Faire du babysitting et manger des pasta, ça sauve un couple

breuvage: thé vert et citron

occupation du moment: empêcher Paprikalicious de bouffer ma clé USB

 

Je dors pas vraiment, après l’annonce d’Alexandre Le Grand de partir ailleurs. Il a vécu partout, en France, en Arabie Saoudite, en Californie, je le verrais bien s’établir ailleurs, bronzer sur une montagne au Pérou avec un chaman, ou méditer en Inde avec une princesse bollywoodienne. Je parle dans le vide, en pleurs, comme une coupable. Je rêve que je suis dans la salle de bain chez Vauvert, et qu’une salope super droguée jette des couteaux par dessus la porte de ma cabine, je me protège la tête, je veux pas mourir, et les seins, j’ai peur qu’elle les crève, je veux pas perdre mes seins.

 

Le lendemain, Alexandre Le Grand se lève plus tard que d’habitude, mes yeux refusent de s’ouvrir, mon corps est en manque du sien, je regarde s’il est bandé, mais il a gardé son pyjama toute la nuit, je peux pas m’asseoir sur lui et lui dire on oublie tout, on oublie Anthony et les bars le jeudi soir, on oublie ma robe rose bubble-gum Marciano toute collante et tachée de gin tonic. Il part et il me dit repose-toi. 

 

Je mange un bagel aux cretons et cornichons et il n’est même pas bon. Je monte le chauffage et je me réfugie sous les couvertures de mon lit. Je feuillette Porno Manifesto d’Ovidie, en me demandant ce que je vais faire maintenant. Je regrette d’avoir acheté dix mille robes les dernières semaines, si Alexandre Le Grand me quitte pour vrai, je vais être au super régime biscuits soda et beurre d’arachides pour six mois, pour égargner un billet d’avion direction Inde, et je vais m’arracher les cheveux, je vais devoir m’acheter des rallonges, ou une perruque, peut-être qu’Alexandre Le Grand aurait pas été fâché contre moi si j’avais pas teint mes cheveux en auburn. Je repousse le livre de la pornstar militante et intello française, pourquoi Anthony a raconté des trucs débiles à Alexandre, est-ce qu’Alexandre Le Grand a tout halluciné, est-ce qu’il a une tumeur au cerveau, je veux pas qu’il meurt. Peut-être que c’est pas les cheveux auburn, peut-être qu’Alexandre Le Grand est tanné de moi parce qu’il cuisine toujours et il ramasse toujours les oeufs que je laisse tomber sur le plancher.

 

Je laisse des messages sur le répondeur de Betty, Hi bella, can you call me when you have news about Anthony, I’m home all day, can’t work looking like that, je t’embrasse and I hope you’re okay, call me, call Anthony, I really want to know what is going on. Je me lime les ongles jusqu’à trois heures de l’aprem, Alexandre Le Grand revient, il caresse mes cheveux, me demande un baiser et me trouve un petit air de pétasse battue. Je le trouve tout doux, tout calme, tout rien-ne-s’est-produit-hier-soir-l’asile-t’attend-ma-chérie. Je lui dis que ça ne pas vraiment, il dit qu’il avait trop bu, il dit je suis ta bite, tu es ma chatte, je te crois, Anthony voulait se battre ou je sais pas.

 

Je lui dis viens au lit me dire des belles choses comme ça. Je veux être sur lui, qu’il sente ma chatte douce et mouillée que pour lui. Il se déshabille, laisse ses vêtements sur une chaise en bois, face au lit, il me montre ses caleçons à l’effigie de Mr Perfect, un dessin de livre pour enfants. Il se couche et je me blottis contre lui, il dit je suis fatigué, je dis moi aussi, on peut dormir, un peu. Il dit non, tourne-toi, et j’ouvre les jambes pour mon mec, il embrasse mes cuisses et me mord le ventre, il dit j’aime te mordre, et je dis rien, j’aime quand il me fait mal, un peu. Il se vide bien en moi, rapidement, il me dit je vais garder Calvin, tu veux venir, et j’accepte, je veux trop passer mon vendredi soir avec un bébé qui danse et qui chante et qui passe l’aspirateur en imitant sa maman.

 

Élise et Jean-Pascal boivent un verre de mousseux avec Alexandre Le Grand et moi, et ils nous montrent les petits pyjamas de Calvin, les couches et les jouets terriblement attirants qui font du bruit sans que nous les touchions. Ils nous laissent pour un souper en amoureux. Élise est toute contente de pouvoir mettre des talons hauts, elle en a des centaines, mais avec Calvin, pendant la journée, elle s’empêche de les avoir aux pieds, et elle regrette de ne pas avoir profité du souper pour porter des méga anneaux aux oreilles.

 

Avec Calvin à table qui déguste des céréales à la poignée et un Minigo à la framboise bleue, Alexandre Le Grand et moi nous nous bourrons d’un plat de pâtes, fêves et salade. Betty téléphone sur le cellulaire d’Alexandre, elle souhaite me parler, elle m’explique, elle dit Anthony a déconné parce qu’il aime bien Alexandre, il dit tout le temps la même blaque à ses amis, il est désolé, il s’excuse, et moi je dis quoi, juste une blague, mais fuck tu ne dis pas ça à un Français, encore moins à un Français que tu recontres pour genre la deuxième fois, fuck il aurait pu lui donner un coup de tête à la Zidane. Betty continue, elle dit toute la soirée il a fait des blagues, tu raconteras à Alexandre Le Grand, il a même demandé aux amis de Johnny, qu’il voyait pour la première fois, if they had all shop in the same gay shop, ils n’ont pas trouvé ça drôle non plus.

 

Je remercie Betty de l’appel et je raconte tout à Alexandre Le Grand, en lui carressant les couilles pendant que Calvin  répand des céréales toutes molles sur son téléphone rouge en plastique. Et je change mon profil Facebook pour Mélodie Nelson ne comprend pas les blagues des Italiens. Like ever.

 

 

5 Réponses to “Faire du babysitting et manger des pasta, ça sauve un couple”

  1. modotcom Says:

    fiou, c’est mieux comme ça. contente, parce que les conflits, c’est jamais drôle, mais le cul c’est bon tout le temps, même le temps d’oublier qu’on s’est chicané, sauf si y est en pijy, alors c’est quand même plus compliqué, ça prend beaucoup de volonté. Enfin, encore une fois, contente pour vous que tout soit ok. Oh et puis, creton cornichon, c’wouuuuu non?

  2. melodienelson Says:

    Merci darling et hahaha ouais la volonté me manquait, le pyjama et la possibilité d’être rejetée…Prochaine chicane, dans un an, pas avant, please please. Creton et cornichons, pour vrai j’aime ça, moins que les crottes de fromage, mais ummm, c’est presque santé en plus! Bisous Mo!

  3. Alex Says:

    C’est vraiment cool que tout s’arrange pour toi ! Excuse-moi si c’est ton ami, mais c’est vraiment un con ce gars-là. C’est pas une joke ça ! C foutre le trouble. Une joke, faut que ça finisse un moment donné ! Le but de la joke, c’est qu’à la fin tu dises à la personne: « Hahahaha! C’t’une joke ! » Tu lui diras ça de ma part. Pis encore là, même s’il avait fait ça, elle serait vraiment NULLE sa joke. Ça me frustre le monde tweet de même ! Excuse-moi, je fais une montée de lait à ta place ! 😛

  4. Woland Says:

    Pfiou… Me voila rassure, j’avais peur qu’Alexandre se carapate chez les indiens moustachus et qu’il vire tantrique tendance zoophile… Je suis sur que ca aurait plombe l’ambiance d’un de mes blogs preferes ce qui m’aurait plonge dans une depression profonde. Cet Anthony est un danger pour la societe!

  5. melodienelson Says:

    Je voudrais jamais décevoir mon Punk Chouettement Réac! Ni devenir une pétasse depress et sans sexe, sois rassuré Woland chéri.

    Et Alex: c’est toujours bien quelqu’un qui se fâche à ma place. Comme ça, je reste la gentille fille.

Répondre à Alex Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :