Geneviève n’est plus une fille populaire

Du 8 février au 8 mars, j’ai envie de vous présenter des femmes que j’aime. Chaque jour, pendant un mois, une femme. Un mois en attente de la Journée internationale de la femme, que cette journée signifie quelque chose pour vous ou non. Ces femmes, je les aime. Elles sont importantes parce qu’elles ont un prix Nobel ou parce qu’elles sont les premières avec qui j’ai joué à Alerte à Malibu dans ma piscine.

Geneviève B

Elle mentait sur tout. Elle disait qu’il y avait un cerisier et un poirier chez elle. Elle disait qu’elle avait déjà participé au Village de Nathalie. Elle disait qu’elle était abonnée au 7 jours. Elle disait qu’elle vendait de la drogue et qu’elle la cachait sous les calorifères du Collège St-Jean Vianney.

Geneviève mentait pour les autres aussi. Quand je disais que je ne fumais pas, elle m’interrompait et expliquait à une copine plus dégourdie que je fumais mais que je ne pouvais pas le faire près de mes frères, pour ne pas qu’ils révèlent mes actes de petite rebelle de quatorze ans à mes parents. Elle racontait aux garçons que je créais des colliers et leur faisais admirer ceux que je portais. Elle cessait de me vanter dès qu’ils montraient leur approbation.

J’étais en jeans à pattes d’éléphant, avec un t-shirt Calvin Klein et un collier de perles multicolores. Je la regardais puis je regardais le garcon qu’elle venait de me présenter et je ne protestais pas. Je mentais aussi. Je voulais tous ses amis. Je voulais rester son amie.

Je voulais que nous continuions à nous faire bronzer devant le garage de ses parents, à enregistrer les vidéoclips de Moist, à vendre des hot-dog pendant des tournois de baseball, à parcourir les allées du Dollorama des Galeries Rive Nord, à prendre des cours de sauvetage ensemble. Elle serait Pamela Anderson et je serais la fille plate qui doit toujours se moucher avant d’aller sauver une mouette dans une piscine hors terre.

Elle disait aussi que le jus d’orange avec du tylénol écrasé et de la vodka, c’était parfait pour des soirées au parc des Moissons.

Puis elle a perdu ses amis. Elle a cessé de manger à seize ans. Elle empruntait les fiches Coup de Pouce de sa mère et elle me concoctait des collations et des repas. Du pain pita grillé avec des concombres et mille herbes. Un gâteau trois étages. Elle me regardait manger. Elle me parlait d’un petit ami que je ne connaissais pas et qui avait retiré son chandail dans le salon de ses parents.

Geneviève ne mentait pas toujours.

Elle ne m’a rien dit de plus sur son petit ami que je ne connaissais pas. Il n’était plus son petit ami. Je n’ai jamais demandé si d’autres garçons avaient retiré son chandail dans le salon de ses parents. Elle n’avait plus bonnets C et elle était seule avec sa jupe de collégienne et ses chemisiers trop larges, quand elle n’était pas à faire des sauts de biche dans sa cuisine.

Elle est restée petite. Elle a trois enfants, une pâtisserie. Pas de compte Facebook. J’espère qu’elle est heureuse.

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Geneviève n’est plus une fille populaire”

  1. Stéphane Crépeault Says:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :