Odeur de gras et boules chinoises

J’appelle mon mec, il ne répond pas, je me demande si je devrais le rappeler dans deux minutes, ou revenir à l’appartement, avec un Big Mac à manger devant un épisode de Hellcats, je le rappelle, il gueule qu’il est saoul et qu’il va aller boire de l’eau et tomber en amour avec de la sauce tartare au Brit & Chips. Je lui dis de m’attendre, j’arrive dans une dizaine de minutes, le temps de me remaquiller dans un taxi.

Je sens le spray tan et le désodorisant aux concombres et le parfum Chloé, et quand j’entre au Brit & Chips, j’ai soudain envie de juste sentir le gras et le vinaigre et la bière extra forte. Bao Quoc est le premier à me voir, il me fait signe. Il se lève pour m’embrasser. Je retire mon manteau en fourrure synthétique noire, et il regarde mes seins: « Si tu n’étais pas avec Alexandre Le Grand, je tenterais ma chance. » Je ris nerveusement, et je lui rappelle que sa copine est superbe, même si elle a un caractère de merde dès qu’il ne fait pas vingt­­-cinq degrés dehors et qu’elle n’a pas de boules chinoises enfonçées dans sa chatte.

Je m’asseois entre Bao Quoc et Silvestre. Nous mangeons et je rigole en écoutant les mecs me raconter qu’ils se sont arrêtés au Holder d’abord : « Alexandre a fait semblant d’être un serveur, il a invité une fille à s’asseoir à une table de mecs, et il a offert des desserts qui n’existaient pas à un couple. » Je fais les gros yeux : « Terrible. On repasse tantôt pour s’excuser? Ou pour inscrire subtilement notre nom sur la liste des réservations? Et pour prendre un dessert qui existe pour vrai dans leur menu? »

Les mecs veulent retourner au Confessionnal, où ils ont déjà bu des litres de Heineken. Un mec à la chemise mouillée de sueur ou d’alcool photographie mon décolleté. Je le regarde, sans savoir si je dois sourire ou lui demander s’il va se branler plus tard les yeux rivés sur ma robe et ma peau pailletée. Je danse sur une chanson de Rihanna, en buvant un gin tonic, et je tombe en amour quelques secondes avec une fille au toupet lui cachant la moitié des yeux. Elle danse avec moi, shakant son cul et levant les bras dans les airs, comme moi – j’adore lever mes bras dans les airs, même si ça montre total que j’ai appris à danser en regardant des vidéoclips de pétasses.

Étiquettes : , , , ,

7 Réponses to “Odeur de gras et boules chinoises”

  1. RICHARD FILION Says:

    Ginette aussi a un caractère difficille,, mais nous pouvons avoir confiance totalement en elle,, et je n’aime pas les frites grasses,,donc elle va chez moi je vais chez MAC DO.

  2. RICHARD FILION Says:

    elle va CHEZ LA BELLE PROVINCE ,,,

  3. Sarah Says:

    Je donne mon vote à la belle pro également…

    Est-ce que je suis la seule qui a toujours une grosse envie de frites grasses après m’être entrainée ?

    Go Hellcats !

  4. RICHARD FILION Says:

    Expliquez moi qu’est ce qui vous attire dans une frite grasse,,mesdames?

  5. Valérie Says:

    J’y vais avec la famille : Vive la belle province !

  6. DramaStella Says:

    Moi j’ai eu un cours de Work Out un jour et depuis ce temps, j’ai peur qu’on me surprenne à faire la danse du soleil. En plus, j’ai pas de coordination, alors quand je danse, c’est un gros zéro…
    Je t’aime, tu es mon rayon de soleil de la journée…xx

  7. Frédéric Says:

    Ahh malade tes descriptions, savoureuse lecture imagée, merci de l’effort!!
    Continue!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :