Archive for the ‘i love magazines’ Category

Petite poupée tarifiée par envie

juin 22, 2010

Dans le Summum Girl le plus récent, il y a un article sur l’amitié homme-femme, des photos de gars presque nus et quelques mots sur mon livre Escorte!

À lire en caressant des couilles, en taquinant des mamelons, ou en salivant sur un popsicle fraise-kiwi, comme moi!

L’éclairage fluorescent est avantageux pour la production de testostérone

juin 19, 2010

Je lave mon vibro avec le nettoyant doux Simple et Net, je me couche sur mon lit, les draps défaits, je ferme les yeux, et j’imagine des joueurs de soccer nus dans le vestiaire, ça m’excite, mais pas assez, j’imagine ma meilleure amie dans le vestiaire, avec les joueurs, sous la douche, le corps tout mouillé.

Je tremble après avoir imaginé ma meilleure amie jouir trois fois, et je vais dans mon bain, lire le Cosmopolitan du mois de juillet, ma lecture traditionnelle avec bulles moussantes Bella Pella.

J’y apprends que the average number of sexual partners for heterosexual men is 7; for heterosexual women, it’s 4, que wearing 2-inch heels may improve the strength of the pelvic muscles, which in turn helps you orgasm et que a University of California study found that men who were exposed to an hour of fluorescent lighting, experienced a spike in hormone that triggers testosterone. Man, il me reste plus qu’à porter seulement des talons de six pouces et plus pour avoir des orgasmes-à-réveiller-toute-la-ville-de-Montréal, et à genre trainer tous les mecs que je connais dans les toilettes d’un McDonald ou dans un centre commercial, pour la présence too much excitante d’un éclairage fluorescent.

Je dépose le magazine sur le tapis de bain, je mets ma tête sous l’eau, je me rentre un doigt, deux doigts, je retiens ma respiration. Je reprends ensuite le magazine et je rigole en lisant que certains mecs baptisent leurs couilles de façon trop originale : Lolly et Pop, Fire et Ice, The Globetrotters, Winston Churchill et Ghandi.

Je sors du bain, j’enroule une serviette autour de ma tête et je me souviens que j’ai déjà eu un client qui avait surnommé ma chatte Diamant. Je me ferai pas tatouer ça sur une de mes grandes lèvres.

Les sucettes, c’est l’accessoire qui sera jamais out

juin 11, 2010

Pendant que j’attendais mon petit frère Gabriel à l’aéroport, j’ai eu beaucoup de plaisir à photographier l’article sur moi dans Dernière Heure (il y a des photos de la chienne que j’avais à un an! et des photos de moi qui joue à la marelle!), à lire sur la saga Malenfant, à boire de la Red Bull avec mon petit frère Philippe, à rigoler des gens habillés en coureurs automobiles et à me demander si je devais piquer ou non un sandwich chez Subways.

J’ai rien piqué, mes frères ont commandé des poutines au poulet dès que nous sommes sortis de l’aéroport, et ils m’ont promis autant de bouchées que je le voulais. Je love ma famille.

J’aime le gloss qui goûte le chocolat et les oiseaux capables d’ouvrir un livre

juin 5, 2010

Laurence Payant m’a rencontrée il y a quelques temps, à la boutique de cupcakes Petits Gâteaux, sur la rue Mont-Royal. Gênée de l’avoir fait attendre une dizaine de minutes, elle a été super chouette anyway et elle m’a posé des questions sur ma marque de gloss préférée, la sexualité des jeunes d’aujourd’hui, et mon côté quétaine. 

En voici un extrait mais il faut absolument que vous lisiez tout à l’adresse du magazine web de Soundbeat Mag : http://www.soundbeatmag.com/loisirs/livres/6527.html

« LP : Justement, tu écris que le métier d’escorte a été un élément bénéfique dans ta vie, qu’il t’a permis de grandir, de développer ta féminité et de mieux comprendre les hommes même. Toutefois, c’est également un métier à double tranchant non? Il a justement nui à ta relation avec ton mari Samuel?

MN : Oui, c’est vrai que c’est triste par rapport à Samuel. Samuel, je l’ai épousé parce que c’était vraiment dans mon idée naïve de l’amour!  Il a été mon premier chum, je le trouvais plus intelligent que moi, il écrivait des chansons, il jouait de la guitare…Dans ma tête de petite fille de 15 ans, je croyais avoir les mêmes idées plus tard dans la vie mais ce n’était pas le cas.

Ce n’était pas juste d’admirer quelqu’un qu’il me fallait ou encore d’avoir seulement un meilleur ami, ce n’est pas ça avoir un mari pour moi. Nous avons décidé de nous marier après avoir eu une mauvaise relation sexuelle, donc déjà ça partait mal notre histoire.

C’est triste parce que je crois que c’est une personne qui m’a montré une très belle preuve d’amour en acceptant que je fasse ce métier là, je crois qu’il savait que si je ne le faisais pas je n’aurais pas été bien dans ma peau et qu’il me perdrait sûrement. Je crois qu’il a accepté pour me montrer qu’il avait confiance en moi et qu’il m’aimait. Ça nous a perdus finalement…»

Et allez voir l’oiseau de Tweeter en snuggie en train de lire mon livre Escorte, un dessin exécuté par le chanteur électro-pop du groupe Pellep Pellep Pellep, monsieur Petit Petit Gamin : http://twitpic.com/1tzmr2 et http://petitpetitgamin.com/

Certaines filles jouissent en imitant des alpinistes ou des marins

juin 3, 2010

 

Dans le Cosmopolitan du mois de juin, avec Pink sur le cover qui parle du pénis de son mari, il y a les résultats d’un sondage sur les orgasmes. Trente pour cent des mecs pensent que les femmes avec qui ils ont baisé n’ont jamais faké un orgasme. Mais soixante-et-onze pour cent des femmes avouent avoir déjà faké. Gosh. J’ai tellement un visage ridicule quand je jouis (j’aime me regarder sur des sextapes, je me trouve super jolie à quatre pattes sur un lit ou avec une bite dans la bouche, mais mon visage, quand je jouis, c’est pas super flatteur, j’accepterais pas de me faire photographier comme ça à moins de me faire payer très très cher). Je réussirais jamais à imiter ma face-de-jouissance-extrême (comme je réussirai jamais à trouver un imperméable qui me fait bien, mais ça, c’est un autre problème, que je tenterai de résoudre one day, en piquant un trench coat Burberry).  

Enfin bref, les mecs ont révélé comment ils pouvaient déterminer que les pétasses dans leur lit-contre leur mur-sur la banquette arrière de leur auto ne faisaient pas semblant :

 1. « She curses like a sailor. »

2. « She starts having body spasms like she’s in the middle of an exorcism. »

3. « You can take a dental impression from the teeth marks on my shoulder. »

4. « She digs her fingers into my back like a rock climber. »

Je fais semblant d’être une femme fatale devant mon miroir

mai 22, 2010

Maquillée par Anabelle Deschamps, une pin-up aux tatouages les plus mignons du monde entier (un Bambi transformé en licorne! un cupcake! les roses d’Alice au Pays des Merveilles!), j’ai posé pour Jean Langevin, dans les studios de TVA, encore une fois dans une robe Kollontaï, style flamenco-boudoir, pour une entrevue qui se retrouvera bientôt dans le magazine Dernière Heure.

Anabelle m’a parlé des pornstars qu’elle maquille sur des plateaux de tournage, et Jean m’a trouvé un méga gros suçon rouge et rose. C’était super plaisant, même si j’avais honte de pas m’être bien rasée les jambes – l’éclairage dans ma salle de bain est total déficient. Après le shooting, j’ai piqué un Échos Vedettes, j’ai lu mon horoscope, et j’ai englouti un sandwich vietnamien en deux secondes.

Dans le 7 Jours, il y a aussi une recette de smoothie Régal à la courge

mai 22, 2010

Dans le 7 Jours de cette semaine, vous pouvez me voir habillée en gentille libraire.

Pour mes lecteurs français : Escorte est en librairie depuis le 19 mai, et je suis adorablement trashy et glam dans les magazines New Look et Closer.

Bon weekend y’all! Le soleil sur mes épaules me fait total du bien et je me sens chaude dans une longue robe corail. Cheers à ceux qui regardent le match des Canadiens de Montréal en buvant une bonne bière fraîche!

Après avoir été pute, je peux pas être une sainte, mais je sais bien m’agenouiller, et lire

avril 21, 2010

Je me suis achetée un nouveau chapelet, j’ai partagé de la vodka avec une fille en crise parce qu’elle vient d’avoir trente ans, je ne me suis pas épilée les sourcils, et j’ai trop utilisé mon vibrateur, après trois jours les piles étaient mortes, je ne pouvais plus le prendre pour me faire jouir sauf si je me le rentrais profond dans le cul en jouant avec mon clito. Je me suis achetée un nouveau chapelet, et j’ai lu, des Marie Claire et des livres de Philippe Vilain, de Philip Roth, et de Wendy Delorme.

Je vous offre un extrait de Insurrections en territoire sexuel, un manifesto donné en cadeau par une personne oh so incroyable, de Miss Wendy-la-lesbienne-blonde-top-excitante-Delorme, avant de vous raconter un peu plus mon séjour dans un monastère too much sweet à cause des réserves infinies de croissants et de danoises dans la cafétéria :

« Je suis venue vous parler d’amour parce que ce n’est pas toujours là ou on croit que ça se trouve, ou on voudrait le trouver, parce qu’on oublie qu’en fait c’est partout autour de nous, et d’abord dans nos mains, dans nos bouches, dans nos regards, et dans la chatte de notre meilleure amie. »

Elle écrit aussi des trucs délicieusement engagés, sur les gros crucifix à la Madonna, portés dans le cou à l’école, et les filles voilées, menacées d’être exclus de l’école publique:

« L’amour du prochain s’arrête ou commence le sentiment national.»

Et juste pour dire, je me suis pas sentie du tout mal, de mouiller dans un monastère. Et j’ai laissé mes Maxim et mes Cosmopolitan pour les sœurs bien gentilles, et espérons, un peu perverses.

Ne pas suivre les conseils de nymphos droguées au café au lait écrémé dans les magazines

mars 24, 2010

J’ai jamais testé les trucs de Cosmopolitan, vous savez les trucs que j’énumère parfois pour rigoler avec vous d’un magazine qui croit vraiment que les filles ont besoin de cent raisons pour étendre de la crème fouettée entre leurs fesses ou de cent cris d’animaux à imiter lors d’un orgasme faké.

Un journaliste américain, Mister Marty Beckerman’s, a décidé de se montrer courageux et de tester les conseils de Cosmopolitan, afin de convaincre les filles de ne jamais passer un peigne sur les couilles de leur mec, ou de foutre du poivre dans leurs narines (j’invente pas, y’all).

Admirez sa témérité sur vidéo : http://thegloss.com/sex-and-dating/i-tried-cosmo-sex-advice-and-lived-to-tell/

Je suis romantique quand je parle pas de mes poils d’orteils

mars 22, 2010

« Men are bad multitaskers, so don’t make us profess our feelings for you and have sex at the same time. You won’t be getting the best we have to give on either score. »

C’est le premier conseil de Twelve things guys wish you knew in bed, un article du Glamour spécial avril 2010, dans lequel j’ai aussi appris qu’il était encore plus important de se brosser les dents que de se passer la soie dentaire (sans joke, il y a genre trois cent mots sur ce sujet preoccupant).

Traitez-moi de wannabe romantique ou de fausse bête de sexe, mais si je baise avec Alexandre Le Grand, j’adore qu’il me regarde, dans les yeux, et qu’il me dise qu’il m’aime, la queue profondément enfoncée dans ma petite rondelle, ou dans ma chatte total trop mouillée vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et je croirai jamais une seconde que les mecs sont de mauvais multitaskers : fuck moi je suis capable de faire genre trois trucs en même temps (me faire couler un bain-m’épiler les sourcils-prier pour la paix dans le monde), tandis que tous les mecs que je connaisse sont capable de faire beaucoup plus de trucs que moi (style vouloir me couler un bain avec extra mousse-me préparer un cheeseburger-bander-me mordre la nuque-penser à Barack Obama-prier pour que mes implants éclatent jamais-trouver que je marche bien qu’en talons hauts-détester les vibrateurs trop gros et trop réels-gager sur le résultat d’un match sportif-fredonner faussement une chanson de Radiohead).


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 212 autres abonnés