Posts Tagged ‘rue Masson’

Janet n’est pas seule

février 9, 2016

Du 8 février au 8 mars, j’ai envie de vous présenter des femmes que j’aime. Chaque jour, pendant un mois, une femme. Un mois en attente de la Journée internationale de la femme, que cette journée signifie quelque chose pour vous ou non. Ces femmes, je les aime. Elles sont importantes parce qu’elles ont un prix Nobel ou parce qu’elles sont les premières avec qui j’ai joué à Alerte à Malibu dans ma piscine.

Janet

Janet, elle ne me parle pas anglais, mais c’est une anglo qui parle français avec une voix à la Édith Piaf. Elle habite au bout de ma rue, je l’imagine habiter au bout de ma rue, mais je ne la vois jamais chez elle. Je la vois sur un banc près du Jean-Coutu ou les pharmaciennes lui remettent ses médicaments pour le sommeil et pour la douleur, ses médicaments pour supporter ses deux cancers. Je la vois sur la rue Masson, à marcher lentement, avec une cigarette et des sacs en plastique plein de conserves pour chats.

Ses chats n’aiment pas la nourriture à rabais. Ils boudent, quand ils détectent une contre-façon, un détour au Dollorama plutôt qu’à l’animalerie du coin.

Janet aime beaucoup ses chats. Quand elle passe quelques jours à l’hopital, elle s’inquiète pour eux. Elle ne sait pas encore qui les prendra, quand elle sera morte.

Chez Janet, il y a beaucoup d’appartements et il y a un concierge qu’elle n’aime pas, il ne change pas la serrure de sa porte, elle ne ferme pas bien depuis juillet. Elle met des meubles devant sa porte, le soir, sinon elle ne s’endort pas.

L’autre jour, ce n’est pas moi qui l’ai vue, c’est ma fille. Elle a crié et je me suis retournée. Janet était toute petite et chagrine sur un banc, ses fesses sur un banc froid. Je n’étais pas encore penchée vers elle, pour l’embrasser, qu’elle m’a annoncé qu’elle allait mourir dans six mois.

« Mon médecin m’a donné le nom d’un psychiatre, mais je ne peux pas. Je le crois pas et je veux pas le croire. J’ai le droit, han, de faire comme si j’allais pas mourir dans six mois ? J’ai 85 ans, tu es jeune toi, tes petits sont jeunes aussi, j’ai 85 ans mais je veux pas qu’on me dise que je vais mourir dans six mois. Janet va pas bien. »

Mes enfants s’impatientaient. Janet et moi parlions encore, de ses chats, de ses poumons. J’ai salué une voisine qui se baladait avec une bouteille de jus d’orange. J’ai embrassé Janet et elle m’a dit : « Je fais semblant, je ne suis pas folle ou peut-être que je suis folle. » Elle crachottait en riant mais même les bruits de sa gorge abimée avaient de quoi de charmant et de faussement gai. « Je me suis inventée une amie. Elle s’appelle Thérèse. Je l’accueille chez moi, je lui dis qu’elle devrait laisser son mari parce qu’elle ne l’aime pas. Je lui dis qu’elle est toujours chez moi. Je la juge pas, Thérèse, mais elle est toujours chez moi avec ses problèmes. Elle devrait le quitter. Je suis folle, je sais. Mais je suis pas seule. C’est un secret, mais je suis pas seule. »

Lundi oui oui oui: Casa Corfu et voeux de mariage

juin 16, 2015

livre clickbait 2

livre clickbait 1

tim-hunt-sexist-remarks-women-respond-scientists-51

Mes enfants ont fait semblant d’être des chiens et ils ont levé leur jambe à chaque poteau sur la rue Masson, prétextant faire pipi toutes les vingt secondes. Je me suis trouvée très patiente et sans crédibilité aucune pour le prix de maman role model de l’année. Mais who care. Après ils sont allés se foutre les mains dans une machine à café.

Ce que j’aime plus que de répéter à mes enfants que le café, c’est poison pour leurs yeux :

Weekend d’anniversaires d’enfants avec parents sympas et beaucoup de bulles. T-shirt hypocampes de ma maman. Rétrospective hommage à Betsey Johnson. Jogger avec un bouquet de fleurs dans les mains. Ruelles. Livres avec des titres qui attirent plus de clic. Me promener avec mon fils main dans la main. Apercevoir une femme au buffet Casa Corfu, portant un t-shirt à l’inscription Vegan – no way, pas à la Casa, chérie. Scientifiques qui répondent au sexisme d’un mec qui a gagné le Nobel pour autre chose que son attitude de shit face aux femmes dans les laboratoires.

Et des vœux de mariage, trouvés dans la rue, par un ami. Touché, il a trouvé les mots trop personnels pour être mis sur son compte Instagram. Je ne vous en dévoile qu’un passage, de ces vœux adressés à une honey bunny :

« I love everything about you, I especially love the small things ; like how you translate French expression in English unsuccessfully sometimes, or how you prepare dinner plates like pieces of art. »

Bonne semaine y’all! Bisous au Gatorade!

Lundi oui oui oui: de la pieuvre et du poison

août 21, 2012

 

Je suis fatiguée, je n’aime pas écrire ça, parce que tout le monde peut le dire, tout le monde se sent fatigué ou stressé ou surchargé ou whatever. Je suis fatiguée juste parce que je viens de faire ma teinture et que ça me pique le fond du crâne et que ma chérie a été malade la semaine dernière – roséole – et qu’elle n’a pas tout à fait repris son rythme, je me blottie contre elle à cinq heures du matin, j’adore être au chaud, si près d’elle, son sourire quand elle se sépare de mon sein, pour s’avancer vers moi et se laisser tomber sur mon oreiller, enfin, bref, je passe de beaux moments, et je devrais me coucher plus tôt, mais j’aime trinquer avec mon chéri passé minuit, enfin, bref, c’est total ma faute si je suis fatiguée et je voudrais vraiment être une sorcière, comme je croyais l’être quand j’avais huit ou neuf ans, je m’inventerais une potion magique plus efficace encore qu’un Venti Skinny Vanilla Latte.

Voici ce que j’aime plus que les juliennes au bacon partagées avec ma voisine de neuf ans:

Idée de matcher un livre à son maillot de bain. Gros saucisson des Deux Gaulois et son effet sur Alexandre Le Grand – il l’a mis dans son bermuda pour voir de quoi il aurait l’air avec une queue grosse comme celle d’un acteur porno black. Chien fabuleusement poilu d’une copine. Photo de la dernière poutine partagée avec mes belles-filles avant la fin des vacances. 21 Jump Street visionné la soirée du départ des belles-filles, pour que mon chéri soit un peu moins triste. Pieuvre. Voisine qui me laisse sa Presse du samedi. Médecins et infirmières du Children’s Hospital. Chansons qui donnent envie de baiser. Mariage de ma meilleure amie. Courage d’avouer à ma meilleure amie que je voyais les motifs de sa petite culotte à travers une de ses robes. Suggestions de poisons pour sa tasse de café. Conversations entendues sur Masson : « Il pense que j’ai pris l’argent pour me payer un trip de coke. » et « Elle pue le swing. Je lui ai écrit qu’elle puait le swing. Elle pue le swing et elle pue des fesses. Elle ne m’a pas répondu. » Souliers qui matchent avec mon vernis à ongles rose et ma robe Atelier B grise.

Je vous love et je vous souhaite une superbe semaine! Et je me souhaite d’avoir la même motivation qu’une copine sur Facebook qui prend Britney Spears comme modèle – 1000 redressements assis par jour!

Lundi oui oui oui: chambre de bonne et Fiona Apple

juin 18, 2012

Si c’était possible de se saouler au melon d’eau, ce fruit serait la meilleure création ever de Dieu. Je vous écris avec du jus de melon d’eau qui me glisse entre les seins, en parlant au téléphone avec Betty – elle est sur le speaker et elle s’en fouette que j’écrive en même temps parce qu’elle, elle cuisine et s’envoie un verre de vin rouge en même temps, so.

Ce que j’aime right now :

Imaginer ma copine Marion gueuler avec son papa lors de la diffusion d’un match de foot. Mini Fée qui fait du charme à tout les passants sur la rue Masson – petit doigt sur le coin de la bouche en extra. Nuisettes que j’enfile dès que Min Fée fait dodo. Gaspacho au melon d’eau préparée par le cuisinier du Café Extase parce qu’il craignait que Mini Fée soit assoiffée. Les Femmes du Sixième Étage parce que ça rappelle des souvenirs à Alexandre Le Grand – de quatorze à dix-sept ans il a vécu dans une chambre de bonne à Paris avec son grand frère -. Dame de quatre-vingt-deux ans qui ramasse le chapeau de Mini Fée et me raconte qu’elle a perdu cinquante livres depuis octobre et qu’elle sait qu’elle a l’air plus jeune et qu’elle n’aime pas les chiens parce qu’ils mordent et qu’elle n’aime pas la pluie mais qu’elle aime beaucoup le pain et son appareil auditif. Hamburgers au barbecue dans la cour avec des voisins. Karma merdique pour ceux qui appliquent les lois contre la prostitution. Alexandre Le Grand me répète tous les jours qu’il est chanceux de m’avoir et je lui réponds parfois que c’est moi, qui suis chanceuse, et je sais que c’est nous deux, mais je sais aussi que je suis très chanceuse qu’il m’aime malgré mon nombril vraiment laid et des conneries. Installation artistique de ma copine Sarah Lee, Cheese is love, dans la rue avec un spray à fromage Kraft. Charlotte si Sex à New-York débutait maintenant : Charlotte would have gotten all the ladies to try a juice fast. Carrie and Miranda would cave and go out for pizza while Charlotte sticks with the juice fast and becomes horribly cranky. Fiona Apple. Manger du gâteau breton avec mon papa.

Je vais aller overdoser mes cils de mascara! Bonne semaine y’all!