Je suis une chienne qui fait de beaux rêves

Breuvage : Boris lychee et pomme verte

État de mes ongles : lamentable

Je me regarde dans le miroir, j’attache mes cheveux, puis je les détache, j’ai les cheveux frisés, d’être restée sous l’orage trop longtemps, les belles-filles se baignaient en souhaitant voir un arc-en-ciel apparaître dans le lac, et moi je voulais être toute mouillée, pour me rappeler l’été de mes quatorze ou quinze ans, quand je courais dehors, dès qu’il pleuvait très fort, pour rejoindre ma cousine, à deux rues de chez moi, à Repentigny, et nous étions toutes seules dehors, sous le vent et la pluie, et nous croyions que nous étions alors les plus cools, en tout cas moi je le croyais. Surtout quand les copains black de ma cousine nous baisaient dans la salle de bain des parents, après nous avoir traînées sur le sol, les jupes collées à nos jambes, trop mouillées.

Je garde les cheveux détachés, pour qu’Alexandre Le Grand puisse me baiser en les tirant très fort. Je me brosse les dents, je veux un putain de blanchiment de dents, bientôt, et je souhaite bonne nuit aux belles-filles. Je me prends un bouquin de chick lit, Fashionably Late, une histoire pas encore divertissante au bout de trente pages, et Alexandre Le Grand me plaque contre le mur de bois, dans le corridor, et il me dit garde ta tunique, salope, ne te déshabille pas, et il tire sur le tissu de la tunique, un cadeau de Sarah Lee, pour bien découvrir mes seins, et me les mordre.

Dans la chambre je m’allonge sur le lit, je place deux oreillers sous ma tête, et je pince mes tétons, pour qu’ils soient tout durs et encore plus sensibles. Alexandre Le Grand me traite de salope, il me dit d’arrêter de me caresser et de m’occuper de sa queue, tout de suite. Je me rends vers lui, à quatre pattes sur le lit, et je lui retire son t-shirt, et sa ceinture, et ses bermudas tachés de vinaigrette au miel. Il me fourre sa bite dans la bouche et il me dit elle doit encore goûter ta chatte, tu aimes, et je fais juste hocher la tête, comme je peux, et il me repousse. Il me demande de rester à quatre pattes, et de me retourner, et il me prend comme ça, il serre mon épaule, et ma taille, il me pénètre à grands coups, il me dit de bouffer les draps pour pas crier. J’essaie de passer une main entre mes jambes pour caresser ses couilles.

Alexandre Le Grand joui en grognant et je mords très fort dans les draps. Son sperme coule déjà sur mes cuisses et il me demande de tout boire. Je passe mes mains entre mes cuisses, je lèche mes doigts, tout luisants de ma mouille super dense, et de son sperme, et il me caresse le clito, en me regardant, et juste avant que je jouisse, il arrête, il m’embrasse les lèvres et il me souhaite une bonne nuit.

Étiquettes : ,

3 Réponses to “Je suis une chienne qui fait de beaux rêves”

  1. Garamond Says:

    Courir sous la pluie à Repentigny-les-bains ! quelle aventure excitante !
    Franchement Mélodie, tu as fait du progrès depuis ce temps….

  2. modotcom Says:

    Bonne nuit chérie, que tu nous mouilles sans cesse d’écrire ainsi.

  3. melodienelson Says:

    Garamond: C’était super excitant pour vrai! Hahaha. Et après, ça se terminait à la crémerie, devant un méga banana split qu’on se partageait, ma cousine et moi. Et sur le plancher de sa salle de bain, of course.

    Mo: Je t’adore, bonne nuit toi aussi! Bisous!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :