Les automobiles du Dollorama ne se brisent pas si facilement

lecture: Herbert Lieberman, Le Concierge

musique: Adele, Chasing Pavements

 

Mercredi soir, je suis allée prendre un verre avec ma chérie Lilianne, aux Folies. Pas d’alcool pour moi, même en cachette d’Alexandre Le Grand. Nous nous sommes dit, début janvier, seulement de l’alcool le jeudi et lors de soupers entre amis, pour pas avoir l’air total loosers. Pendant que Lilianne descendait des drinks à base de schnapps aux pêches, je buvais un jus de légumes trop salé. Elle m’a montré sa nouvelle sacoche, un immense fourre-tout Betsey Johnson, notre designer princesse-matamore chouchou à toutes les deux. J’étais super wow wow wow, endormie mais enthousiaste devant mon putain de jus de légumes zéro alcool. Je lui ai parlé de mes frères, de mon grand-papa qui s’enfuit de chez lui et qui oublie ensuite qui est sa femme, ou est sa maison et à quoi servent écharpe-tuques-gants, et d’Alexandre Le Grand qui s’endort avec notre chatte Paprikalicious sur le ventre et une main entre mes cuisses.

 

Lilianne m’a parlé d’une fille qu’elle a rencontré, super gentille, super intelligente, super lesbienne et elle m’a demandé si j’avais déjà pensé être lesbienne, ou bi. Je lui ai dit que ouais, au cégep, quand je détestais tout le monde, quand je n’étais pas en amour par-dessus la tête avec personne, quand j’écrivais aucun prénom dans mes journaux intimes, quand je trouvais Misha trop super parfaite, je me suis dit oh fuck, je suis lesbienne. Mais après, mon premier mari m’a dit je t’aime, Malorie m’a dit je t’aime et je veux te brouter, et moi je me suis dit je serai l’amante d’un poète et je trouverai toujours les filles belles et mouillantes, mais de là à fantasmer sur une putain de grosse qui dit vouloir me brouter, jamais jamais. Lilianne s’est souvenue de Malorie et elle a ri en s’imaginant ce qu’elle était devenue maintenant, totale absente de la civilisation Facebook. Une Malorie suicidée? Une Malorie dans une troupe de théâtre de onzième zone? Une Malorie ermite? Whatever. La seule fois ou je suis allée dormir chez elle, une soirée débile ou elle a tenté par mille fois de me faire prendre un bain moussant avec elle, je me suis couchée dans son putain de lit simple, collée contre le mur et je n’ai pas dormi de la nuit, j’avais trop peur qu’elle me fasse des trucs cochons pendant mon sommeil.

 

Lilianne, elle, n’a jamais vraiment pensé être lesbienne, les mecs elle s’en fait un nouveau par semaine, et les filles elle les baise devant une webcam, avec plaisir, excitée et tout, mais surtout pour l’attention et l’adoration des mecs devant leur écran d’ordinateur. Quand elle sort dans des after hours, elle termine souvent la soirée à montrer ses petites culottes à une copine ou à une autre fille qui fait de la webcam avec elle, elle se colle sur une banquette et elle lèche les gouttes de vodka-tonic qui coulent sur le cou d’une copine, mais jamais ça été le grand amour, jamais je me ramène une chick à l’appart et je lui suce le clito toute la nuit, jamais je vais présenter une pétasse à mes parents. Sauf que là, elle tripe à fond sur Heidi. Elle l’a rencontrée dans un party du Nouvel An, à quatre heures du matin couchée sur le tapis Ikea d’un ami. Elles se sont raconté leur vie jusqu’à sept heures, bu du Perrier en fumant des clopes et Lilianne est certaine-certaine que Heidi est soit sa jumelle kidnappée par une infirmière lors de sa naissance, soit sa soulmate. Lilianne a dit qu’elle devait la revoir samedi soir et elle est toute nerveuse, comme la première fois qu’elle a parlé à un mec au téléphone, à treize ans, pour l’inviter au bal d’Halloween de son école secondaire.

 

Nous sommes parties grignoter des macarons, à la noix de coco et aux fraises, et je l’ai suppliée de me parler de ses clients drôles. Son dernier weirdo en date, elle le chouchoute pour rester sa préférée, elle va chercher des tas de sucettes et des tas de voitures au Dollarama juste pour lui. Ce qu’il lui demande? De porter des souliers hyper plateformes, de zoomer sur ses pieds et d’écraser les sucettes en faisant beaucoup de miettes et beaucoup de bruits. Ensuite, elle lui montre le sol, jonché de petits morceaux de sucre, et sous ses souliers aussi, tout dégueulassés. Ça, c’est comme des préliminaires coquins, parce que ce qui fait spermer son mec, c’est quand elle décide de lui montrer les petites autos de courses. Elle fesse sur une auto, une roue brise, mais l’auto roule sous le le lit. Elle la retrouve, donne des coups de pieds, l’écrase, recommence jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des morceaux de plastique, ou jusqu’à ce que son client lui dise oh merci, je viens de jouir partout sur mon ordi. Il lui demande si elle a aimé, elle aussi, et elle rigole, elle dit que c’est cool et que ça lui fait plaisir d’être là pour lui. Ils se souhaitent une bonne fin de journée, Lilianne ferme son écran et passe l’aspirateur. Super job, le rêve.

4 Réponses to “Les automobiles du Dollorama ne se brisent pas si facilement”

  1. marko Says:

    lol X100 pour les fantasmes aussi fucked up

  2. Woland Says:

    @ marko, pour moi, tant que ca ne fait de mal a personne, c’est pas trop fucked up.

  3. melodienelson Says:

    Je sais, moi aussi je pense pareil, tant que ça ne fasse pas de mal à personne, c’est ok, mais oh my God, les trucs que j’apprends grâce à Lilianne, c’est trop drôle, encore plus complet que Le livre des fantasmes de Bret-je-me-souviens-plus-de-son-nom, un spécialiste britannique en psycho-sexologie. Oh et vous, ce serait quoi votre fantasme le plus fucked up? Vous pouvez répondre ici, ou toujours, à melodienelson@hotmail.com.

    Bisous!

  4. BritishAccent Says:

    Le voisin qui me regarde de sa fenêtre de l’autre côté de la cour de mon immeuble sur la côte à une petite voiture bleue sur son bureau, en permanence. Quand il a fini de se branler devant son Mac qui doit être tout collant, il joue un peu avec… Un jour, je vais lui piquer sa voiture bleue.

    Je lui rendrai s’il me montre son joli cul musclé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :