Archive for the ‘i love magazines’ Category

Mariage de Nico Archambault et tampons

juillet 10, 2010

À : Amandine

De : Mélodie

Sujet : J’ai l’air d’un gros bonbon rose qui s’est fait chier dessus

C’était trop cool de te voir la semaine dernière bella, au lancement de la revue Urbania au Palais des Congrès.  Je peux pas croire que ça faisait deux mois que nous nous étions vues, genre quand j’étais restée quarante-cinq minutes dans les toilettes avec Manuel Bucci.

Tchecke la photo de nous deux transformées en petites vieilles, avec une menthe rose comme j’en suçais pour me porter chance avant un test de mathématiques, à l’école secondaire, j’en mangeais presque autant que les puddings au choco de la cafétéria : http://urbania.ca/canaux/photoreportages/1349/back-to-the-future#/4c34bd74e8954

Je pense que j’ai vraiment déjà mangé quatre puddings au choco dans la même journée. Aie et j’ai vu ton article dans le journal aujourd’hui. First page! Tu es trop hot, bella.

Bisous à la Hype Enlite!

À : Mélodie

De : Amandine

Sujet : Re : J’ai l’air d’un gros bonbon rose qui s’est fait chier dessus

Je me demandais si Manuel Bucci te faisait dix bébé un après l’autre ou s’il était en train de te découper en morceaux. Tu m’as jamais raconté! Faut qu’on se voit ce weekend! Tu fais quoi?

As-tu parlé à ta grand-mère depuis que ta cousine Cheryl t’a dit qu’elle lisait ton livre?

À : Amandine

De : Mélodie

Sujet : Wedding Crasher et menstruations

Je te dois un martini avec citron et sans glace meilleur que celui que tu m’as payé for sure! N’importe quand! Mais pas aujourd’hui : je m’en vais crasher le mariage de Nico Archambault dans une grosse maison à Baie d’Urfé.

J’ai pas parlé à ma grand-mère,  mais mes parents ont très hâte aux prochaines fêtes en famille haha.

Et rappelle-moi que la prochaine fois que nous buvons ensemble, j’ai pas le droit de parler de menstruations et de confier à tout le monde que je me touche en pensant aux robes en latex de Katy Perry.

À : Mélodie

De : Amandine

Sujet : Mes positions préférées au yoga

C’est vrai que tu parlais un peu trop fort de ta difficulté à mettre tes tampons. Mais moi je pense que j’ai traumatisé Bertrand en lui parlant de yoga et de mon manque de flexibilité et de mon premier rendez-vous avec Blaise. J’ai hâte de revoir Blaise aux retrouvailles de l’école secondaire au mois de septembre. J’espère que ses doigts ont grandi. C’est vraiment le mec aux plus petits doigts ever.

À : Amandine

De : Mélodie

Sujet : Retrouvailles de l’école secondaire

Man, moi c’est mon premier mari que j’ai hâte de revoir aux retrouvailles. J’ai rêvé l’autre fois qu’il foutait le feu à mon appartement et que je réussissais à me sauver et à aller me baigner dans la mer avec toi et d’autres compagnes de classe. Je pense que je vais m’acheter un bikini Roberto Cavalli pour les retrouvailles. Et me faire gonfler les lèvres?

Blogue de la fée Nancy B-P, croisée au lancement Urbania : http://nancybpilon.com/divers/du-web-a-la-realite/

Blogue du too much hot Youssef Shouffan, croisé avec sa chevelure too much hot au lancement Urbania : http://journal.mysteryoussef.com/

Lacan et maillot doré à la piscine

juillet 5, 2010

Casquette de trucker et Pina Colada

Mes gougounes Betsey Johnson claquent sur le sol de la terrasse de l’Hotel de la Montagne. Molly se retourne vers moi, elle relève sa casquette de trucker sur sa tête pour m’embrasser: « J’ai lu dans un magazine que ça redevenait tendance et j’aime ça avoir l’air un peu bad ass. » Je lui apprends que Misha va venir nous rejoindre plus tard, pour dix Pina Colada et deux-trois longueurs dans la piscine.

J’ajuste mon maillot de bain, pour ne pas exposer mes tétons tout de suite, et je m’applique de la crème solaire à l’odeur de noix de coco partout sur le corps. Je demande à Molly si j’ai de la crème sur le visage. Elle m’en étend un peu sur le front et le nez. J’ouvre la revue Philosophie, je l’ai piquée à Travis, quand je l’ai aidé à déménager la semaine dernière : « Je suis obsédée par Michel Onfray. Je trouve trop mignon ses cheveux un peu bouclés. Et j’adore la discussion qu’il a avec le mari de la fille de Lacan, un mec moins sexy mais qui dit des trucs intéressants, écoute, Avec sa formule « Il n’y a pas de rapport sexuel », Lacan ne veut pas dire, bien sûr, que les relations sexuelles n’arrivent jamais; mais le langage fait que chez l’être humain, à la différence des animaux, il n’existe pas d’appropriation nécessaire, de destination d’un sexe pour l’autre. Le garçon n’est pas voué à la fille. Chacun construit, choisit son mode de jouissance et son usage du sexe (solitaire, hétéro ou homosexuel). La morale lacanienne est une morale de l’invention de soi, de la singularité. Trouvez votre singularité, la voie de votre désir et assumez-en les conséquences. »

Mes frères sont plus populaires que moi

Molly me regarde : « Oh pardon, je t’écoutais pas, je regardais le mec là-bas, tu trouves pas qu’il ressemble un peu à ton frère Marky Mark? Je voudrais bien coucher avec un de tes frères. Ils sont en couple? » Je lui donne un coup avec la revue Philosophie. Une tache d’encre apparaît sur son bras. J’ai tellement chaud que je ne sais pas si c’est de la cyprine ou de la sueur, entre mes jambes. Je saute dans la piscine. Je mouille même mon visage, en me fouettant de mon mascara Lancôme pas waterproof. Je fais une longueur de crawl.

Deux filles trempent leurs pieds dans l’eau, je vois leurs bracelets en argent briller. J’aimerais qu’un mec saute dans l’eau, qu’il m’oblige à rester dans un coin de la piscine, les yeux rivés vers les autres filles, et qu’il tire sur les ficelles de mon maillot de bain, me chuchotant de me laisser faire. Je ne me tournerais même pas vers lui, je ferais un sourire à mes copines, je prendrais les doigts du mec dans ma bouche, en pensant à la paille que je passerai entre mes lèvres, plus tard, à saveur d’alcool sucré. Je me concentrerais sur le goût salé et chloré des doigts du mec, avant de sentir sa queue me pénétrer. Je nage jusqu’à Molly, en me branlant rapidement sous l’eau.

Petite chienne mouillée en attente de baisers

Je secoue accidentellement mes cheveux sur le corps de Molly, allongée sur une longue chaise blanche. En sacrant, elle me donne une mini fessée. Je m’assoie par-dessus elle, rigolant, et je fais la petite chienne mouillée, envoyant de l’eau partout. Molly me tire les cheveux. Elle m’attire vers elle, et me mord la lèvre inférieure. Je sors la langue. Elle me repousse : « J’ai trop chaud, allons jouer dans l’eau, genre à Marco Polo, je promets de te pincer le clito subtilement. » Je me dirige vers la piscine, et je plonge, les yeux bien ouverts. Mon clito me démange. J’ai hâte de sentir les doigts de Molly, et peut-être ceux de Misha, si elle arrive avant que je ne m’endorme intoxiquée au soleil, en faisant l’étoile dans l’eau.

Boites de dildos à déménager

juillet 2, 2010

Je prends le métro en jeans déchirés et en running shoes, je me sens pas moi-même, sans ma démarche de pétasse en talons hauts. Misha et Travis sont surpris de me voir comme ça, ils avaient parié qu’ils entendraient le bruit de mes talons de quatre pouces sur le trottoir. Je leur tire la langue : « Je vais pas vous aider à sortir vos boites de livres et de dildos habillée en pute. Je me suis même pas lavée les cheveux ce matin. » Misha remarque que je porte un soutif jaune fluo. Nous attendons trente minutes le camion de déménagement, et la maman, le beau-papa et les huit frères et sœurs de Misha.

Dans le camion, en sueur, après avoir collé vingt mille boites contre mes seins, je prends le walkie-talkie du beau-papa, et je tente de parler à Misha, dans l’auto de sa maman, à quelques mètres de nous : « Hello? Hello? Es-tu autant mouillée que moi chérie? » Pas de réponse. Puis un crachottement : « Tu n’es pas sur la bonne fréquence. Je suis un chauffeur de taxi, moi. » Je ferme le walkie-talkie, après avoir répété pardon, pardon, et je demande au beau-papa de Misha s’il se rappelle sur quelle rue nous devons nous rendre.

