Archive for the ‘lundi oui oui oui’ Category

Lundi oui oui oui: concours de beauté et cicatrices

septembre 1, 2015

M’endormir ou faire des biscuits, je choisis les biscuits, mais avant j’écris rapido ici.

Ce que j’aime plus qu’un chou-fleur qui sert de ballon de soccer :

Regarder mon frère parler avec mon mec et ma fille. Mrs. Universe. Me faire raconter le dernier livre d’Alessandro Baricco. Clip Gainsbourg/Birkin/Vartan, trouvé en pensant à moi par la photographe Myriam Lafrenière. Has anyone seen my pants ? de Sarah Colonna. Être en manque, puis ne plus être en manque, parce que. Cicatrices. Me croire cheerleader le temps que mes frères deviennent des champions au baseball. Menstrual Man. Courir comme Phoebe dans Friends et me laisser tomber.

cicatrice

mrs. universe 2015

Bonne semaine y’all ! Bisous saveur drink trop sucré !

Lundi oui oui oui: pornstars fidèles et baseball

août 25, 2015

Suicide Girls

Zephir par Chapin

Je viens de croiser une voisine qui a le cancer/un pied dans le plâtre/la voix de La Poune. Elle m’a parlé de son nouveau concierge et des clés qu’elle a perdues et du meuble qu’elle tasse contra la porte de son appartement pour mieux dormir le soir.

Ce que j’aime plus que les éternelles mommy fights plates :

Porter des robes très courtes – ma fille dit que je suis une princesse, les mecs me sourient. En apprendre plus sur les Suicide Girls que leur amour pour les tatouages et les cheveux de pouliche. Voir mes frères gagner une partie de baseball. Fidélité de pornstars. Gueuler comme une malade pour que l’équipe de mes frères gagne une partie de baseball comme si mes cris étaient aussi importants que des circuits. Contre la morale castratrice. Être couchée sur le ventre et relever mes fesses juste un peu. Peinturer tous les types de corps, avec cicatrice de césarienne, avec des taches de vieillesse, avec le poids de tous les hamburgers du monde autour de la taille.

Bonne semaine y’all ! Bisous !

Lundi oui oui oui: sardines trop salées et fausse urine

août 18, 2015

J’ai chaud entre les cuisses, je n’ai plus envie de porter de petite culotte ever et je trouve ça injuste de ne pas avoir accès à une fontaine de rosé all day long.

quai 2

Ce que j’aime plus que rêver que je me rase la chatte (genre mon rêve était des gros plans de ma chatte et de tous les petits poils que j’oublie) :

achat drunk

Répondre à des textos sans savoir qui m’en envoie. Amour d’un weekend en voilier. Masturbation dans une auto et en classe. Me promener en maillot de bain toute la journée dans un parc. Kale + lime + poivre + dix minutes au four. Ne pas encore savoir comment prononcer kale. Revoir une amie un jour de pluie. Achats hilarants lorsque beaucoup drunk (180$ de fausse urine !). Lire un thriller piqué à ma belle-fille. Manger des sardines trop salées avec un mec qui parle de sa copine et de ses corsets. Écouter Romy & Michele et ne pas comprendre pourquoi je n’ai pas porté de paillettes à mon conventum (je pense que c’est juste que j’avais grossi et que j’avais décidé de magasiner une nouvelle robe deux jours avant le conventum, oups). Travailler dans un beach club à Vegas. Limonade + rosé. Choses super graves qui vont arriver si absence de cell.

Bonne semaine y’all ! Bisous !

Lundi oui oui oui: marelle et striptease au bord de l’eau

août 4, 2015

Kagari

Je sais pas encore quoi faire avec les dix zucchinis de mon panier de légumes, sauf les enrober d’un condom vegan. Et les manger avec une tartinade au tofu, surtout ça, surtout les manger avec une tartinade, sans condom ni mouille.

Ce que j’aime plus qu’oublier mon ordinateur deux semaines chez mes parents :

Salade aux bleuets et piscine chez un ami de mon mec, dont la femme raconte les meilleures histoires de ressources humaines aux prises avec un serial explosive shitter. Jouer à la marelle dans la ruelle. Faire semblant de me perdre. Controverses sur pellicule. Orages. Viol à l’opéra. Parler de serviettes sanitaires en tissu et de trip à trois avec deux copines dans ma cour. Visite surprise de mes petits frères. Anaconda remixé en hymne environnemental contre Unilever: « They dumped their waste in the local shrubbery/Now that’s some toxic shit./By the way, what’d they say?/That their factory was safe as day./They don’t trust a word of what the workers say. » Striptease sur le quai au chalet. Crème glacée DIY avec une banana seulement.

Bonne semaine y’all !

Bisous à l’eau pétillante à l’orange ! (Achetée cet aprem, pendant que mes enfants déballaient des œufs Kinder en cachette à la pharmacie. Ostie.)

Lundi oui oui oui: activité paroissiale et Femen

juin 30, 2015

gateau glacé pour chien

Je reviens tout juste de faire du jogging (je me sens top, ne riez pas, même si je cours pendant trente minutes max et que je passe par les ruelles tant que je ne serai pas fière de mes enjambées irréprochables) (en tout cas j’aime mes bas) (ils sont jaunes à rayures noirs et me montent aux genoux), et ma fille m’a accueillie en criant qu’elle venait de faire un pet sauce.

Ce que j’aime plus que laver une petite culotte plutôt que de prendre une douche quand je suis en sueur :

Pique-nique paroissial. Couronnes de fleurs chez Ardène pour faire semblant que je suis Femen. The O.C. en spectacle musical. Promener un bull mastiff. Mariage de deux personnes incroyables. Gâteau glacé pour chiens. Écrire dans ma cour, le soir, avec le vent entre mes jambes pour me caresser. Belle-fille de retour de Lyon et ses lectures de Love Song, Histoire de la folie à l’âge classique, Journal d’un vieux dégueulasse.

Et une chronique de pupilles dilatées et pizza aux épinards, par une demoiselle qui se propose d’écrire un journal intime, mais public :

« On m’a déjà dit ; wow, t’as un congélo d’adulte.

On m’a déjà dit ; félicitations fille, ta salle de bain est vraiment propre.

Pis c’étaient deux des plus beaux compliments que j’ai reçus dans ma vie. »

Bonne semaine y’all !

Lundi oui oui oui: poils pubiens et Parc Safari

juin 23, 2015

les filles ne rient jamais

les filles ne rient jamais 2

Je bois du Gatorade dans une coupe de vin orange en me faisant croire que c’est super festif et que c’est aussi rafraichissant que le rosé que je me permettrai de boire juste dans deux heures. Je me fais croire aussi que c’est pas bourré d’aspartame et que ça ne me causera pas de désordres neurologiques tel qu’exposé dans le documentaire Hungry for Change (c’est vraiment bon ! j’y ai appris que certains pilotes d’avion évitent de boire du coca zéro avant un vol, car ils craignent les effets secondaires pouvant genre faire exploser leur cerveau !).

Ce que j’aime plus que de faire l’épicerie en devinant qu’au moins la moitié des aliments on sale sont plus mortels que les drogues dures :

Texter ma copine végétarienne quand je deviens parano. Petite culotte blanche portée par une actrice asiatique way too excitante. Poils pubiens – à raser sans pression, à garder for the fun and beauty of it. Aller dans des jeux d’eau toute habillée. Croire que je suis en symbiose avec une antilope du Parc Safari parce qu’elle allaite son bébé antilope en même temps que j’allaite mon fils. Mode rigolote mais questionnable près des balançoires. Parler de femme fontaine avec un ami de mon mec. Nouvelle bande dessinée de Zviane. Les filles ne rient jamais. Féministe contre la prostitution qui devient pro-décriminalisation de la prostitution et qui explique pourquoi dans Playboy.

Bonne semaine y’all ! Cheers ! (Bientôt le rosé, yeah !)

Lundi oui oui oui: Casa Corfu et voeux de mariage

juin 16, 2015

livre clickbait 2

livre clickbait 1

tim-hunt-sexist-remarks-women-respond-scientists-51

Mes enfants ont fait semblant d’être des chiens et ils ont levé leur jambe à chaque poteau sur la rue Masson, prétextant faire pipi toutes les vingt secondes. Je me suis trouvée très patiente et sans crédibilité aucune pour le prix de maman role model de l’année. Mais who care. Après ils sont allés se foutre les mains dans une machine à café.

Ce que j’aime plus que de répéter à mes enfants que le café, c’est poison pour leurs yeux :

Weekend d’anniversaires d’enfants avec parents sympas et beaucoup de bulles. T-shirt hypocampes de ma maman. Rétrospective hommage à Betsey Johnson. Jogger avec un bouquet de fleurs dans les mains. Ruelles. Livres avec des titres qui attirent plus de clic. Me promener avec mon fils main dans la main. Apercevoir une femme au buffet Casa Corfu, portant un t-shirt à l’inscription Vegan – no way, pas à la Casa, chérie. Scientifiques qui répondent au sexisme d’un mec qui a gagné le Nobel pour autre chose que son attitude de shit face aux femmes dans les laboratoires.

Et des vœux de mariage, trouvés dans la rue, par un ami. Touché, il a trouvé les mots trop personnels pour être mis sur son compte Instagram. Je ne vous en dévoile qu’un passage, de ces vœux adressés à une honey bunny :

« I love everything about you, I especially love the small things ; like how you translate French expression in English unsuccessfully sometimes, or how you prepare dinner plates like pieces of art. »

Bonne semaine y’all! Bisous au Gatorade!

Lundi oui oui oui: chambres pour pleurer à Tokyo et mousse au choco

juin 9, 2015

gang Nouvelle-Zélande

reversed centaure

Je viens de recevoir des pyjamas de pompier pour mon fils et je suis super heureuse. J’ai hâte de lui montrer et qu’il fasse des grands yeux et qu’il applaudisse. Je ne sais jamais s’il réagi très fortement pour me faire plaisir ou si c’est un garçon pour qui tout se doit d’être plus qu’épatant – les fleurs, la couleur rouge, les rice krispies aux guimauves roses, les camions – ou plus que mortel – une botte perdue, un non de ma part, son nez qui coule.

Ce que j’aime plus que renverser mon skinny vanilla latte :

Reverse centaure, trouvé sur la page Facebook de Kraddy. Mousse au chocolat au congélateur. Siestes. Histoires antropologiques de poor little rich women de New-York. Marcher sous la pluie avec mes enfants, pas courir, juste marcher et me laisser mouiller. Chambres pour pleurer à Tokyo – je connaissais les love hotel, mais pas les crying rooms. Conversations au parc avec une maman qui part parcourir l’Europe et l’Asie, sans plan prédéterminé, avec son chéri et sa fille. Jouer avec des lampes de poche. Photos de la plus grosse gang de Nouvelle-Zélande. Irriter mon clito parce que je me touche trop. Regarder un film en matinée en espionnant mes voisins. Aller à l’église quand il n’y a pas de messe.

Kathleen Hanna

Et un article avec une constatation rentre-dedans sur le féminisme :

« Le féminisme s’est essentiellement construit sur l’opposition non seulement vis-à-vis des putes, mais aussi vis-à-vis des mères : alors que certaines ont pu clamer « ni putes ni soumises », il semble que plus nombreuses encore soient celles à avoir construit leur féminisme sur un « ni pute ni mère ». Ainsi, la question de la contraception et de l’avortement a été bien plus investie que celles de l’accouchement ou des allocations familiales. Les groupes de travailleuses du sexe, de même que les groupes de mères, sont toujours restés très à la marge du féminisme, alors même que leur situation constitue un point de départ exemplaire pour penser la condition des femmes. La campagne pour un salaire au travail ménager permettait donc de lutter contre cette marginalisation, en rappelant la valeur de ce travail. Surtout, cette campagne permettait de mettre en lumière, que partout où il y a exploitation, qu’il s’agisse de l’usine, mais aussi du foyer, du bordel ou du trottoir, alors il y a la possibilité d’une lutte. »

Bonne semaine y’all ! Bisous au Perrier au citron + gin !

Lundi oui oui oui: bals et sérénade dans la rue

juin 2, 2015

Gillian Laub 2

Gillian Laub

J’ai de la gouache entre chacun de mes ongles, j’écris, mon ordinateur sur une nappe tachée par les dix derniers repas de mes enfants, mais who care, dans quelques heures je me ferai lécher.

Ce que j’aime plus que de porter des chaussettes trempées par la pluie :

Chansons de Félix Dyotte. Photos des bals de finissants ségrégationnistes. Mettre du vernis rose fluo à mes enfants. Robes qui montent haut haut haut dans le vent. Nouvelle amie par un jour de pluie et de confidences (hello à L., son amoureux qui lui a fait découvrir mon blogue). Écraser mille noix d’acajou. Tente dans la maison pour jouer aux Barbies et prétendre qu’il y a des tornades dehors, partout, sauf là, dans la tente, les enfants et moi qui nous tenons par les chevilles, pour ne pas nous envoler. Les livres de cuisine les plus déprimants du monde entier. Mec un peu fou dans la rue qui sérénade ma belle-fille, qui ne bronche pas, le regardant à peine, mangeant du popcorn de la bonbonnerie Fou Délice. Maison de retraite pour travailleuses du sexe mexicaines. Parties de baseball de mes frères. Raccourci qui mène à un balcon à Montréal. Revoir une amie et pour la première fois sa chérie d’un mois.

Et un article par Rose-Aimee T. Automne Morin, une fille hilarante, touchante, qui connait par cœur les chansons des deux premiers albums des Respectables, sur les personnes qui ont dix spécialités et qui les affichent fièrement all over the place : « Je suis jalouse, alors je m’octroie un titre pour chaque conférence Ted regardée en ligne. »

Bonne semaine y’all ! Bisous au skinny vanilla latte !

Lundi oui oui oui: sexe anal et crêpes au brie

avril 7, 2015

Catherine Robbe-Grillet photographiée par Bettina Reims

Rupi Kaur

penis fleuris

Je change l’eau du vase des fleurs arc-en-ciel que ma fille a choisies pour égayer des courses dans un supermarché. Je me verse mon premier verre de vin blanc de la soirée, après avoir tchatté avec une copine nouvellement célibataire, parce qu’elle avait refusé de prendre part à un trip à trois avec son ex-chou et la meilleure amie de son ex-pas-si-chou.

Ce que j’aime plus que répéter à ma belle-fille que non, Pâques n’est pas le jour de la naissance de Jésus :

Vidéo sur le sexe anal. Petits mots doux de mes petits frères. Weekend avec cowboy, crêpes au brie et signets en papier de Marie-Christine Mora. 98% des travailleuses du sexe contre une pénalisation des clients, que ce soit des travailleuses du sexe migrantes ou 100% made in France. Dormir jusqu’à 10h avec mon fils, nos deux têtes sur mon oreiller, son haleine encore si douce soufflée sur mon visage, son haleine de lait et de vanille. Rupi Kaur et ses photos de menstrue. Belle-sœur qui me donne une bouteille de mon mousseux préféré. Coussin avec des pénis fleuris. Entrevue avec une dominatrice française exceptionnelle, la veuve de l’auteur Alain Robbe-Grillet, âgée de 83 ans. Avoir envie de recommencer à courir et à sauter partout. Monique Lo.

Bonne semaine mes poulains et mes pouliches ! Bisous !


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 205 autres abonnés