Et celui qui me demandait d’imiter un chat furieux?

Musique : Kelis, Keep it down

Crème glacée : Rocky Road de Haagen-Dazs

 

 « I”ll tell you this: I’ve learned my tricks. I know what I like. I do not wait around. I initiate. And I’m not all about frequency. I favour intensity. There have been some men in my life who have been wickedly sexy and have taught me much about sexual pleasure. There are a few men I should thank, and others I need to forget. »

 

Halle Berry, Esquire

 

Quand je suis tombée sur cette citation de Halle Berry, ex Bond girl mais toujours Bombe girl, ça m’a fait sourire. Je me suis demandée qui j’aurais à remercier, ou qui j’aurais à oublier. Sauf que j’ai tellement déjà une mémoire sélective performante que ceux que j’avais à oublier, je les ai déjà oublié depuis une éternité. Sauf que, sauf que, j’ai médité trente minutes, à boire du thé Potion Beauté de Thérapy avec Marissa, et ça m’est revenu.

Marissa a dit qu’une de ses pires expériences, c’était avec un arabe, arrivé tout juste alors qu’elle venait de se faire baiser huit fois, bang bang bang en ligne. Il était dix-sept heures trente, elle devait terminer à dix-sept heures, mais elle l’a accepté quand même, dans l’appartement ou elle reçoit des clients trois fois par semaine, environ. L’arabe la voulait pour une heure. Elle a dit juste une demie-heure, je suis trop exhausted. Il était super fru, tellement fru qu’il ne bandait pas. Il a commencé à l’insulter, à lui dire qu’il avait demandé à son imam la permission d’aller voir une escorte, il était genre pardonné pour ses péchés de toute une journée, et c’était la première fois qu’il demandait une telle permission.

 

Et elle a dit qu’elle déteste les mecs qui restent trop longtemps, qui dépassent l’heure, qui la gêne, elle ne dit jamais il est tard, tu devrais partir, j’attends quelqu’un d’autre, mais putain, ça rogne sur son temps de douche et de remaquillage. Elle n’aime pas aussi les mecs trop exigeants, genre qui la prennent pour une reine porno, juste parce qu’elle est payée pour se faire mettre. Il y a une semaine, elle a eu un monsieur Muscles qui ne comprenait pas qu’elle n’était pas trop énergique, après une heure en cow-girl. Il lui disait ça fait une heure que tu as commencé, what the fuck, tu peux pas être fatiguée, c’est un bon exercice en plus. Mais elle déteste être en cow-girl et ses jambes étaient crissement fatiguées.

 

Elle tient à dire qu’elle veut pas avoir l’air chiante, quatre-vingt dix pour cent des mecs elle les adore, elle les sucerait gratis si ça rendait pas les autres filles de son agence furax. Elle aime beaucoup un marin à grosse graine, qu’elle voit à chaque deux-trois mois, qui lui a ramené un bibiki made in Brésil et qui aime tellement ses seins, il lui répète tout le temps de jamais les faire grossir, qu’elle s’est mise à les trouver sexy, ses seins taille 32A. Elle tripe aussi sur un avocat d’origine suisse, il se coke tellement qu’une fois sur deux il ne la baise pas, il fait juste parler non stop. Il lui a avoué qu’il avait déjà joué à la pute lui aussi, pendant un long weekend avec une très belle femme d’âge mûre. Elle se permet de déconner avec lui et va parfois le voir, il a un appart dans le Vieux-Montréal, plein de tableaux de Claude Montoya, pour écouter des vieux films français. Mais surtout elle dit que comme escorte, elle doit l’appel de sa vocation spéciale à Evelyn Lau, une auteure canadienne qui explique dans ses livres, dix ans avant Arcan, ce qu’est la prostitution, ce que sont les choix que ça implique, les autres filles, les jalousies, les envies d’autres choses, et le plaisir, aussi, bien plus fréquent que le dossier spécial prostitution de La Presse le laissait croire, il y a une ou deux semaines.

 

Moi, en littérature, mes remerciements reviennent à Philippe Djian, le seul mec qui réussit à me donner la patience de me faire jouir avec les doigts. Et c’est pas pour le flatter, mais mon Alexandre La Graine, c’est le meilleur, je sais pas si c’est parce qu’il s’est tapé un million de filles avant moi, mais il est trop, il m’a appris ce que j’aimais vraiment, il répond à toutes mes suppliques, et le bruit de mon vibrateur le dérange jamais.

 

Et même si je lui ai déjà raconté cent fois, Marissa a trouvé amusant que je lui rappelle un de mes mecs à oublier : un weirdo qui s’était déjà fait jouir dans une Bible et qui m’avait fait un masque de sperme, sans me dire, après, que ça séchait drôlement pas fashion sur mon visage. Résultat : je suis allée à mon cours de littérature nordique avec du sperme en croûtes sur le visage, vraiment pas subtil, je m’en suis rendue compte seulement à la pause, devant le miroir des toilettes pour dames. Sinon, je comprends pas encore le mec rencontré dans un Café Dépôt, qui voulait que je le suce, avant qu’il ne me pénètre, mais zéro léchouille pour moi, et en plus, il avait barré sa porte de chambre et il avait deux amis qui écoutaient de la porno dans la pièce d’à-côté (de la porno laide, des années 80 genre, avec des murs vides et pastels, et une fille à la perruque blonde et frisée qui couinait comme une conne en se faisaint bourrer la chatte).

 

Quand Marissa est repartie chez elle, j’ai questionné Alexandre Le Grand. Il savait pas trop. Il disait que toutes ses expériences étaient extras. Il a niaisé en disant souhaiter remercier le livre de cuisine qui lui a permis de concocter le meilleur cassoulet du monde, mets qui attirait les étudiantes en sciences infirmières jusqu’à chez lui, alors qu’il étudiait à l’Université de Laval à Québec. Et à oublier, son ex-femme qui voyait le sexe comme une récompense, qui le menaçait de pas avoir son bonbon s’il faisait pas ça, s’il disait pas ça, s’il lui reprochait ça ou s’il n’était pas d’accord avec elle sur le fait que Dr Phill était la personne la plus intelligente des Etats-Unis.

 

Et pour finir, j’ai reçu un courriel hillarant de ma Misha qui me confesse ses aventures réjouissantes et préoccupantes :

 

« Je pourrais dire merci à celui qui se frottait sur ma cuisse comme un chien pour m’avoir fait comprendre que l’humour ne peut pas toujours pallier à des pratiques sexuelles déviantes (et pour m’avoir ouvert les yeux sur ce qu’était réellement une pratique sexuelle déviante). Je pourrais remercier celui avec qui je dors maintenant qui est tellement fait pour moi, même s’il me fait un peu flipper quand il se met des brassières sur la tête pour mesurer les bonnets (ah non, c’est vrai, c’est moi qui fait ça. Merde). Je pourrais aussi dire merci à mon grand amour de jeunesse parce que grâce à lui, j’ai appris qu’il y a des choses pires dans la vie que de soudainement péter devant son chum : que son chum avoue que ça l’exciterait plus que tout de nous péter dans la face (ça, c’est une autre déviance pour laquelle l’humour ne rien faire). Pour toujours, je remercierai celui qui m’avait écrit que j’étais belle (belle comme dans « belle personne », grosse boule de lumière qui illumine assez pour faire cuire une grosse batche de biscuits), cinq ans trop tard. Merci à Jean Guilda grâce à qui j’ai compris qu’avec un minimum d’efforts, n’importe qui peut avoir l’air d’une belle femme. »

 

(Je l’ai questionné sur quel mec voulait qu’elle lui pète dans la face et elle ne m’a pas répondu, la salope, mais sans joke faut être ouvert et se dire qu’il y a des fétichistes weirds dans le monde, mais tout de même, super sympa, leur vision de l’érotisme.)

« Et franchement, je suis incapable d’oublier les mecs, et je ne voudrais pas non plus. Sauf peut-être pour cet Indien qui ressemblait étrangement à mon meilleur ami. En plus d’avoir l’inquiétante impression d’être incestueuse en couchant avec lui, je n’ai pas du tout apprécié l’usage qu’il a fait de la livre de beurre qui traînait à côté de sa débilité de pump my cock sur la table de chevet de son appartement crade. Lui, des fois, je l’oublie. Puis, quand je vais à la Compagnie de Bombay et que je vois des pieds de lampes dangereusement inclinés, je pense à lui. »

 

Une Réponse to “Et celui qui me demandait d’imiter un chat furieux?”

  1. minicocotte Says:

    (…et qui aime tellement ses seins, il lui répète tout le temps de jamais les faire grossir, qu’elle s’est mise à les trouver sexy, ses seins taille 32A…)

    Je suis si complexé par mon 32A.. mais quand je lis, même si c’est pt pas vrai, qu’un homme a dit à ton amie escorte de ne pas faire grossir ses seins et qui trippe dessus comme ça.. même si c’est pas à moi qu’il l’a dis.. ça m’encourage comme si il me l’avait dit à moi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :