Pute ou flûte, slut ou slush

Au restaurant Blanche-Neige, je suis un peu déçue que les chansons de Paula Abdul ne fonctionnent pas sur le jukebok de table, mais totalement heureuse d’être assise tout près de saoulons anglophones qui se racontent leurs histoires de baise de la veille, dans les bosquets d’un parc.  

Après avoir englouti des crêpes à la crème pâtissière, Belle-Fille Princesse souhaite une slush, une gourmandise glacée qu’elle n’est drôlement pas capable de bien prononcer : « Je peux avoir une slut à la lime? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :