Strawberry blonde et full load

                      

 

 

 

 

 

 

musique: Café Tel Aviv, Middle East Chillout

breuvage: rhum-coca zéro

 

 

 

En fin de semaine, à part manger de la pizza et des sandwichs tomates-jambon-fromage-avocat, et me teindre les cheveux en strawberry blonde, et lire La branche cassée de Louise Erdrich, et écrire des millions de courriels, et terminer le whisky irlandais et vaporiser du spray au concombre et coriandre partout dans l’appartement à chaque deux minutes, j’ai rien fait.

 

J’ai annulé ma sortie avec Isadora, nous devions nous balader dans Montréal, trouver dix milles activités auxquelles participer pendant la Nuit Blanche, avant une lecture improvisée de Marie Hélène Poitras dans une bibliothèque. Mais j’étais fatiguée, et frileuse, et je rêvais juste de pizza et de Redemption, le premier épisode de 24. Je m’en veux parce que je n’ai pas vu Isadora depuis le lancement du cent-vingtième numéro de la revue Moebius, au Rockette. Elle avait les cheveux violets, venait tout juste de décrocher un job de rêve, nous avions parlé de Moby Dick, de Jean-François Chassay, de mode écologique et j’avais trouvé génial de porter une robe qui matchait à la perfection avec la table de billard sur laquelle j’étais restée assise pratiquement toute la soirée.

 

Quand Alexandre Le Grand est arrivé, il était environ huit heures et demi, hier, je me suis précipité à la porte, j’étais habillée en totale pétasse, plus-que-mini robe noire échancrée jusqu’au nombril et maquillage léger mais bouche glossée et repulpée. Je lui ai versé un verre d’eau et nous sommes tout de suite allés au lit.

 

Je sais pas c’est quoi mon problème, ou ma chance, whatever, mais dès que je baise pas pendant au moins une journée, ma chatte se resserre et je suis presque vierge à nouveau, really. Il m’a pénétrée, et j’étais mouillée, mais tellement serrée que ça a tiré, j’aime ces petites douleurs, il était par-dessus moi, j’avais les jambes pliées, je lui montrais mon cul, il a mouillé ses doigts, il m’a dit qu’il ne s’était pas crossé dans la douche pendant le weekend alors j’aurais le droit à un full load, il m’embrassait les seins, me mordait les épaules en disant je veux te mordre plus fort, jusqu’à ce que tu saignes, salope, je me suis vraiment ennuyé, moi aussi, je vais jouir en deux minutes, salope de ma vie. Je le regardais, je le trouvais tellement beau, sur moi, ses épaules larges, son torse plein de poils bruns, et quelques poils gris, et je lui dis tu peux jouir maintenant, si tu veux, il a rentré un doigt dans mon cul, il a joui, est resté en moi, pour après se coucher, juste à côté.

 

Il avait un sourire épuisé, mais heureux, il a dit la princesse était belle en fin de semaine, nous sommes allés dans des roller-coasters, au centre d’achat, elle avait peur au début, mais après elle criait encore, encore, elle a mangé plein de jujubes en forme de dragons, elle était belle, tellement belle. Il a aussi dit, en ouvrant les yeux et en caressant mon dos, je te rebaise tantôt, là j’ai encore soif, une Leffe, ça va me réveiller je pense. Nous nous sommes commandé une pizza, il ne l’a pas aimée, et j’ai récouté Redemption avec lui, sans lui dire que je l’avais regardé la veille. Ça ne me dérangeait pas, j’étais bien, toute nue sous une jetée, avec de la sauce à pizza aux coins des lèvres, et la chatte plein de sperme.

Une Réponse to “Strawberry blonde et full load”

  1. misspotin Says:

    si tu es quasi vierge après un jour, imagine après une semaine pas de baise!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :