Grosses mitaines, choco chaud et relecture

La déesse des mouches à feu

Une amie partait en France pour près d’un mois, hier, et je voulais la voir pour lui donner des livres, quand elle ne serait pas entrain de faire bouffer des cuillères de miel à ses filles enrhumées ou de devenir best friend avec sa belle-famille qu’elle ne connait pas encore.

Je n’ai pas pu lui remettre les livres, finalement. Je décorais le rosier, dehors, pour en faire un arbre de Noël et les enfants avaient froid, nous avons pris poussette et grosses mitaines pour acheter du chocolat chaud. C’était le moment qu’avait choisi mon amie pour venir me dire au revoir. Les livres devant moi, j’ai décidé d’en feuilleter certains, de m’arrêter aux pages que j’ai marquées, mes pages préférées.

“On a écouté Cannibal Holocaust tout de suite après. C’était meilleur que Face à la mort. Y avait une histoire, au moins. En plus, paraissait que des comédiens étaient morts durant le tournage. La passe où les cannibales empalent la fille était trop dégueulasse. Je me suis caché le visage dans le cou à Keven. Il a dit qu’on pouvait arrêter le film, si je voulais. Je voulais pas, pis j’ai commencé à l’embrasser. On a baisé sur le divan du salon en entendant le monde dans le film mourir un après l’autre.” Geneviève Pettersen, La déesse des mouches à feu

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :