de blagues sur le viol et à chercher une bonne coiffeuse pour être heureux en 2015. Wouhou.

Des crêpes et de la prostate

novembre 23, 2014
Moi quand je reçois de nouveaux gants et que j'ai plus l'air de vouloir trouver la prostate de quelqu'un que d'aller jouer dans la neige.

Moi quand je reçois de nouveaux gants et que j’ai plus l’air de vouloir trouver la prostate de quelqu’un que d’aller jouer dans la neige.

Hello les choux et les chouettes,

Moi ce weekend je mange des crêpes au chocolat et à la guimauve, je danse avec mes koalas (mon fils et ma fille super fusionnels) et je ne me lave pas les cheveux. Très glam.

J’aimerais bien aussi sucer mon mec, mais ça, c’est s’il ne s’endort pas en chantant du Soft Cell sur le canapé (notre fin de soirée de la veille).

Une suggestion pour vous? Lisez mes derniers articles, pour Canoë et Urbania!

Sur Canoë, je vous parle d’infos essentielles à savoir pour être le meilleur amant possible. Genre ne mangez pas de piment et ne respirez même pas de Mega Death Sauce de Blair’s si vous voulez approchez votre bouche de ma chatte.

Sur Urbania, je vous parle d’un mec qui m’a sauvée de l’ennui et du pot à minuit dans un camp de vacances pour diabétiques. Et de prostate.

Bon weekend! Bisous au vin blanc!

Des lectures réjouissantes

octobre 10, 2014

sexy reader

Quand j’étais jeune, vraiment vraiment trop jeune, genre neuf ans ou dix ans, j’ai lu La Bicyclette Bleue de Régine Desforges. Un livre foissonnant, avec beaucoup de détails historiques (les expérimentations des Allemands pendant la Deuxième Guerre mondiale, par exemple), mais aussi avec beaucoup beaucoup d’érotisme. J’y ai sans doute lu pour la première fois sur les fellations, sans comprendre vraiment ce que c’était (c’est ce qui est bien avec les livres; ce que nous ne sommes pas prêt à comprendre, ou ce que nous ne voulons pas nous imaginer, nous ne le voyons pas, contrairement à ce qui est présenté dans les films, pornos ou non, et les émissions de télé).

C’est clair que La Bicyclette Bleue et tous les livres de Virginia C.Andrews m’ont marquée, grâce à toutes leurs scènes sexuelles crissement perverses.

D’autres livres, plus intéressants que l’histoire de frères et soeurs prisonniers d’un grenier m’ont fait fantasmer.

Je vous en présente cinq dans ma chronique la plus récente sur Canoé.

Un extrait, à propos de Poupée Anale Nationale d’Alina Reyes: « Ce récit est le délire sanguinaire d’une femme d’extrême-droite obsédée par ses hémorroïdes. Des insultes, des tracas politiques et scatologies…ce n’est pas nécessairement excitant, mais c’est intéressant de lire un livre aussi osé, surtout en gardant en tête la montée du Front National de Marine Le Pen en France. »

Je vous propose aussi de lire ma chronique sur les baises qui guérissent tout, de l’incontinence aux maux de dos.

Extrait: « La salive nettoierait et ferait diminuer le niveau d’acidité causant les caries. Ça fait dix ans que je ne suis pas allée chez le dentiste (je ne vous recommande pas toutefois d’être autant négligeant que moi), et je ne me plains d’aucune douleur ou inflammation. Vive les bisous! »

Et une autre chronique, sur le scandale des photos nues de vedettes et l’intimité de tout le monde qui est contrôlée.

Extrait: « Parce que si moi, j’aime bien poser avec une nouvelle petite culotte en faisant une face pseudo cochonne, je n’accepte pas tout non plus. Un jour, en arrivant chez un amant, je n’ai pas accepté la caméra qu’il avait posée sur la table de sa salle à manger. En fait, je ne savais pas du tout qu’il y avait une caméra à cet endroit. Et il nous a filmés, en plein ébat, il a filmé mon entrée chez lui, mon manteau qui s’ouvre, mes bas collants qui filent, ses mouvements, mes réactions, nos cris étouffés.

Après, il m’a envoyé la vidéo. Je ne comprenais pas, les premières secondes. Je ne comprenais pas ce que je voyais. Puis, j’ai reconnu mon manteau et son entrée. »

Et une dernière proposition de lecture, from Playboy, sur les habitudes de masturbation des prêtres.

Extrait: « Sipe writes of a priest with an “ingenious imagination” enabling him to ejaculate at will, thereby avoiding getting his hands (and therefore his soul) dirty. Apparently impure thoughts are a sin only in manual transmission. Another found himself in the rather awkward position of having spontaneous emissions while giving Mass. This wasn’t exactly the sort of rapture he was going for. Yet, he also felt it’d be a sin to pre-empt these untimely carnal explosions by taking care of himself beforehand. »

Bonne lecture! Bisous!

J’écris en pyjama sur ma famille et le BDSM

août 7, 2014

Lingerie blogger

Hello mes choux et mes chouettes,

Je passe une dizaine de jours à mon chalet, à faire des promenades en pyjama dehors, à manger trop de réglisses rouges parce que je suis la seule à aimer ça dans ma famille (WTF?) et à me raser sous la douche en buvant du café tiède.

Vous pouvez me lire me confiant sur mon quotidien de maman qui entend trop souvent parler de caca mais qui s’émerveille all the time.

Sur mon blogue de parentalité:

Sur son père

Extrait: “Il y a quelques jours, il s’est éloigné de moi. Il s’est couché sur son père. Je n’ai pas pu me rendormir. Je ne voulais que les regarder. Je trouvais ça si beau. Son battement de jambes, irréguliers. Ses pieds sales, de jouer dehors sans sandales ni bas. Sa tête tournée sur le côté, contre la poitrine de son père. Je me suis approchée, pour regarder ses yeux fermés. Mon petit homme, sur son père, somnolait, et ce n’était pas contre moi.”

Sur Canoé, dans la section Hommes:

Du sexe non traditionnel bon pour la santé

Extrait: “Le BDSM (bondage et discipline, soumission et domination), popularisé par Cinquante nuances de Grey ou tous les films d’horreur japonais que j’ai vus, implique parfois l’utilisation de ceinture, de vêtements en cuir, de bas de nylon enfoncé dans la gorge. Pas de trame sonore d’Amélie Poulain, à ce que j’ai entendu, mais qui sait?

Des études nous apprennent que les gens qui pratiquent le BDSM, comme l’ami de mon mec et sa blonde qui ont laissé des cordes attachées au balcon de mon chalet, sont en meilleure santé psychologiquement que ceux qui ne se promènent pas avec des cordes dans leurs poches. Ils seraient aussi plus extravertis, moins névrosés, anxieux et paranoïaques. Ils sont aussi moins inquiets par rapport à leur couple.

Une cravache, le prochain cadeau que vous donnerez lors d’un mariage?”

Bonne lecture! Bisous y’all!

source photo: http://mylingerieaddiction.blogspot.ca/

 

 

Du vin blanc et des seins qui bouncent

juin 13, 2014

Cette semaine, je regarde les seins de Kate Upton bouncer pendant dix heures, je parle de romantisme et des poèmes culcul que j’écris à mon mec tu es l’homme de ma vie et de mon lit – et je vous invite à lire sur ma vie de mama.

Et je bois du vin blanc dans des verres à eau parce que je ne veux pas que mon mec voit que je bois de l’alcool, nous qui ne voulions pas boire sauf le weekend. Oupsie.

Lundi oui oui oui: des légumes-testicules et des bonbons

mai 26, 2014

photo

Je bois mon café avec du lait aux amandes dedans, en regardant batifoler deux écureuils dans ma cour. Ma cour, c’est le lieu pour les orgies de bêtes et les autos en plastique décoloré.

Ce que j’aime plus que passer la moppe pour faire disparaitre les kilomètres de traces de chocolat laissées par mon fils qui semble manger les chocolatines avec ses pieds:

Photoshoot avec menottes par Philippe-Olivier Contant pour Canoé. Faire la tournée des magasins de bonbons à la recherche de jujubes chats. Ramasser des pétales de fleurs par terre. Parler de textos d’amants, du pouvoir du moment présent, de Jay McInerney et de déco intérieure avec ma copine Amandine. Pourquoi les magazines à potins ont des inscriptions jaunes poussins sur leur cover. Redevenir une petite fille au chalet et faire des bulles et des bouquets de pissenlits. Pub sans sexe pour un site de cul.

Et des infos super importantes sur le sexe:

« In Medieval England, it was thought that a woman could not get pregnant without having an orgasm. Therefore there was more incentive to get wives off. »

« The word avocado is derived from the proto-Aztecan word « Nahuatal. » It means testicle. »

Bonne semaine y’all! Bisous soufflés!

Dirty talk dans la rue et crème glacée au Viagra

mai 15, 2014

Des-dessins-pour-combattre-le-harcèlement-de-rue

Cette semaine sur Canoë, je vous parle du danger de manger des pasta Dora et de la crème glacée au Viagra.

La semaine dernière, je révélais des conversations sexuelles entendues dans mon quartier, dans les cafés que je fréquente. MY GOSH. Ce n’est pas juste moi qui parle de cul souvent souvent, en voilà la preuve.

Suite à cette chronique une lectrice amateure de Lucia Etxebarria et peintre érotico-sensorielle m’a confié des phrases que des passants lui lançaient parfois dans les rues de Montréal, croyant qu’elle ne comprenait pas le français. Ses confidences m’ont fait pensé au site Paye ta shneck, commencé par une fille voulant démontrer l’ampleur du harcèlement de rue. Vulgaire, déplacé, sexiste, mais rigolo parfois, une chance.

Le genre de phrases trouvées sur Paye ta shneck:

1. « Je peux te demander ta main ? … C’est pour me branler avec. »
2. « Hey mademoiselle, vous avez la classe même en sortant des toilettes ! Je savais pas qu’une femme comme vous, ça allait aux toilettes ! »
3. « T’es comme une œuvre d’art. Moi je suis le peintre. Je peux te mettre un coup de pinceau ? »
4. «Ton père il est voleur ou bien? Parce qu’il a volé toutes les pastèques du monde et il les a mis dans tes seins! »
5. « Hé mademoiselle, t’es mignonne avec ta bicyclette ! Je te mettrais bien un coup de sonnette ! »

Bonne lecture y’all!

Compter les calories brûlés grâce à sa bite

avril 29, 2014

happy-lola-anneau-compteur-pack-5240_3_1386769866

happy-lola-anneau-compteur-2-5240_2_1386769866Avez-vous l’impression de n’être pas assez obsédé sexuellement? Moi, parfois, je me trouve plate, really, je me dis, fuck, j’ai envie de me coller, j’ai envie de m’endormir contre mon mec-qui-bon-sent-le-savon-liquide-Burt’s-Bees-et-Clinique-Happy-et-la-soupe-tonkinoise. Mais baiser? Pas toujours.

En tout cas, pas baiser à en calculer le nombre de minutes et le nombre de va-et-vient. C’est ce que propose un sextoy plutôt turn off, qui se doit d’être porté à la base du pénis comme un cockring ou genre comme un fanny pack de la graine. L’anneau étirable donne le nombre d’aller-retours mouillés, les calories dépensées et la durée du bang bang.

(Allez lire ma chronique sur Canoë, sur le temps maximum d’une baise! Bonne lecture!)

Pourquoi vouloir jouir absolument?

février 28, 2014

Orgasme-00

Je ne jouis pas chaque fois que mon mec entre deux doigts dans mon cul et sa queue dans ma chatte. Est-ce que ça me dérange? Non. Si je veux absolument jouir, je prends mon vibro fushia après avoir fait un mini pipi à la salle de bain.

Ce que j’aime, c’est de sentir zéro tension, c’est de me sentir aimée, c’est de savoir que je peux m’endormir sans avoir peur de quoi que ce soit, je suis bien, je me suis collée, j’ai écarté mes lèvres, j’ai mordu son épaule, j’ai mouillé, j’ai senti sa queue et entendu ses je t’aime, je ne veux pas plus.

Et pour vous, une expérience sexuelle réussie, c’est quoi? Je vous invite à lire ma dernière chronique à ce sujet et à vous confier ici.

Envie de lire d’autres chroniques? Je vous en propose quelques unes, mes choux.

La fidélité sur pause.

Des formules qui tuent toute excitation – mieux vaut en rire qu’en jouir, parfois.

Des clients à ne jamais criminaliser.

“Notre société est obsédée par le sexe, mais ce n’est pas une obsession malsaine. C’est une pulsion à apprivoiser, dans le respect. Les clients sont des hommes comme les autres: ils ne sont pas une race à part. Ils remercient la caissière à l’épicerie, échappent un juron quand leurs orteils heurtent un meuble, se lavent les cheveux les yeux fermés. Permettons aux clients de passer un bon moment, et aux travailleuses du sexe de gagner de l’argent, sans craindre des menottes achetées ailleurs que dans une boutique de jouets sexuels.”

Bonne lecture!

illustration: installation de Diego Beyro