Posts Tagged ‘rêve cochon’

Rêver à une abolilitionniste ou baiser pour du chocolat

juin 2, 2015

wet dreams

Je fais des rêves très étranges depuis une semaine. Mes obsessions et mes peurs y sont too much présentes – genre j’ai rêvé il y a deux jours qu’Ève Lamont me stalkait, no joke.

Je fais aussi des rêves très chouettes.

Comme celui d’hier.

wet dreams 2

J’étais dans un pensionnat qui ressemblait à un château (être une princesse n’est pourtant pas dans ma to-do list). Des filles très riches y étaient et elles montraient tout ce qu’elles avaient dans leur valise, rigolant devant les autres étudiantes qui devaient travailler à la ferme pour payer leurs cours. Ce qui m’a fait le plus réagir c’est quand une étudiante a sorti de sa valise une énorme bar de chocolat qui goûtait le Déli-Cinq.

J’ai alors dit : « Je suis prête à baiser n’importe qui pour une barre de chocolat. »

La fille, qui ressemblait à une de mes amies photographe, m’a regardée en passant sa main dans ses cheveux. Elle a rangé sa barre de chocolat dans le tiroir de sa table de chevet. Elle a commencé à parler avec les autres filles de sa clique de sa prochaine couleur de cheveux.

Je suis sortie de la pièce et un mec me suivait. Le pensionnat avait mille passages étroits à parcourir pour bien se rendre à sa chambre ou à la cafétéria ou au bureau du directeur pour une fessée ou whatever. Je sentais les mains du mec dans mon dos, son corps qui tentait de se percher au-dessus du mien. Dehors, il m’a ramenée vers lui, m’agripant les cuisses, j’étais habillée, comme une étudiante de film américain, j’avais une jupe courte, et le mec a commencé à me parler de la ferme, tout en me frottant le clito. Il obligé mon corps à se pencher, j’avais la tête près du sol, et le cul bien haut, et il continuait à me toucher.

Il me parlait d’une truie qui ne pourrait pas baiser pendant trois semaines et je disais pauvre truie, pauvre truie. Je me souviens plus vraiment quelle condition empêchait cette truie à copuler. En tout cas. J’avais de plus en plus envie du mec, je me sentais toute chaude entre les jambes, et il m’a prise pour ne pas que je me sente comme la pauvre truie. J’avais la jupe retroussée, et la queue d’un mec dans ma chatte, un mec qui m’avait suivie au pensionnat, et qui ne m’avait même pas apporté une barre de chocolat.

Du sexe pour ne pas rater l’avion

mai 28, 2014

airplane-bathroom-sex1

J’adore faire des rêves cochons. Mais parfois mes rêves cochons sont tellement quétaines et dignes d’un mauvais film porno que ça m’oblige à me questionner sur mon cerveau.

Hier, j’ai rêvé que je devais me rendre à New-York avec mon mec, mais nous étions en retard. Arrivés à l’aéroport, un mec en uniforme nous a arrêté et il nous a annoncé que malheureusement, nous ne pouvions pas embarquer. J’ai commencé à argumenter, à dire que je voyais l’avion et tout et tout, puis j’ai dit: “Je suis prête à faire n’importe quoi pour prendre l’avion.”

Je l’ai dit en regardant sa queue et en faisant des yeux de cochonne sexy. Mon mec ne disait rien, je pense qu’il voulait beaucoup prendre l’avion lui aussi.

L’employé a semblé hésiter un peu, puis il nous a amené dans un genre de tunnel avec un grand banc de parc dedans. Il s’est assis sur le banc et a commencé à se crosser. Il nous a dit qu’il voulait que nous baisions longtemps, aussi longtemps qu’il le voudra. Je me suis déshabillé, sans savoir si je devais regarder l’employé ou mon mec. Régulièrement l’employé se déplaçait, s’approchait et nous demandait de changer de position. Je sentais que je suais, mon mec aussi, mais c’était bon et ça m’excitait d’être regardée comme ça, sans savoir s’il allait se passer autre chose, genre est-ce que l’employé va vouloir me baiser ou faire un handjob à mon amoureux? Est-ce que des hotesses de l’air vont venir fumer une clope en parlant de mes seins?

Je ne me souviens plus si nous sommes partis à New-York, finalement.