Lundi oui oui oui: chambres pour pleurer à Tokyo et mousse au choco

gang Nouvelle-Zélande

reversed centaure

Je viens de recevoir des pyjamas de pompier pour mon fils et je suis super heureuse. J’ai hâte de lui montrer et qu’il fasse des grands yeux et qu’il applaudisse. Je ne sais jamais s’il réagi très fortement pour me faire plaisir ou si c’est un garçon pour qui tout se doit d’être plus qu’épatant – les fleurs, la couleur rouge, les rice krispies aux guimauves roses, les camions – ou plus que mortel – une botte perdue, un non de ma part, son nez qui coule.

Ce que j’aime plus que renverser mon skinny vanilla latte :

Reverse centaure, trouvé sur la page Facebook de Kraddy. Mousse au chocolat au congélateur. Siestes. Histoires antropologiques de poor little rich women de New-York. Marcher sous la pluie avec mes enfants, pas courir, juste marcher et me laisser mouiller. Chambres pour pleurer à Tokyo – je connaissais les love hotel, mais pas les crying rooms. Conversations au parc avec une maman qui part parcourir l’Europe et l’Asie, sans plan prédéterminé, avec son chéri et sa fille. Jouer avec des lampes de poche. Photos de la plus grosse gang de Nouvelle-Zélande. Irriter mon clito parce que je me touche trop. Regarder un film en matinée en espionnant mes voisins. Aller à l’église quand il n’y a pas de messe.

Kathleen Hanna

Et un article avec une constatation rentre-dedans sur le féminisme :

« Le féminisme s’est essentiellement construit sur l’opposition non seulement vis-à-vis des putes, mais aussi vis-à-vis des mères : alors que certaines ont pu clamer « ni putes ni soumises », il semble que plus nombreuses encore soient celles à avoir construit leur féminisme sur un « ni pute ni mère ». Ainsi, la question de la contraception et de l’avortement a été bien plus investie que celles de l’accouchement ou des allocations familiales. Les groupes de travailleuses du sexe, de même que les groupes de mères, sont toujours restés très à la marge du féminisme, alors même que leur situation constitue un point de départ exemplaire pour penser la condition des femmes. La campagne pour un salaire au travail ménager permettait donc de lutter contre cette marginalisation, en rappelant la valeur de ce travail. Surtout, cette campagne permettait de mettre en lumière, que partout où il y a exploitation, qu’il s’agisse de l’usine, mais aussi du foyer, du bordel ou du trottoir, alors il y a la possibilité d’une lutte. »

Bonne semaine y’all ! Bisous au Perrier au citron + gin !

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Lundi oui oui oui: chambres pour pleurer à Tokyo et mousse au choco”

  1. SilverM-A Says:

    Reverse centaur, j’adore 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :