Archive for the ‘Alexandre La Graine’ Category

Tue-l’amour numéro un

décembre 15, 2014

side sex

Je suis couchée sur le côté, au lit, dans la pénombre.

Mon mec me pénètre, pour une deuxième fois ce soir, et je me sens mouiller et couler, entre mes cuisses.

Il le sent aussi, glisse ses doigts entre mes cuisses, me touche la chatte, avec un doigt, deux doigts.

Il me prend les fesses et il me dit: “C’est mon foutre, qui coule.”

Et j’ajoute: “C’est pas juste ton foutre.”

Je voulais dire “C’est-pas-juste-ton-foutre-c’est-ma-mouille-aussi.”, mais j’ai juste dit “C’est pas juste ton foutre.” et je crois que ça a un peu trop sonné comme “C’est pas juste ton foutre, c’est celui d’autres mecs aussi.”

Oups.

source photo: woman of no importance

V comme vaseline et vasectomie

décembre 8, 2014

vasectomie

Je sais que mes amies sont parfaites, quand elles pensent même à envoyer à mon mec des petits mots lors de la journée de la vasectomie (des survivants de la vasectomie en ce qui concerne mon mec) (WTF je ne savais même pas qu’une telle journée existait).

 

Un obstacle majeur pour une petite vite

novembre 27, 2014

on top

En t-shirt pêche translucide, je monte sur mon chéri, assis sur le canapé du salon, à lire son horoscope chinois.

Je lui dis: “J’ai envie d’être par sur toi, au lit.”

Je me penche pour l’embrasser. Je sais que je sens la crème sûre et la sauce tomate, mais je me trouve sexy anyway.

Il me regarde et il dit: “Je dois vraiment aller faire pipi.”

Source photo: Single Hunk

Le goût

octobre 30, 2014

meringue

À 8h, il goûtait sucré, il goûtait la meringue.

À 9h, il goûtait plus la crème sûre, mais très légère.

Il est parti se coucher tôt, il est fatigué ou enrhumé, je ne le réveillerai pas pour goûter une troisième fois son foutre. Mais il m’a fait promettre de le réveiller, lorsque j’irai me coucher, pour que je me colle contre lui, toute chaude contre ses rêves.

Crème ou mouille?

octobre 6, 2014

gravlax

Mon mec avait acheté un gros saumon au Costco (ça vous excite aussi, han?) et il a avait préparé la veille du gravlax. Et des bavettes aussi, mais ça me tentait moins que le gravlax, pas juste parce qu’ils les avaient faites mariner, puis qu’il les avait oubliées quelques heures sur le comptoir.

Dans la chambre, nous avions repoussé la couette et il avait commencé à me lécher, puis à m’écarter les jambes pour me pénétrer, avant de revenir le nez contre mon pubis (ça aussi, c’est un mot aussi excitant que Costco, han?). Après avoir dardé sa langue en moi, il me l’avait montrée, elle était toute recouverte de ma mouille, blanche et épaisse.

-Tu penses que je devrais la prendre pour le gravlax? Au lieu de la crème?

Du thé vert au miel pour contrôler les dangers d’un baiser

août 7, 2014

J’ai hésité à embrasser mon mec ce soir.

Nous étions au lit, je l’attendais, il se couchait tôt. Il était fatigué et il avait bu un rhum et coca pour tenter de contrer un mal de gorge, pendant que sa grande fille écoutait un film français qu’elle trouvait incroyablement drôle et que je trouvais incroyablement con.

Quand il a décidé d’aller se coucher, je l’ai suivi, en écornant la page d’un roman policier que ma mère m’avait prêté. Je me suis déshabillée, j’ai hésité à attendre mon mec nue sur la couette ou nue sous la couette, puis j’ai remis ma petite culotte, parce que je l’aimais bien et je voulais que mon mec la remarque – et me l’enlève.

Je trouve ça excitant, me faire enlever au moins un morceau de vêtements. Et entre des shorts trop serrés difficile à retirer, et une petite culotte, je choisis la petite culotte, qui ne peut pas tuer le mood.

Une fois mon mec couché sur le dos, je me suis approchée, pour l’embrasser. Il a commencé à parler, je croyais qu’il allait me dire qu’il avait mal à la gorge, que je ne devrais qu’embrasser sa queue, genre. Et je m’en fouettais, de son mal de gorge. J’avalerais un thé vert au miel le lendemain matin, si jamais. Mais il n’a pas dit qu’il avait mal à la gorge.

Il a dit: “Attention, je ne voudrais pas que tu attrapes mes miasmes.”

Et j’ai trouvé le mot miasmes tellement dégueulasse que je l’ai embrassé, mais après hésitation, et très très vite.

(Je voulais aussi googler le mot miasmes mais je ne voulais pas m’écoeurer plus, alors je ne l’ai pas fait.)

La honte

mai 19, 2014

lapins

C’est le genre de truc que Cosmopolitan recommanderait. Cosmopolitan comme dans la revue-qui-dit-aux-mecs-d’utiliser-un-aspirateur-sur-le-clito-de-leur-petite-copine.

Ce qui explique que j’ai quasi honte de vous le raconter. Mais who care. (J’ai quand même un peu honte.) (Mais c’était le fun, so.)

Mon mec venait de terminer son lapin de Pâques. Attaché autour du cou de son lapin en chocolat noir, un petit ruban brun, avec un grelot doré. Je vous jure que je ne sais pas comment c’est arrivé, mais le ruban s’est retrouvé autour de la queue de mon mec.

Et ça m’a excitée.

Je sais, c’est embarrassant. C’est vraiment digne de Cosmopolitan.

J’ai sucé mon mec, vraiment trop motivée par le ruban qu’il avait sur la bite. Si le grelot avait tinté contre ses couilles, j’aurais été encore plus heureuse, c’est sûr.

Du foutre ou une bouteille de vin

avril 30, 2014

strip

Depuis trois jours, je suce mon mec dès que les enfants sont couchés. Genre à la minute où je ferme la porte de la chambre de Mini Dragon, je demande à Alexandre Le Grand de baisser ses pantalons. Il me trouve très cochonne et il me le dit, en caressant mes cheveux ou en me demandant de lécher les dernières gouttes qui perlent au bout de sa bite.

Je lui retorque que je ne suis pas cochonne, je suis juste stressée. Et really, rien de mieux que sucer pour se sentir mieux asap.

(No worry, je suis juste stressée pour des conneries, genre je veux que mes enfants dorment bien et qu’ils ne se réveillent pas pendant que je suce leur papa.)

source de l’illustration: Sam

 

 

Tous les 23 novembre

décembre 10, 2013

 

moiécureuils

Nous ne savons pas quand nous nous sommes vus pour la première fois, c’était le mois d’août, après une semaine à Santa Monica pour moi, après une semaine à Tremblant pour lui. J’ai oublié la date de notre première sortie au restaurant, c’était sans doute au mois d’août aussi, ou en septembre. Je sais toutefois que c’est fin novembre, le 23 novembre, il y a huit ans, que j’ai choisi d’aller vivre avec lui, et donc, comme ça, c’est le 23 novembre que nous célébrons notre couple.

La première année, il a dû vouloir rompre vingt fois. J’ai pleuré souvent, les pieds gelés, collés contre un radiateur, en retirant la pelure de clémentines, que je bouffais comme si c’était ce que j’avais besoin pour oublier la peur de le perdre, je mangeais des clémentines et je tentais de boire de la vodka à la framboise sans avoir envie de vomir.

Les autres années aussi, il a dû vouloir rompre quelques fois, et moi aussi, sans doute, mais je préfère oublier, sans clémentine ni vodka, je ne retiens que le bien, que ses bras toujours aussi bons pour s’y blottir, que ses envies, que les miennes, que nos cris, nos plaisirs, son foutre qui coule encore sur mes cuisses par surprise, trente minutes après avoir baisé, ou le lendemain, je suis obligée de me changer pour lui, de changer de culotte, pour son foutre, pour le tenter, toujours, je ne retiens que le bien, de lui et de moi, le poisson qu’il cuisine pour moi, nos promenades pour aller nulle part, nos enfants, les chapeaux qu’il laisse trainer.

Fin novembre, cette année, mes parents sont venus garder et je suis sortie avec Alexandre Le Grand. C’était une belle soirée, avec ses amis et plein de bruits et plein de drinks et plein de robes scintillantes au début, puis, après c’était juste nous, et des sushis et le silence et la nuit.

J’en ai parlé ici.

Caleçon multicolore à agencer absolument

juin 10, 2013

??????????

Une des raisons pour laquelle j’aime mon mec et qu’il me fait rigoler: il agence ses caleçons et ses bas. Quasi tous les jours.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 212 autres abonnés