Secrets, fantasmes et Hugh Grant

Filles aux cheveux trops courts et échangisme

Rue Beaubien, au Nacho Libre, un bar trop plein de gens, de requins 3D et de photos de lutteurs accrochées aux murs, je cherche Maxime Collins, venu comme moi au lancement du livre J’écris parce que je chante mal, de Daniel Rondeau. J’embrasse Edouard Bond, boutonné jusqu’au cou, une bière sans alcool dans les mains, et je souris à Patrick Dion, entouré de trois filles aux cheveux trop courts. Maxime arrive rapidement, avec Stéphane Berthomet , notre éditeur trop chou. Maxime se plaint de ne pas avoir pu se rendre chez sa coiffeuse, elle était super malade et ne voulait pas lui couper les cheveux avec un teint de zombie et des microbes mortels sur les ciseaux. Nous quittons après trois-quatre-cinq rhum et coca pas zéro, en direction du Gainzbar, pour que je pose plein de questions sérieusement dérangeantes et outrageous à Maxime Collins, dont le livre sera lancé le huit mars, à la Quincaillerie (vous êtes tous invités by the way, je serai là, avec ma craque de seins).

Maxime raconte que la première fois qu’il s’est rendu au Gainzbar, c’était pour un premier rendez-vous, et sans qu’il ne l’aie prévu, c’était thématique couple échangiste, au bar, ce soir-là. Je rigole, je prends de la neige, dans mes mains, j’en fais une boule, et je fais semblant de viser Stéphane, puis Maxime, avant d’atteindre la vitrine d’une boutique de bas jarretelles. Stéphane nous présente à un copain journaliste, et à un étudiant en criminologie, je me sens total trop light alors je commence direct à dire que je suis une ex escorte mais que je me suiciderai jamais, et Maxime tire la manche de mon manteau rouge, nous nous assoyons au fond du bar, à une des deux tables libres. Je lui demande à quel âge il a perdu sa virginité, et il me dit j’ai perdu ma vraie à dix-sept ans. Je souhaite un gin tonic et les mecs commandent un autre rhum et coca pas zéro, en spécifiant de prendre n’importe quelle marque de rhum, mais pas Appleton. Maxime m’apprend que s’il pouvait choisir qui saouler au rhum et coca, maintenant, pour en prendre avantage, ce serait son premier amour, ou Hugh Grant.

Secrets et fantasmes à ne pas reproduire

Comme son roman Comme si de rien n’était raconte l’histoire de quatre amis, aux secrets brûlants, je demande à Maxime s’il est plus le genre d’ami qu’on peut appeler à quatre heures du matin ou plus le genre d’ami qui appelle à quatre heures du matin, total saoul et en crise de panique. Il rigole, il dit ça dépend, hier, avant-hier, je me suis chicané avec mon ex, nous sommes encore colocs, je me suis couché frustré et triste, et une copine m’a téléphoné, elle voulait savoir s’il y avait un restaurant qui livrait à deux heures du matin de la poutine, près de chez moi.

Maxime me dit qu’il a assez bu d’alcool pour répondre même à mes questions plus cochonnes, et je le supplie de me raconter le fantasme sexuel qu’il regrette d’avoir vécu. Il prend une gorgée de son drink, Stéphane fait semblant de ne pas l’écouter, composant des courriels sur Iphone. Maxime me dit qu’il a déjà fait un trip à cinq personnes, après avoir passé une soirée au pub Sainte-Élizabeth. Je m’exclame oh merde tout ce qui suit une sortie au Sainte-Élisabeth est  quasi toujours orgiaque et décevant parce que ça implique total du drama. Maxime est d’accord avec moi et il poursuit j’étais avec ma blonde, c’était ma dernière blonde avant que je décide d’être juste gai, mon meilleur ami, un ancien capitaine de foot à l’université, et un couple gai un peu plus âgé, on est tous allé dans leur condo, pour un dernier drink mais ma blonde a commencé à se déshabiller, tout le monde à s’embrasser, et je sais pas, c’était juste, pas bon, pas comme il fallait, c’est trop de monde, cinq.

Grosseur de bite et mec de Loft Story

Je lui demande si la grosseur des queues ça compte pour lui, et il dit oui, ça dépend, mais oui, j’aime ça être avec des mecs qui en ont une encore plus grosse que moi, et ça m’excite de les satisfaire, j’aime ça être utilisé comme un objet, être soumis, je crois comme toi, autant physiquement que psychologiquement. J’applaudis, super heureuse de me trouver des points en commun avec un ancien compagnon de classe à l’université, à qui je ne parlais pas à l’époque parce que j’étais une pétasse crissement sauvage. Nous parlons de son chat, un Abyssin pure race baptisé Rémi en l’honneur d’un participant à Loft Story, et puis je lui demande s’il se crosse dans les toilettes des avions, pour ne pas être stressé lors du décollage, genre, il parle toujours de voyage, dans son livre, alors je suis total intéressée à savoir s’il fait partie du High Mile Club, en solo ou non. Il me dit non, je ne me crosse pas dans les avions, je suis calme, mais ça m’est déjà arrivé de me crosser sur un lieu de travail, je m’emmerdais trop, ou soudainement j’en avais envie, pendant une pause. Il me révèle aussi que les voyages l’ont beaucoup aidé à prendre ses responsabilités, à mieux se connaître, après un an en France, il est revenu au Québec, et pas question de rester chez ses parents, il voulait trop être seul, et genre je suppose baiser bruyamment sur une table de cuisine.

Nous discutons, moi je fais semblant d’écrire dans un cahier tout ce qu’il me dit, mais je sais bien que dès le lendemain, je trouverai mon écriture de fille saoule trop illisible. Nous quittons le bar, pour aller manger au Mc Donald, je fantasme grave sur un cheeseburger, et Maxime me parle de Flaubert, de Balzac, et de Zweig, pendant que je me prépare à nouveau à lancer des boules de neige contre la vitrine d’une boutique sur la Plaza Saint-Hubert.

Bande-annonce de Comme si de rien n’était : http://www.youtube.com/watch?v=Fsn34RhPXIE

Photo de Maxime Collins tout nu : http://transitediteur.com/Comme_Si.php

Blogue de Maxime Collins : http://www.pile-ou-face.net/

Étiquettes : , , , , , , , ,

8 Réponses to “Secrets, fantasmes et Hugh Grant”

  1. Julie Says:

    Tu m’as trop donné le goût de me procurer son livre, merci!!!

  2. melodienelson Says:

    Mission accomplie: Julie veut le livre! Cool bella, je suis super contente! Bisous!

  3. Aimée V. Says:

    ooooaahahah dire que j’ai manqué cette soirée du tonnerre! Mais j’étais où, moi, coudonc? 😉

  4. Aimée V. Says:

    ooooaahahah dire que j’ai manqué cette soirée du tonnerre! Mais j’étais où, moi, coudonc? 😉
    On se reprend au lancement de Maxime!

  5. Max Says:

    D’ailleurs, il parait que tu me remettras la récolte de la mission TOP SECRÈTE que Mélodie t’a donné sous mes ordres !! hahaha 😛

  6. Jacob T. Says:

    Prochain livre que j’achète! Merci de nous faire découvrir plein de choses. Écris plus!

  7. Jac Says:

    Vraiment une écriture qui ne laisse personne sur le bord de la route, même la neige ! Bisous baveux de Perrier sirop pamplemousse rose !

  8. Gipsy Paladini Says:

    Je me suis fait avoir sur « photos de Maxime tout nu »!!! (j’ai brièvement pensé: tiens, un nouveau genre de marketing de Transit ou le virus Nelsonien aurait-il fait des victimes…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :