Vive le Québec, la sangria et les lits trop grands

 

J’avais du vernis bleu sur les orteils, mais c’était un total hasard, je fête pas la Saint-Jean depuis que je n’ai plus quinze ans et que je n’habite plus à Repentigny (wouah les souvenirs de Blandine en soutif mouillé dans sa piscine, de pipi dans les hautes herbes, de Misha totale soule qui dit qu’elle n’est pas belle alors qu’elle est la beauté fatale de notre high school privé, et moi super sobre qui fantasme grave sur un ancien voisin et qui me crosse dans mon sac de couchage, chez Blandine, non rien, vraiment, peut battre mes souvenirs de Saint-Jean adolescente).

Alexandre Le Grand et moi on passait la journée de mercredi dernier à se faire bronzer en buvant des cafés glacés et j’avais invité Marissa à nous rejoindre pour vider des bouteilles de sangria avec moi, tard dans l’après-midi. Elle est arrivée en sueur, après avoir fait une heure de rollerblade jusqu’à chez moi, je l’ai embrassée, elle m’a dit j’ai mal au cul, je me suis faite baiser par deux mecs en même temps hier, super cheaps les mecs, il y en a un qui me parlait de sa grosse maison à Hampstead et l’autre me parlait de la bite de son meilleur ami, et il m’a donné un muffin aux carottes que sa femme avait préparé, fuck, et il voulait que je fasse semblant d’être sa stagiaire, j’ai même pas compris sa job, un autre putain de truc d’informatique. Elle m’a serrée dans ses bras, elle m’a dit tu n’as pas grossi, mais tes bras sont plus musclés je pense, ça shake moins, chanceuse, et elle m’a shaké ses bras maigres devant le visage.

Elle a pris une douche extra froide et rapide pendant que je lisais Skipped Parts de Tim Sandlin sur le balcon. Elle est venue me retrouver, pétasse, je peux pas me rhabiller, tu me laisses fouiller dans ta garde-robe, j’ai accepté, et elle était super trashy craquante avec mes petits shorts et mon haut de bikini en coton American Apparel jaune poussin et bleu poudre. Alexandre Le Grand lui a donné une mini fessée et il nous a proposé de la sangria. J’ai décidé que j’avais le droit de me saouler parce que c’était la fête des Québécois, parce que j’avais aussi choisi d’être une bibliothécaire sexy quand je serai grande, d’écrire autant que je baise, de me faire gonfler les lèvres dans six mois, de redevenir blonde et de plus jamais utiliser de lubrifiant, que de l’huile extra vierge.

Marissa a dit un mec m’a demandé de pas me raser les jambes pendant une semaine, je peux pas accepter han. Alexandre Le Grand a dit non on te parlera plus si tu fais ça. Marissa a sauté dans les bras d’Alexandre Le Grand, elle avait zéro cellulite, ses jambes étaient dorées, résultat d’une séance de spray-tan par semaine au Spa Diva. J’ai avalé la sangria en regardant les caniches des voisins. Marissa caressait Paprikalicious en disant que c’était la chatte la plus gentille au monde, et je disais je sais, personne comprend ça, je t’adore, et je veux trop un beagle mais sans joke je pense qu’Alexandre a raison, je suis pas encore prête à me lever à cinq heures du matin pour aller le promener. Marissa a dit un de mes clients a un épagneul nain et il lui a appris à chier dans une litière, c’est génial. J’ai  commencé à m’appliquer du vernis, couleur Vixen de Revlon, mais je dépassait trop, j’en mettais sur la table, et Marissa a dit c’est trop foncé, c’est plus foncé que la sangria, moi je reste aux couleurs pâles, je suis trop classe pour être à la mode.

J’ai dis il y a une pétasse qui insinue sur Facebook que les profs qui me baisaient ne me respectaient pas. Marissa s’est étouffé, elle a dit no way, tu m’as déjà tout raconté, tu aimais trop tes profs, espèce de chouchou, et s’ils te faisaient jouir, je vois vraiment pas c’est quoi le problème de l’autre pétasse, je retourne aux études anytime si j’ai la promesse que les profs voudront me rentrer leur bite dans mon cul, je rêve d’un prof aux cheveux gris, à deux-trois doctorats, qui me dira que je suis plus intelligente que sa femme et que ses filles, même si je suis incapable de faire un devoir de plus de cinq pages. J’ai embrassé Marissa, rapidement, je l’adore trop, avec elle je me sens jamais salope, je me sens joyeusement normale et mouillante, dès qu’elle me dit un truc comme tes cheveux sont tellement faits pour être tirés fort fort ou ta chatte, est-ce que tu trouves qu’elle sent toujours bon, la mienne sent bizarre depuis deux jours, je sais pas si c’est une vaginite ou juste un trop plein de sperme ?

J’ai deviné le regard de mon mec, quand Marissa a sorti sa langue pour lécher mes lèvres, je lui ai dis arrête, Alexandre commence à être jaloux, on trinque avec lui avant de s’éclipser au dépanneur se chercher une provision d’oursons en jujubes et se frencher en cachette ? Marissa a redressé les épaules, a souri à Alexandre Le Grand, puis à moi, et elle m’a dit tout ce que tu veux Mélodie, et c’est dans ces quelques secondes-là que j’ai hésité, que j’ai pas su si elle s’amusait vraiment, si elle aimait le goût de la sangria sur ma langue, si elle m’embrassait parce qu’elle embrasse déjà tout le monde, sauf les mecs aux trop petites bouches, elle aime pas. J’ai pas su à quoi elle pensait quand elle a lissé ses cheveux, en regardant, dans les vapes, les caniches, ses gougounes Marc Jacobs, les marques qu’elle laissait, au bord de son verre. Je me suis assise sur ses genoux et j’ai ouvert les bras, elle m’a fait un câlin et elle a dit tu es en putain déficit d’attention, tu sais ça, et tu trouves pas que je sens trop ton savon à la menthe, ça m’énerve.

Quand il a fait tout noir, Marissa et moi on est entrées dans l’appartement, on a mangé quelques fraises, et des pistaches, et Marissa s’est allongé sur le plancher et elle a dit je pense que je suis trop fatiguée pour rentrer chez moi. Le top American Apparel que je lui avait prêté remontait sur ses petits tétons. Alexandre Le Grand est passé par-dessus elle, et il m’a embrassée, il a dit tu peux rester entre nous, le lit est assez grand, et je lui ai touché la bite, et il était rock hard, et je lui ai soufflé, salaud, et lui il m’a soufflé salope, en tirant la langue comme Theodore Bagwell dans Prison Break. Il m’a pris la main et il m’a amenée jusque dans la chambre. Il m’a poussée sur le lit et j’ai crié je suis pas soule, je te jure, je suis pas soule, j’ai pas fini toute la bouteille de sangria. Il est monté sur moi et m’a foutu sa bite sur le visage, j’ai ouvert la bouche et j’ai léché son gland. Marissa est arrivée dans la chambre et elle s’est plaqué contre le dos d’Alexandre Le Grand, elle a répété je suis fatiguée, je suis fatiguée, et j’ai senti sa main qui cherchait ma chatte, un de ses doigts qui m’ouvrait les lèvres, elle l’a glissé en moi et a joué la surprise, tu es mouillée, tu es brûlante, faut que tu te fasses baiser, je peux prendre un de tes jouets ? Et Alexandre Le Grand a fouillé sous mon oreiller et lui a donné mon vibro tout doré. Elle l’a placé contre elle, l’a fait vibrer et me l’a rentré dans la chatte, en gardant une main contre le dos de mon mec. J’ai regardé, la bouche pleine, Alexandre Le Grand, me demandant s’il voulait plus, s’il voulait me baiser la chatte, et remplir celle de Marissa aussi, mais il ne disait rien, il me fixait lui aussi, et il est venu sur mes yeux, je les ai fermés, ça brûlait, et j’ai crié salaud pendant que Marissa rigolait et se poussait à l’autre bout du lit.

6 Réponses to “Vive le Québec, la sangria et les lits trop grands”

  1. Garamond Says:

    Wow ! on dirait un Loft Story un peu plus salace ! Vous ne vous ennuyez pas à la St-Jean vous autres ! Moi, j’ai écouté du Félix Leclerc et je me suis couché à neuf heures et demi…

  2. melodienelson Says:

    Hahaha je dirais ça à Marissa, « un Loft Story un peu plus salace », j’adore! Oh et c’est bien aussi Félix Leclerc, c’est juste que moi, avec un peu de sangria, je peux pas rester sage et écouter de la musique, ni écouter des discours patriotiques, nan.

  3. La French Connexion Says:

    Dur à suivre pour un Français, mais bite et trou du cul ça va je comprends.

  4. melodienelson Says:

    Ouais je sais darling, ça doit être un peu dur, mais j’aime les trucs tout durs, et tant que tu comprends bite et cul, tout est cool, fuck les autres références! Bisous!

  5. alice Says:

    ha je ne sais pas pour les français mais en ce qui concerne les françaises (bon enfin moi en tout cas), ça se suit très bien hein. Le sixième paragraphe est très beau, d’ailleurs.

  6. saj Says:

    mélodie t es extra et marissa aussi.
    vous z etes super. quand je te lis, tout pareil, g plus l impression d’etre une salope perverse. juste dans la norme de cochonne pas coincée, pas frustrée. ça se trouve où des copines comme vous à mtl ?
    plein de bisous

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :