Archive for mars 2010

C’est inutile de collectionner les timbres ou les cartes de hockey

mars 16, 2010

     

Ce qu’il faut absolument pour être escorte : des tenues classes ou hyper pétasses, des condoms avec spermicide, du spray pour les cheveux et pour asperger les yeux de méchants garçons, des souliers à talons hauts style stripper et style secrétaire cochonne, du lubrifiant, des condoms sans spermicide pour les pipes, du gloss à lèvres pas collant – si ça existe – , des lingettes humides, du savon liquide, de la pâte à dents, une brosse à dents, des sextoys, du vernis sur les ongles, et en extra, le rêve réincarné en design cul et utile : un coffre à trésors pour condoms. Je trouve ça tout simplement sublime, et je m’en veux presque de ne pas en avoir collectionné.

Mouillez et bandez : http://www.thefrisky.com/post/246-11-high-design-containers-for-storing-your-condoms/

Barmaid sexy cherche club

mars 11, 2010

Ancienne fille au vestiaire du Confessionnal, ma copine Joakim a passé récemment ses cours pour être une barmaid super populaire. C’est la fille la plus gentille ever, son sourire est encore plus beau que ses boules, elle sait boire avec classe et concocter Long Island Iced Tea, Cosmopolitan et Jack’n Coca habillée en petite collégienne ou en femme fatale. Si vous travaillez dans un club, ou si vous connaissez le club parfait pour cette super chick, écrivez-moi un commentaire, ou un courriel à melodienelson@hotmail.com

Merci y’all! Bisous!

Moi je reste encore perturbée par celui qui pleurait en remplissant de foutre des condoms

mars 10, 2010

J’ai une copine dont je tairai respectueusement le nom qui a déjà effectivement choisi de ne plus jamais revoir un mec ever parce que lorsqu’il jouissait, il faisait un bruit style yogi-qui-atteint-le-nirvana. Oooooooooooom.

http://postsecret.blogspot.com/

Et si je parle de musique classique, en me rentrant un dildo, c’est craquant aussi?

mars 8, 2010

La semaine dernière, c’était la semaine de relâche pour la belle-fille Princesse et j’ai passé tout un aprem à la bibliothèque avec elle, à toucher les animaux tout doux dans des livres tout sales, et à lire des revues pendant qu’elle se faisait tresser les cheveux par une autre petite fille.

Dans un Marie-Claire, je suis tombée sur un article super touchant, ou les mecs disaient ce qu’ils pensaient des chicks. En cette journée de la femme, je souhaite que toutes se trouvent belles, et s’aiment autant qu’elles le devraient, devant un miroir, dans la rue avec un talon coincé dans une bouche d’égoût, ou à quatre pattes sur la table de leur salon.

Sur la beauté, les mecs du Marie-Claire disaient :

« Il y a quelque chose d’animal, de sauvage, là-dedans, qui échappe au contrôle et aux définitions. Si on réussit à dire pourquoi une femme est belle, c’est qu’elle n’est pas belle. La beauté, c’est une évidence, une forme de grâce et de mystère. Tu regardes et tu disparais. »

« La perfection, c’est chiant. Je me rappelle un dîner à Los Angeles : trois femmes s’étaient fait refaire le nez par le même chirurgien. C’était atroce, ces femmes n’étaient pas belles. En revanche, si tu posais le nez sur la table, il était parfait. »

« Pour moi ce qu’elle raconte est important aussi. Si une femme superbe me dit une grosse connerie, ça retombe direct. Mais je veux bien écouter Gisèle Bündchen me dire des conneries. »

« Le plus craquant, c’est quand elle est belle et anticonformiste, un peu barrée. Une nana en robe du soir qui, dans le hall de l’Opéra, enlève ses sandales de quinze centimètres de haut parce qu’elle a mal aux pieds. Et pénètre dans la salle en les tenant sur son épaule. »

Je sais bien qu’il ne faut pas tout ramener à la beauté, mais pour moi être femme c’est pas seulement avoir le droit de me faire avorter, de voter, ou de promener le chien de mes voisins sans que les voisins croient que je veux me faire sauter, c’est aussi assumer que je veux être super jolie, et que je ne peux pas aller chercher du jus d’orange au dépanneur sans m’être mis du mascara.

