Travail du sexe au Canada: le harcèlement policier et des droits en attente

defend-sex

Ricochet a dernièrement publié une série d’articles remarquables sur les répercussions pour les travailleuses du sexe de la loi C-36. Plus de vingt travailleuses du sexe (pas juste des filles blanches privilégiées demandant 500$ par heure de branlette) ont témoigné sur ce que représente le sex work after Harper.

sex-workers-demand-3

Ces témoignages sont d’un intérêt majeur, surtout en ce moment, alors que l’opération Northen Spotlight est expliquée et comprise n’importe comment par les médias. Radio-Canada a entre autres choisi un titre très rigolo – sans le vouloir – choisissant de partager l’angle des policiers qui tentent de sensibilier les travailleuses du sexe, alors que lorsque les policiers attendent une escorte, cachés dans une chambre d’hotel, ce n’est pas de la sensibilisation, c’est de l’escroquerie et du harcèlement. Les travailleuses du sexe attendent encore le moment où elles pourront appeler le 911, puis attendre, devant une tasse de thé, que des policiers se présentent non pas pour désamorcer une bombe ou une chicane de couple, mais plutôt pour se faire sensibiliser aux risques de leur travail et se faire proposer de virer travailleur en usine de confection de déguisements pour animaux à la place.

whore-cup

Sandra Wesley, la directrice de Stella, un organisme qui aide et défend les droits des travailleuses du sexe, remarque et s’interroge sur l’horreur que ça représenterait pour quiconque à l’extérieur de l’industrie du sexe de vivre pareil harcèlement: “Pouvez-vous imaginer aller à la rencontre d’un client, mais finalement vous retrouver coincé dans une pièce avec un policier qui demande à savoir pourquoi vous avez décidé d’aller travailler ce jour-là et qui tente de vous convaincre de quitter votre profession?”

sex-workers-demand

Je vous invite à lire la série d’articles de Ricochet, mais je vous en présente quelques extraits.

Les travailleuses du sexe peuvent-elles parler?

« Comme la plupart des personnes impliquées dans l’industrie du sexe, je crains la police. Je n’ai été physiquement agressée qu’une seule fois dans mes 16 ans de carrière, mais j’ai pris conscience du traitement que la police réservait aux travailleuses du sexe en 2003. J’étais sur un appel avec une autre escorte lorsqu’un client s’en est pris à une travailleuse. Nous avons quitté les lieux sur le champ avec notre chauffeur afin de nous rendre au poste de police, mais les agents s’intéressaient nettement plus à l’agence qu’aux détails de l’agression.

Nous avons été interrogées pendant des heures. Bien que nous avons initialement été bien traitées par les policiers, leur attitude a changé à partir du moment où ils ont appris que nous étions des escortes. Même si l’achat de services sexuels n’était pas illégal à l’époque, nous étions quand même maltraitées par la police. Maintenant que plusieurs aspects du travail du sexe sont criminalisés, je sais que je ne ferai jamais appel à leurs services.

Après cet incident où la police a pris conscience de mes activités, de celles de ma collègue ainsi que de celles de l’agence, les agents se sont mis à se rendre régulièrement à notre lieu de travail et à nous harceler. Bien que j’aimais vraiment travailler à cet endroit, j’ai fini par démissionner plus de trois ans plus tard car j’avais l’impression que toute cette attention policière allait finir par me nuire tôt ou tard. »

sex-workers-demand-5

Impossible d’annoncer ses services dans les médias alors bienvenue à la clandestinité non réglementée!

« We have all-female management, and the business is owned and operated by a woman with lived experience in the industry. We respect the privacy and discretion of all of our clients and staff. We are registered and licensed with the city in which we are based. Our work is consensual. Our work is real work.

Since the introduction of the new sex work laws, I feel less safe as an individual within the industry. At the studio we have had to change the way we advertise our work. Before the new laws, even though we had to be careful about the language and images we used in our ads, we were still able to advertise in the Yellow Pages, newspapers, newsletters, and elsewhere. We would pay for advertising like other businesses do in order to secure safe, reliable, and consistent work.

We are now forced to advertise by using sketchy websites that put everyone at risk. The providers and consumers have all moved underground to connect. These methods are unregulated and often unmoderated, and can be dangerous to both the provider and the consumer. Women have had their personal information, including full names, addresses, contact information, identifying photos, and social media accounts, posted and shared for everyone to see. This is where we are forced to go to advertise. This is not safe and this is not acceptable. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce que les travailleuses veulent: la fin de l’intimidation policière

« Those of us who work in the industry know what we need in terms of help. For those of us working outdoors, I would love a big house where workers can eat and sleep and live but not bring clients, with a separate rooming house to bring clients to. It would function similarly to an in-call agency but be more of a non-profit.

We need plain-clothed officers who are willing to focus on violence against us.

I wish our relationship with the police was more like having a liaison to talk with comfortably. As it is, you never know what you’re going to get with the police. Some are okay, but others are quite rude and say horrible stuff to us. In Victoria, police are not monitoring us too much, but they do make their presence known, and there have been nights where we’ve seen a police car on the street at least every 15 minutes.

This kind of intimidation definitely deters people from stopping in certain areas. Some clients are even starting to walk up to book the date now, to avoid risking getting pulled over. This kind of fear with the police isn’t good for any of us. I know the police think they’re helping us. But they’re not. They’re infringing on our work and our capacity to support ourselves. »

sex-workers-demand-2

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :