Posts Tagged ‘James Deen’

Lundi oui oui oui: bad boys et pantoufles en phentex

novembre 10, 2015

Peaky Blinders

vegan mac & cheese

Je porte un soutif rembourré et je trouve que ça me donne dix ans de plus. Je comprends pas trop pourquoi. Peut-être parce que j’ai vu trop souvent des filles dans le Vieux-Montréal avec des seins en armure qui avaient la quarantaine.

En tout cas.

Ce que j’aime plus que les crampes de menstrues :

Sanctuaire pour animaux. Cinéma avec une copine qui pleure moins que moi. Rice Krispies avec du colorant spécial Noël. Bad boys et bad girls de Peaky Blinders. Soleil le matin au parc, en bottes de pluie et manteaux ouvert. Recettes de macaroni et fromage vegan. Aprem de discussions sur le genre et sur les moustaches et sur ce qui se doit d’être flamboyant ou non. Rêver à la Première Dame du Canada qui me donne des pantoufles en phentex – deux jours après avoir rêvé que je participais à des manifestations pour rappeler à Trudeau ses promesses électorales sur la décriminalisation de la prostitution. Distributeurs d’histoires courtes. Danser sur des chansons des Spice Girls avant le dodo des enfants. Parler de ma meilleure amie avec Léa Clermont-Dion pour l’émission Banc Public. James Deen Mainstream.

À lire aussi : Est-ce que Marguerite Duras aurait utilisé Twitter ?

Extrait : «Le musicien critique âprement le fait qu’on demande aux artistes d’être présent sur les médias sociaux (voir les Rihanna et autre Lady Gaga de ce monde), mais aussi de créer, de performer et de « divertir » à un rythme soutenu, alors que cela demande une grande part de solitude, ce qui est incompatible, selon lui. Comment la créativité peut-elle survivre dans ces conditions? »

Bonne semaine y’all ! Je vous souhaite feux d’artifice dans votre cœur et zéro crampes de menstrues ever.

Des crosseurs de chiens, une déesse tatouée et les putes dans l’oeuvre de Woody Allen

juin 26, 2012

 

Oh man. La honte, un peu. Ce soir Alexandre Le Grand et moi devions passer la soirée avec Colin et Laura. Mais après qu’il soit allé cherché Belle-Fille Princesse à son camp de jour et que j’aie passé quasi une heure dans le bain avec Mini Fée, nous avons complètement oublié notre RSVP à leur soirée et nous avons mis une pizza aux épinards au four. Damn.

Je vous propose des lectures édifiantes au lieu de me sentir coupable d’être total distraite.

1. Être une pute, c’est supposé être dégradant, mais je ne vois personne manifester pour l’abolition des crosseurs de chiens ou de taureaux.

2. La première fois de plein de vedettes. Et de la fille qui réalise-écrit-joue dans Girls.

3. Je love les look et l’écriture de cette déesse tatouée. Et pour porter des chandails bédaine comme elle, faut lire des trucs ici

4.  Je trouve ça cute d’être heureuse d’être menstruée – au lieu de trouver ça vraiment nul et de cacher toutes mes petites culottes tachées. Mais célébrer ça, je sais vraiment pas.

 5. J’adore les chiens. Et les bébés. Les pit bulls sont adorables et ils ont déjà joué le rôle de nanny pour tous les petits aristocrates anglais. Il ne faut pas croire qu’ils sont plus dangereux que des labradors.

6. Un acteur porno qui parle de câlins, de sa passion pour le cunni et de soupes aux asperges. 

7. La fin de la profession rêvée.  

8. J’imagine super bien ma copine Marion en réincarnation de Fifi Brindacier-Milfette.  

9. Les travailleuses du sexe dans l’oeuvre de Woody Allen.

10. Des suggestions de romans graphiques. Lequel est votre préféré?

C’est vrai qu’il est beau quand il mange une poutine à trois heures du matin

novembre 30, 2011

Les semaines passent vite, et je suis là, devant le clavier, dix-onze fois pendant la journée, à me répéter que je veux écrire, mais c’est difficile, avec une petite bouche collée à un téton, et finalement je n’écris pas et je lis des articles sur l’acteur porno James Deen. Man, il est cutie cet acteur. Total jewish boy craquant et coquinement pervers, qui s’amuse à prendre en photo l’anus des actrices qu’il baise, pour les mettre sur son blogue après.

Anyway, à part me la jouer groupie d’un acteur qui ne ressemble pas qu’à une bite, voici ce qui s’est passé dernièrement dans ma life (j’écoute trop de films doublés en frenchie de France, ça explique ma tendance encore plus terrible que d’habitude à utiliser des mots anglais anywhere).

1. Ça faisait six ans, le 23 novembre, que je me suis précipitée en taxi chez Alexandre Le Grand, avec des sacs à vidanges remplis de vêtements. Six ans qu’il me dit que je lui fais penser à la Lilian de Depeche Mode, six ans qu’il sait que je suis adorable mais aussi que each dress I own is a loaded gun. Six ans que je m’amuse à écouter ses blagues et ses ronflements – peu fréquents, really – et que je le trouve beau même quand il dévore une poutine au bacon à trois heures du matin.

Cette année, je me fais tatouer une phrase pour lui, que je cacherai dans le creux de mon bras.

2. J’ai acheté des cadeaux de Noël pour ma famille…mais aussi pour moi. Faut toujours se faire plaisir, non? Mon cadeau : une superbe Barbie aux cheveux noirs et aux lèvres rouges style démone qui mange des couilles et des tartines aux fraises.

3. J’ai lu un thriller terrifiant, Tokyo par Mo Hayder. Top angoissant, à m’obliger à dormir collée-collée contre ma chérie, et à lui dire je t’aime mille fois en tenant son petit poing.

4. Après avoir vu le film Bitch Slap, j’ai rêvé qu’une fille aux superbes abdos m’obligeait à me rentrer un pendentif en or, en forme de cœur, dans le cul.

5. J’ai pris un café avec deux copines, et l’une d’elle a commandé pour moi. Aurore est revenue avec mon Venti Skinny Vanilla Latte et dix sachets de Splenda. Elle m’a dit qu’elle s’en voulait de ne pas avoir demandé du sucre dans mon latte, se rappelant ma dépendance au sucre quand j’avais quinze ans. Une Mr Big tous les midis pendant cinq ans? Oh oui, mais plus maintenant.

Bisous y’all!


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 209 autres abonnés