Article super intéressant – faut cesser de s’acheter des t-shirts moqueurs à la I hate boys, I throw rocks at them : http://life.bitchbuzz.com/why-making-fun-of-men-is-not-doing-women-any.html

Article super intéressant – repenser le féminisme et se donner la liberté d’être ce qui nous plaît : http://www.cheznadia.com/archives/2010/03/8-mars-mes-reponses-1.html

Savoir que ta queue est plus grosse que celle de ton meilleur ami vaut cinquante dollars

mars 6, 2010

Baiser un légume et un Panaméen

mars 5, 2010

Chez Amandine, ça sent les muffins, et le potage aux légumes, je l’embrasse, sur les joues, je lui fais un calin, je m’excuse de mon retard, elle n’a pas l’air contrariée du tout, et elle me dit qu’elle me trouve sexy en jeans. Je suis trop contente qu’elle m’ait invitée à déjeûner chez elle, nous devions nous rejoindre dans un restaurant à deux rues d’ici, mais elle s’est levée tôt et a préféré cuisiner dix mille trucs. Elle me fait bouffer un muffin et après elle dit oh j’ai rajouté plein d’ingrédients naturels dedans, il y en a un qui donne envie de faire caca genre dix fois dans la journée, j’espère que tu n’auras pas envie dans l’autobus. Amandine, c’est ma copine extra qui réussit à être sexy même quand elle se mouche, qu’elle parle de caca ou qu’elle se plaint du plancher à refaire dans son appartement.

Elle coupe une carotte, avant de déposer les morceaux dans une marmite, et ça me fait penser à la grosse carotte qu’elle fait semblant de sucer, sur une de ses photos de voyage au Panama. Je lui demande si elle se souvient des rumeurs, lorsque nous allions à l’école secondaire, sur une fille que-je-trouvais-insupportable-parce-qu’elle-aimait-le-même-guitariste-poilu-super-bon-en-mathématiques-mais-pas-pour-frencher-que-moi. Je lui rappelle que plein de monde racontait qu’elle se masturbait avec un concombre. Amandine fait une drôle de grimace, et je dis non pas toi aussi, tu prenais un concombre dans le réfrégirateur de ta maman et tu te le rentrais, je peux pas t’imaginer. Elle dit non mais un de mes ex, quand je prenais un bain avec lui, m’a obligée à fermer les yeux et il m’a rentré un énorme objet dans la chatte, et quand j’ai ouvert les yeux, j’étais un peu traumatisée de voir que c’était une courgette, avec un condom dessus, j’aurais comme jamais choisi de me faire baiser par un légume je pense.

Je sors les ustensiles, elle verse du potage dans un bol, et s’assoit avec moi. Je commence à lui raconter la fois ou un mec m’a demandé de me rentrer un poudrier dans la chatte, mais elle m’interromps oh pendant mon voyage j’ai sucé un mec, celui sur la photo ou je caresse des petits chats tout sales, il habitait dans une grosse maison et la chambre pour les invités était juste à côté de celle de sa gouvernante, ou de sa nanny, en tout cas, et je voulais pas avaler son sperme, alors je suis sortie super rapidement, je voulais cracher dans le lavabo de la salle de bain, mais au lieu d’ouvrir la porte de la salle de bain, j’ai ouvert celle de la chambre de la nanny, il était deux heures du matin, elle était réveillée, je pense que nous faisions trop de bruit depuis super longtemps, et j’ai tellement été surprise de la voir, que j’ai tout craché le sperme par terre, maintenant je suis sûre qu’elle pense que toutes les Canadiennes sont des whores. Je rigole et je dis si elle t’avait entendu jouir dix minutes avant, je pense qu’elle le pensait déjà, pétasse.

Secrets, fantasmes et Hugh Grant

mars 3, 2010

Filles aux cheveux trops courts et échangisme

Rue Beaubien, au Nacho Libre, un bar trop plein de gens, de requins 3D et de photos de lutteurs accrochées aux murs, je cherche Maxime Collins, venu comme moi au lancement du livre J’écris parce que je chante mal, de Daniel Rondeau. J’embrasse Edouard Bond, boutonné jusqu’au cou, une bière sans alcool dans les mains, et je souris à Patrick Dion, entouré de trois filles aux cheveux trop courts. Maxime arrive rapidement, avec Stéphane Berthomet , notre éditeur trop chou. Maxime se plaint de ne pas avoir pu se rendre chez sa coiffeuse, elle était super malade et ne voulait pas lui couper les cheveux avec un teint de zombie et des microbes mortels sur les ciseaux. Nous quittons après trois-quatre-cinq rhum et coca pas zéro, en direction du Gainzbar, pour que je pose plein de questions sérieusement dérangeantes et outrageous à Maxime Collins, dont le livre sera lancé le huit mars, à la Quincaillerie (vous êtes tous invités by the way, je serai là, avec ma craque de seins).

Maxime raconte que la première fois qu’il s’est rendu au Gainzbar, c’était pour un premier rendez-vous, et sans qu’il ne l’aie prévu, c’était thématique couple échangiste, au bar, ce soir-là. Je rigole, je prends de la neige, dans mes mains, j’en fais une boule, et je fais semblant de viser Stéphane, puis Maxime, avant d’atteindre la vitrine d’une boutique de bas jarretelles. Stéphane nous présente à un copain journaliste, et à un étudiant en criminologie, je me sens total trop light alors je commence direct à dire que je suis une ex escorte mais que je me suiciderai jamais, et Maxime tire la manche de mon manteau rouge, nous nous assoyons au fond du bar, à une des deux tables libres. Je lui demande à quel âge il a perdu sa virginité, et il me dit j’ai perdu ma vraie à dix-sept ans. Je souhaite un gin tonic et les mecs commandent un autre rhum et coca pas zéro, en spécifiant de prendre n’importe quelle marque de rhum, mais pas Appleton. Maxime m’apprend que s’il pouvait choisir qui saouler au rhum et coca, maintenant, pour en prendre avantage, ce serait son premier amour, ou Hugh Grant.

Secrets et fantasmes à ne pas reproduire

Comme son roman Comme si de rien n’était raconte l’histoire de quatre amis, aux secrets brûlants, je demande à Maxime s’il est plus le genre d’ami qu’on peut appeler à quatre heures du matin ou plus le genre d’ami qui appelle à quatre heures du matin, total saoul et en crise de panique. Il rigole, il dit ça dépend, hier, avant-hier, je me suis chicané avec mon ex, nous sommes encore colocs, je me suis couché frustré et triste, et une copine m’a téléphoné, elle voulait savoir s’il y avait un restaurant qui livrait à deux heures du matin de la poutine, près de chez moi.

Maxime me dit qu’il a assez bu d’alcool pour répondre même à mes questions plus cochonnes, et je le supplie de me raconter le fantasme sexuel qu’il regrette d’avoir vécu. Il prend une gorgée de son drink, Stéphane fait semblant de ne pas l’écouter, composant des courriels sur Iphone. Maxime me dit qu’il a déjà fait un trip à cinq personnes, après avoir passé une soirée au pub Sainte-Élizabeth. Je m’exclame oh merde tout ce qui suit une sortie au Sainte-Élisabeth est  quasi toujours orgiaque et décevant parce que ça implique total du drama. Maxime est d’accord avec moi et il poursuit j’étais avec ma blonde, c’était ma dernière blonde avant que je décide d’être juste gai, mon meilleur ami, un ancien capitaine de foot à l’université, et un couple gai un peu plus âgé, on est tous allé dans leur condo, pour un dernier drink mais ma blonde a commencé à se déshabiller, tout le monde à s’embrasser, et je sais pas, c’était juste, pas bon, pas comme il fallait, c’est trop de monde, cinq.

Grosseur de bite et mec de Loft Story

Je lui demande si la grosseur des queues ça compte pour lui, et il dit oui, ça dépend, mais oui, j’aime ça être avec des mecs qui en ont une encore plus grosse que moi, et ça m’excite de les satisfaire, j’aime ça être utilisé comme un objet, être soumis, je crois comme toi, autant physiquement que psychologiquement. J’applaudis, super heureuse de me trouver des points en commun avec un ancien compagnon de classe à l’université, à qui je ne parlais pas à l’époque parce que j’étais une pétasse crissement sauvage. Nous parlons de son chat, un Abyssin pure race baptisé Rémi en l’honneur d’un participant à Loft Story, et puis je lui demande s’il se crosse dans les toilettes des avions, pour ne pas être stressé lors du décollage, genre, il parle toujours de voyage, dans son livre, alors je suis total intéressée à savoir s’il fait partie du High Mile Club, en solo ou non. Il me dit non, je ne me crosse pas dans les avions, je suis calme, mais ça m’est déjà arrivé de me crosser sur un lieu de travail, je m’emmerdais trop, ou soudainement j’en avais envie, pendant une pause. Il me révèle aussi que les voyages l’ont beaucoup aidé à prendre ses responsabilités, à mieux se connaître, après un an en France, il est revenu au Québec, et pas question de rester chez ses parents, il voulait trop être seul, et genre je suppose baiser bruyamment sur une table de cuisine.

Nous discutons, moi je fais semblant d’écrire dans un cahier tout ce qu’il me dit, mais je sais bien que dès le lendemain, je trouverai mon écriture de fille saoule trop illisible. Nous quittons le bar, pour aller manger au Mc Donald, je fantasme grave sur un cheeseburger, et Maxime me parle de Flaubert, de Balzac, et de Zweig, pendant que je me prépare à nouveau à lancer des boules de neige contre la vitrine d’une boutique sur la Plaza Saint-Hubert.

Bande-annonce de Comme si de rien n’était : http://www.youtube.com/watch?v=Fsn34RhPXIE

Photo de Maxime Collins tout nu : http://transitediteur.com/Comme_Si.php

Blogue de Maxime Collins : http://www.pile-ou-face.net/

Une chatte comme la bouche de Homer Simpson?

mars 1, 2010

Au naturel, trimées, baby shave, stylées coupe Mohawh ou piste d’atterissage, mais pas encore avec des cristaux Swarovski comme Bryce Gruber a testé récemment pour un reportage audacieux pour The Luxury Spot, les chattes se montrent et se font noter sur un site rigolo mais parfois crissement chiant style je-n’ai-jamais-vu-de-fille-toute-nue-de-ma-vie-à-part-sur-les-affiches-collées-dans-le-garage-de-mon-père-j’ai-une-face-de-merde-mais-je-supporte-pas-qu’une-fille-aie-un-téton-plus-gros-que-l’autre.

Des girls next door et des cougars trop bronzées s’affichent dans leur tenue de tous les jours, en robe noire sérieuse, ou en jeans et chemisier trop serré, et elles demandent à ce que nous devinions l’aspect de leur chatte, juste à admirer leur sourire. Une photo des pétasses toutes nues est ensuite révélée : c’est joyeusement mouillant, ou terrifiant.

Quelques commentaires suivent la surprise d’une chatte dévoilée. Enjoy.

1. « Looks like somebodys been tearin that pussy up. Is that a herpes pimple? Going to get a rubber to jerk off with. Just can’t be too careful.»

2. « She looked good on her wedding day but let herself go after she got her man.»

3. « I wish she would have kept her clothes on! – she just looks like she has a lot of personal problems – i know it – not to mention that is not her home – she dosn’t live there- girls like that live in dirty disheveled apartments to go with their dirty disheveled lives!»

4. « It looks like a Homer Simpson mouth with black stubble. I am a fan of the shaven pussy but in some cases they should be left natural. I think this girl proves this. I probably would cock her but i would be scared of that rough hack job, but as they say, any hole’s a goal.»

5. « She is adjusting her butt plug. That’s why shes smiling.»

6. « Got no probs with her taking it up the pooper, but the shaved pussy and piercing make her just one more follow the leader dumb chick. All she needs is a bad boob job and she will look like every other pornstar or club whore. Yawn.»

7. « Not only would I crush it, I’d keep her locked away in a dungeon where she will be deprived of any source of light lest she get any color to her ivory skin or fresh air to clear up her face. Comon fellas! With a great body, it’s sometimes nice that they have a dinged up face. Unlike the totally beautiful girls, these slags know they have to work a little harder. I like that.»

8. « I’d Lick it and stick and stroke it and poke 5 times a day. Wouldn’t have to worry about spending money on clothes she’d be naked 24/7. For fags who cut her down you need to go suck a dick apparently that’s your life’s calling. Trust me I’m 50 yrs old and I learned a long time ago the ones who aren’t drop dead gorgeous are the ones that fuck the best and you don’t have to work so hard to get it. I’d let her put her shoes under my bed anytime. She has an incredible body and is cute. DEFINITELY FUCKABLE.»

9. « Lovely girl. She could charm the hell out of your Mom, then suck your dick in the laundry room while Mom makes you two a sandwich for lunch…»

10. «That has got to smell bad.»

À regarder avant de passer sous la douche et de se baby shaver la chatte ou de se crosser:

http://guesshermuff.blogspot.com/

http://www.theluxuryspot.com/2010/02/25/vajazzling-the-video-vajideo/

Attendez que je retrouve ma minijupe de patineuse artistique avec plein d’écussons colorés cousus dessus

mars 1, 2010

Pendant les Jeux Olympiques, j’ai lu la section des sports de La Presse tous les jours, mais je n’ai pas regardé les épreuves à la télévision, trop occupée à pleurer devant la dernière saison de Gilmore Girls et trop occupée à merveilleusement me faire doigter et à orgasmer en un temps record (pas de médaille à donner, mais ma reconnaissance éternelle, ça oui).

Je regrette presque de ne pas m’être branchée pour admirer les duos de patineurs. Gosh. Un nouveau Kama Sutra devrait être créé juste pour saluer les athlètes qui ont l’air de jouir sur la glace, really.

http://www.thefrisky.com/post/246-10-sex-positions-olympic-figure-skater-style/