Archive for the ‘Alexandre La Graine’ Category

Crème ou mouille?

octobre 6, 2014

gravlax

Mon mec avait acheté un gros saumon au Costco (ça vous excite aussi, han?) et il a avait préparé la veille du gravlax. Et des bavettes aussi, mais ça me tentait moins que le gravlax, pas juste parce qu’ils les avaient faites mariner, puis qu’il les avait oubliées quelques heures sur le comptoir.

Dans la chambre, nous avions repoussé la couette et il avait commencé à me lécher, puis à m’écarter les jambes pour me pénétrer, avant de revenir le nez contre mon pubis (ça aussi, c’est un mot aussi excitant que Costco, han?). Après avoir dardé sa langue en moi, il me l’avait montrée, elle était toute recouverte de ma mouille, blanche et épaisse.

-Tu penses que je devrais la prendre pour le gravlax? Au lieu de la crème?

Du thé vert au miel pour contrôler les dangers d’un baiser

août 7, 2014

J’ai hésité à embrasser mon mec ce soir.

Nous étions au lit, je l’attendais, il se couchait tôt. Il était fatigué et il avait bu un rhum et coca pour tenter de contrer un mal de gorge, pendant que sa grande fille écoutait un film français qu’elle trouvait incroyablement drôle et que je trouvais incroyablement con.

Quand il a décidé d’aller se coucher, je l’ai suivi, en écornant la page d’un roman policier que ma mère m’avait prêté. Je me suis déshabillée, j’ai hésité à attendre mon mec nue sur la couette ou nue sous la couette, puis j’ai remis ma petite culotte, parce que je l’aimais bien et je voulais que mon mec la remarque – et me l’enlève.

Je trouve ça excitant, me faire enlever au moins un morceau de vêtements. Et entre des shorts trop serrés difficile à retirer, et une petite culotte, je choisis la petite culotte, qui ne peut pas tuer le mood.

Une fois mon mec couché sur le dos, je me suis approchée, pour l’embrasser. Il a commencé à parler, je croyais qu’il allait me dire qu’il avait mal à la gorge, que je ne devrais qu’embrasser sa queue, genre. Et je m’en fouettais, de son mal de gorge. J’avalerais un thé vert au miel le lendemain matin, si jamais. Mais il n’a pas dit qu’il avait mal à la gorge.

Il a dit: “Attention, je ne voudrais pas que tu attrapes mes miasmes.”

Et j’ai trouvé le mot miasmes tellement dégueulasse que je l’ai embrassé, mais après hésitation, et très très vite.

(Je voulais aussi googler le mot miasmes mais je ne voulais pas m’écoeurer plus, alors je ne l’ai pas fait.)

La honte

mai 19, 2014

lapins

C’est le genre de truc que Cosmopolitan recommanderait. Cosmopolitan comme dans la revue-qui-dit-aux-mecs-d’utiliser-un-aspirateur-sur-le-clito-de-leur-petite-copine.

Ce qui explique que j’ai quasi honte de vous le raconter. Mais who care. (J’ai quand même un peu honte.) (Mais c’était le fun, so.)

Mon mec venait de terminer son lapin de Pâques. Attaché autour du cou de son lapin en chocolat noir, un petit ruban brun, avec un grelot doré. Je vous jure que je ne sais pas comment c’est arrivé, mais le ruban s’est retrouvé autour de la queue de mon mec.

Et ça m’a excitée.

Je sais, c’est embarrassant. C’est vraiment digne de Cosmopolitan.

J’ai sucé mon mec, vraiment trop motivée par le ruban qu’il avait sur la bite. Si le grelot avait tinté contre ses couilles, j’aurais été encore plus heureuse, c’est sûr.

Du foutre ou une bouteille de vin

avril 30, 2014

strip

Depuis trois jours, je suce mon mec dès que les enfants sont couchés. Genre à la minute où je ferme la porte de la chambre de Mini Dragon, je demande à Alexandre Le Grand de baisser ses pantalons. Il me trouve très cochonne et il me le dit, en caressant mes cheveux ou en me demandant de lécher les dernières gouttes qui perlent au bout de sa bite.

Je lui retorque que je ne suis pas cochonne, je suis juste stressée. Et really, rien de mieux que sucer pour se sentir mieux asap.

(No worry, je suis juste stressée pour des conneries, genre je veux que mes enfants dorment bien et qu’ils ne se réveillent pas pendant que je suce leur papa.)

source de l’illustration: Sam

 

 

Tous les 23 novembre

décembre 10, 2013

 

moiécureuils

Nous ne savons pas quand nous nous sommes vus pour la première fois, c’était le mois d’août, après une semaine à Santa Monica pour moi, après une semaine à Tremblant pour lui. J’ai oublié la date de notre première sortie au restaurant, c’était sans doute au mois d’août aussi, ou en septembre. Je sais toutefois que c’est fin novembre, le 23 novembre, il y a huit ans, que j’ai choisi d’aller vivre avec lui, et donc, comme ça, c’est le 23 novembre que nous célébrons notre couple.

La première année, il a dû vouloir rompre vingt fois. J’ai pleuré souvent, les pieds gelés, collés contre un radiateur, en retirant la pelure de clémentines, que je bouffais comme si c’était ce que j’avais besoin pour oublier la peur de le perdre, je mangeais des clémentines et je tentais de boire de la vodka à la framboise sans avoir envie de vomir.

Les autres années aussi, il a dû vouloir rompre quelques fois, et moi aussi, sans doute, mais je préfère oublier, sans clémentine ni vodka, je ne retiens que le bien, que ses bras toujours aussi bons pour s’y blottir, que ses envies, que les miennes, que nos cris, nos plaisirs, son foutre qui coule encore sur mes cuisses par surprise, trente minutes après avoir baisé, ou le lendemain, je suis obligée de me changer pour lui, de changer de culotte, pour son foutre, pour le tenter, toujours, je ne retiens que le bien, de lui et de moi, le poisson qu’il cuisine pour moi, nos promenades pour aller nulle part, nos enfants, les chapeaux qu’il laisse trainer.

Fin novembre, cette année, mes parents sont venus garder et je suis sortie avec Alexandre Le Grand. C’était une belle soirée, avec ses amis et plein de bruits et plein de drinks et plein de robes scintillantes au début, puis, après c’était juste nous, et des sushis et le silence et la nuit.

J’en ai parlé ici.

Caleçon multicolore à agencer absolument

juin 10, 2013

??????????

Une des raisons pour laquelle j’aime mon mec et qu’il me fait rigoler: il agence ses caleçons et ses bas. Quasi tous les jours.

Se faire comparer à un moine par son amoureux

avril 18, 2013

   vikings

Subject: Journée de fou
From: Alexandre Le Grand
To: Mélodie Nelson

Journée de fou mais je t’aime.

Subject: Poils
From: Mélodie Nelson
To: Alexandre Le Grand

Pauvre chou, courage! Moi je viens de tenter de me raser la chatte. Je pense que je n’ai pas trop bien réussi…ma chatte a sûrement l’air plus ridicule que bien tondue. Ne juge pas trop ce soir.

Subject: Re: Poils
From: Alexandre Le Grand
To: Mélodie Nelson

Lol, tu es comme le moine qui se coupe le crâne avec maladresse dans l’émission Vikings!!!!!

Subject: Re: Re: Poils
From: Mélodie Nelson
To: Alexandre Le Grand

Fuck! Tu vas me faire pleurer. Je ne me raserai plus jamais.

Remède contre la tristesse

avril 8, 2013

Un dimanche soir sur deux, Alexandre Le Grand reconduit Belle-Fille Princesse chez sa maman, après un weekend de carpaccio, de bicyclette dans la ruelle et de chansons de Jean-Louis Aubert.

Quand il revient il a toujours l’air très triste.

Ce soir, quand il est arrivé, il y a environ une heure, il s’est collé contre moi, son visage sur mon épaule.

-          Oh tu as besoin d’un câlin, han?

D’une voix de petit gars qui fait pitié, il a dit :

-          J’aurais surtout besoin que tu me suces la graine.

L’amour aujourd’hui ou pour la vie

février 13, 2013

melon

Avant, quand il n’était pas sûr d’aimer toujours, il m’écrivait je t’aime aujourd’hui, et je mangeais des clémentines, le corps presque trop mince contre un calorifère, dans un condo sans meuble, dans un condo en attente de nous.

Quand il m’écrit je t’aime pour toute ma vie, maintenant, je sais que ce ne sont pas des mots que n’importe quel amoureux aurait pu m’écrire trop rapidement, je sais qu’il connait ces mots, qu’ils ont été durs pour lui, qu’ils sont peut-être parfois encore durs pour lui, quand je parle bêtement à sa fille de huit ans, ou quand il souhaite vivre ailleurs, deux fois par année, je ne sais pas pourquoi, ça lui arrive, de vouloir partir, avec ou sans moi, de tout recommencer, comme si c’était possible, de tout recommencer.

Je ne peux pas m’imaginer recommencer quoi que ce soit sans lui.

Un orgasme comme déclencheur

octobre 10, 2012

Mes seins étaient contre la poitrine de mon chou, quand la terre a tremblé hier, à minuit passé. Nous étions couchés, j’étais par-dessus lui, il venait de se vider, et pendant un instant, alors que moi je croyais que la sécheuse des voisins était détraquée, lui pensait avec fierté que son orgasme avait déclenché un tremblement de terre.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 210 autres abonnés