Près du Cinéma Beaubien, nous nous stationnons dans une ruelle. Pascal, un ami de Travis, de retour des plages nudistes de Vancouver, I speak English well now, aide à soulever les meubles que j’évite, me cachant dans la cuisine pour manger un sandwich au thon préparé par la maman de Misha. Je feuillette une revue trouvée dans le bac de récupération des voisins : « Man, Misha, tu savais ça, toi, que si ton gâteau colle au couteau quand tu le coupe, il faut que tu utilises un morceau de fil dentaire et que tu tranches le gâteau en déplaçant légèrement le fil de droite à gauche? »

Petite poupée tarifiée par envie

juin 22, 2010

Dans le Summum Girl le plus récent, il y a un article sur l’amitié homme-femme, des photos de gars presque nus et quelques mots sur mon livre Escorte!

À lire en caressant des couilles, en taquinant des mamelons, ou en salivant sur un popsicle fraise-kiwi, comme moi!

L’éclairage fluorescent est avantageux pour la production de testostérone

juin 19, 2010

Je lave mon vibro avec le nettoyant doux Simple et Net, je me couche sur mon lit, les draps défaits, je ferme les yeux, et j’imagine des joueurs de soccer nus dans le vestiaire, ça m’excite, mais pas assez, j’imagine ma meilleure amie dans le vestiaire, avec les joueurs, sous la douche, le corps tout mouillé.

Je tremble après avoir imaginé ma meilleure amie jouir trois fois, et je vais dans mon bain, lire le Cosmopolitan du mois de juillet, ma lecture traditionnelle avec bulles moussantes Bella Pella.

J’y apprends que the average number of sexual partners for heterosexual men is 7; for heterosexual women, it’s 4, que wearing 2-inch heels may improve the strength of the pelvic muscles, which in turn helps you orgasm et que a University of California study found that men who were exposed to an hour of fluorescent lighting, experienced a spike in hormone that triggers testosterone. Man, il me reste plus qu’à porter seulement des talons de six pouces et plus pour avoir des orgasmes-à-réveiller-toute-la-ville-de-Montréal, et à genre trainer tous les mecs que je connais dans les toilettes d’un McDonald ou dans un centre commercial, pour la présence too much excitante d’un éclairage fluorescent.

Je dépose le magazine sur le tapis de bain, je mets ma tête sous l’eau, je me rentre un doigt, deux doigts, je retiens ma respiration. Je reprends ensuite le magazine et je rigole en lisant que certains mecs baptisent leurs couilles de façon trop originale : Lolly et Pop, Fire et Ice, The Globetrotters, Winston Churchill et Ghandi.

Je sors du bain, j’enroule une serviette autour de ma tête et je me souviens que j’ai déjà eu un client qui avait surnommé ma chatte Diamant. Je me ferai pas tatouer ça sur une de mes grandes lèvres.

Les sucettes, c’est l’accessoire qui sera jamais out

juin 11, 2010

Pendant que j’attendais mon petit frère Gabriel à l’aéroport, j’ai eu beaucoup de plaisir à photographier l’article sur moi dans Dernière Heure (il y a des photos de la chienne que j’avais à un an! et des photos de moi qui joue à la marelle!), à lire sur la saga Malenfant, à boire de la Red Bull avec mon petit frère Philippe, à rigoler des gens habillés en coureurs automobiles et à me demander si je devais piquer ou non un sandwich chez Subways.

J’ai rien piqué, mes frères ont commandé des poutines au poulet dès que nous sommes sortis de l’aéroport, et ils m’ont promis autant de bouchées que je le voulais. Je love ma famille.

J’aime le gloss qui goûte le chocolat et les oiseaux capables d’ouvrir un livre

juin 5, 2010

Laurence Payant m’a rencontrée il y a quelques temps, à la boutique de cupcakes Petits Gâteaux, sur la rue Mont-Royal. Gênée de l’avoir fait attendre une dizaine de minutes, elle a été super chouette anyway et elle m’a posé des questions sur ma marque de gloss préférée, la sexualité des jeunes d’aujourd’hui, et mon côté quétaine. 

En voici un extrait mais il faut absolument que vous lisiez tout à l’adresse du magazine web de Soundbeat Mag : http://www.soundbeatmag.com/loisirs/livres/6527.html

« LP : Justement, tu écris que le métier d’escorte a été un élément bénéfique dans ta vie, qu’il t’a permis de grandir, de développer ta féminité et de mieux comprendre les hommes même. Toutefois, c’est également un métier à double tranchant non? Il a justement nui à ta relation avec ton mari Samuel?

MN : Oui, c’est vrai que c’est triste par rapport à Samuel. Samuel, je l’ai épousé parce que c’était vraiment dans mon idée naïve de l’amour!  Il a été mon premier chum, je le trouvais plus intelligent que moi, il écrivait des chansons, il jouait de la guitare…Dans ma tête de petite fille de 15 ans, je croyais avoir les mêmes idées plus tard dans la vie mais ce n’était pas le cas.

Ce n’était pas juste d’admirer quelqu’un qu’il me fallait ou encore d’avoir seulement un meilleur ami, ce n’est pas ça avoir un mari pour moi. Nous avons décidé de nous marier après avoir eu une mauvaise relation sexuelle, donc déjà ça partait mal notre histoire.

C’est triste parce que je crois que c’est une personne qui m’a montré une très belle preuve d’amour en acceptant que je fasse ce métier là, je crois qu’il savait que si je ne le faisais pas je n’aurais pas été bien dans ma peau et qu’il me perdrait sûrement. Je crois qu’il a accepté pour me montrer qu’il avait confiance en moi et qu’il m’aimait. Ça nous a perdus finalement…»

Et allez voir l’oiseau de Tweeter en snuggie en train de lire mon livre Escorte, un dessin exécuté par le chanteur électro-pop du groupe Pellep Pellep Pellep, monsieur Petit Petit Gamin : http://twitpic.com/1tzmr2 et http://petitpetitgamin.com/

Certaines filles jouissent en imitant des alpinistes ou des marins

juin 3, 2010

 

Dans le Cosmopolitan du mois de juin, avec Pink sur le cover qui parle du pénis de son mari, il y a les résultats d’un sondage sur les orgasmes. Trente pour cent des mecs pensent que les femmes avec qui ils ont baisé n’ont jamais faké un orgasme. Mais soixante-et-onze pour cent des femmes avouent avoir déjà faké. Gosh. J’ai tellement un visage ridicule quand je jouis (j’aime me regarder sur des sextapes, je me trouve super jolie à quatre pattes sur un lit ou avec une bite dans la bouche, mais mon visage, quand je jouis, c’est pas super flatteur, j’accepterais pas de me faire photographier comme ça à moins de me faire payer très très cher). Je réussirais jamais à imiter ma face-de-jouissance-extrême (comme je réussirai jamais à trouver un imperméable qui me fait bien, mais ça, c’est un autre problème, que je tenterai de résoudre one day, en piquant un trench coat Burberry).  

Enfin bref, les mecs ont révélé comment ils pouvaient déterminer que les pétasses dans leur lit-contre leur mur-sur la banquette arrière de leur auto ne faisaient pas semblant :

 1. « She curses like a sailor. »

2. « She starts having body spasms like she’s in the middle of an exorcism. »

3. « You can take a dental impression from the teeth marks on my shoulder. »

4. « She digs her fingers into my back like a rock climber. »

Je fais semblant d’être une femme fatale devant mon miroir

mai 22, 2010

Maquillée par Anabelle Deschamps, une pin-up aux tatouages les plus mignons du monde entier (un Bambi transformé en licorne! un cupcake! les roses d’Alice au Pays des Merveilles!), j’ai posé pour Jean Langevin, dans les studios de TVA, encore une fois dans une robe Kollontaï, style flamenco-boudoir, pour une entrevue qui se retrouvera bientôt dans le magazine Dernière Heure.

Anabelle m’a parlé des pornstars qu’elle maquille sur des plateaux de tournage, et Jean m’a trouvé un méga gros suçon rouge et rose. C’était super plaisant, même si j’avais honte de pas m’être bien rasée les jambes – l’éclairage dans ma salle de bain est total déficient. Après le shooting, j’ai piqué un Échos Vedettes, j’ai lu mon horoscope, et j’ai englouti un sandwich vietnamien en deux secondes.

Dans le 7 Jours, il y a aussi une recette de smoothie Régal à la courge

mai 22, 2010

Dans le 7 Jours de cette semaine, vous pouvez me voir habillée en gentille libraire.

Pour mes lecteurs français : Escorte est en librairie depuis le 19 mai, et je suis adorablement trashy et glam dans les magazines New Look et Closer.

Bon weekend y’all! Le soleil sur mes épaules me fait total du bien et je me sens chaude dans une longue robe corail. Cheers à ceux qui regardent le match des Canadiens de Montréal en buvant une bonne bière fraîche!