Archive for novembre 2010

Obama, mimosa et dauphin coquin

novembre 17, 2010

Juste parce que j’ai été escorte, certaines personnes croient que je suis total pas impressionnable. Pourtant je suis la fille qui ouvre le plus souvent les yeux comme une biche en disant « Pour vrai? Pour vrai? » et qui s’extasie pendant toute une journée sur la photo d’un porc-épic en bottes de pluie.

Mes liens WTF préférés de la journée :

Un dauphin vraiment coquin :http://www.thefrisky.com/post/246-what-a-frisky-dolphin/#comments

Je veux du gloss au mimosa :http://thegloss.com/beauty/lip-elixirs-balm-that-tastes-like-alcohol-greases-your-lips/

Obama en poupée gonflable : http://wtfhub.com/2010/11/10-really-creepy-blow-up-dolls/

Je suis une future agente du FBI en manque

novembre 17, 2010

Ce matin je dors et je rêve que je suis une future agente du FBI et que mes parents m’ont invitée à aller skier et je suis contente mais affolée parce que j’ai pas encore pris de café et que je suis sûre d’être une mauvaise skieuse, sans caféïne, mais nous nous nous arrêtons devant une grosse maison, pas de montagne, pas de neige, et il y a une grosse fête et tout le monde se fait tirer dessus, et mes cheveux deviennent blonds et je sors de la maison, je traverse un champs, les autres filles avec qui j’étudie jouent aux cartes et me salue en me promettant de dire à personne ou je me rends et je choisis finalement de revenir à la grosse maison, et de faire semblant d’être morte, couchée sur le ventre, au lit, et j’entends le meurtrier rentrer dans la chambre et je pense mourir mais il commence à jouer avec mon clito, et à me rentrer des doigts dans le cul, et je sais que je suis chaude, et j’aime trop ses doigts, et au moment ou je crois qu’il va me défoncer un trou, mon mec me réveille pour me souhaiter une bonne journée.

Les jambes dans mes bas collants préférés, le clito gonflé, je l’embrasse et je me branle non stop pendant dix minutes.

Je vous promets des bisous en dédicaces

novembre 14, 2010

Je vous supplie à genoux de venir me voir au Salon du Livre de Montréal. J’y serai mercredi, jeudi, et vendredi, de 19h00 à 21h00, avec du baume Pink Poodle de MAC sur les lèvres, des sucettes, et peut-être du Baileys. Au stand 220.

http://www.salondulivredemontreal.com/

À crémer entre les cuisses

novembre 14, 2010

Récemment Jean-Luc Audet et Cindy Cinnamon ont suggéré des livres coquins à l’émission Famille 2.0. Cindy a parlé d’Escorte, j’étais trop contente, et d’Un Peu Après Minuit, écrit par Julie Beaulieu. Hot exposant mille.

À moi maintenant de vous suggérer un roman érotique, à lire dans l’autobus au lieu de vous endormir sur l’épaule de votre voisin, ou au lit, avec un gode bien enfoncé dans un trou : Ma reddition, de Toni Bentley.

Le résumé? Bien plus qu’un récit autobiographique, ce livre est avant tout un hymne à l’abandon. Abandon de soi quasi mystique afin de se livrer corps et âme à l’être aimé par le biais de ce que la chair a de plus intime, de plus secret à offrir : la jouissance anale. L’héroïne de ce bouleversant témoignage livre durant deux cent cinquante et quelques pages une ode passionnelle et passionnée à la sodomie dans ce qu’elle a de plus charnel et mystique à la fois.

Site de Cindylicious : http://cindycinnamon.wordpress.com/2010/11/09/v-tele-famille-2-0-television-planetx-presente-litterature-erotique/

Allumeuse?

novembre 14, 2010

Tout le monde sait que j’aime plaire et que je suis capable de parler de fellations pendant dix minutes anywhere – toilettes du McDonald, cabines d’essayage de Forever 21, animalerie -, mais je ne crois pas que je suis si allumeuse que ça. Je vous jure que j’ai jamais porté de t-shirt avec l’inscription Open 24h∕24. Et même si j’aime vous faire bander-mouiller-saliver, je vous enverrai pas un drunk texto en vous suppliant de me remplir la chatte asap.

Qu’est-ce que ça veut dire, faire l’allumeuse? Est-ce que c’est simplement vous montrer mes boules? Je me questionne depuis cette conversation que j’ai eu cet aprem sur Facebook.

MonsieurGrosseQueue

slt melo
just pr info tu prend combien pr la nuit

Mélodie Nelson

Je ne suis plus escorte.

MonsieurGrosseQueue

t sexy je v couché avc toi cava comme sa

Mélodie Nelson

Non, c’est cool que tu fantasmes comme ça, mais non, je suis avec un mec et je suis fidèle.

Bonne fin de journée! 

MonsieurGrosseQueue

m t allumeuse melo

merci bonne soirée a toi oci
enfet entre ns ton mec te satisfis???!!!!!!???
psq moi ya a voir bb lol

Je ne séduis pas en pyjama taché de ketchup

novembre 10, 2010

Entre un épisode de Dexter, la lecture d’un article trop émouvant dans Vanity Fair (deux alpinistes de vingt-deux ans meurent en escaladant le Mont Blanc, lors d’une journée parfaite), et les caresses que je donne à tous les matous de mon quartier, je donne une entrevue à Marilyne Veilleux, journaliste à l’Impact Campus.

En voici un extrait :

MV : Votre désir de plaire aux hommes est palpable dans Escorte. La séduction a-t-elle toujours une aussi grande place dans votre vie actuelle?

MN : Je ne sais pas si la séduction est aussi importante pour moi aujourd’hui. Sans doute. Je m’affiche beaucoup sur mon blogue, et ça me rend heureuse quand les gens font des commentaires positifs sur mon moi. Mais c’est de la séduction dans un contexte ludique. Je m’amuse avec mes limites, avec un personnage qui est moi et pas moi. Je trouve ça important de me trouver belle. Je me maquille même si je reste chez moi pendant la journée, et je suis incapable d’écrire si je suis habillée en pyjama ou en jeans tachés par du ketchup de cheeseburgers.

Pour la suite : http://impactcampus.qc.ca/index.php?etat=section&section=1&article=279

Une bière comme strap-on

novembre 9, 2010

Au lancement du nouveau Urbania, un spécial Escrocs, la semaine dernière, à la Cinématèque Québécoise, je me suis amusée à parler de chick lit lesbienne, de mon manque de Perrier aux pamplemousses roses, du pouvoir de séduction des fossettes, d’un mec en casquette craquant qui m’avait offert une bière alors que je pensais qu’il ne faisait que déposer la sienne à côté de moi, et de roman Harlequin.

Ma copine extra Vania m’a photographiée alors que je prétendais que ma bière était une bite à avaler très rapidement.

Blogue de Vanialicious : http://vanialarose.wordpress.com/

Défi : tenter de persuader mes parents de transformer le cabanon en maison pour canards

novembre 7, 2010

Au chalet de mes parents, je crois entendre un canard. Je ne prends pas le temps de mettre mes bottes, ni un manteau, et je cours en pyjama à motifs de penguins vers le lac, avec du pain dans les mains. J’aime encore plus les canards que le dernier Vanity Fair.

J’ouvre ma bouche pour bouffer de la saucisse et raconter mes rêves

novembre 7, 2010

Après avoir splashé du ketchup dans ma face comme si c’était une semence divine, je raconte à mon mec ma nuit très excitante : « J’ai rêvé que je voulais sucer un mec, mais je ne pouvais pas parce que je n’avais pas ma teinte préférée d’ombres à paupières. »

J’avale mieux le foutre que les shooters au rhum

novembre 7, 2010

À l’entrée du Edgar Hypertaverne, je prends le journal Rue Frontenac et le Voir, parce que Sarah Lee m’a dit d’y regarder les seins en noir et blanc d’une comédienne qu’elle n’aime pas. Je retire mon manteau, je le dépose sur une banquette et je salue Alexandre Le Grand et un de ses amis, Brian, avant de me diriger vers la salle de bain.

Je vois le deejay, Renart Léveillé, nous nous embrassons, et je vais vérifier si mes tétons sont tout durs et si la pluie n’a pas rendu mes cheveux affreux. Je me remets du gloss, je remonte ma jupe dorée American Apparel dorée sous mes seins et je tente d’avoir une démarche sexy même si je suis en ballerine et non en souliers à talons de trois pouces – je ne m’y habitue pas, je suis faite pour avoir les pieds souffrants dans des souliers de salope.

Alexandre Le Grand me dit que ma jupe ressemble à celle d’une patineuse artistique. Je lui fais une grimace, et je cherche des yeux une serveuse. Brian me présente ses amis, un couple résidant à Montréal depuis fin avril, un mec aux cheveux frisés, et un autre avec des yeux noirs et coquins – je craque, que des Français autour de moi. Le mec aux cheveux frisés demande à Alexandre Le Grand comment il a connu Brian. Alexandre Le Grand répond : « C’est le mec que je payais pour me sucer dans la rue. » La fille, qui joue à écraser des glaçons avec la paille de son verre de Perrier, relève la tête et commence à rigoler comme je voudrais rigoler, et comme je suis sûre que Marilyn Monroe rigolait, d’un rire pétillant et crystallin.

(Moi je ris en faisant parfois des bruits de cochon en rut. Féminité de danseuse de gigues qui se déguise en princesse, oh oui.)

Une serveuse aux gros seins dévoilés par un cardigan détaché nous amène des shooters. Incapable de vider mon verre d’un coup, je donne le reste à Alexandre Le Grand, et je me tourne vers le mec aux yeux foncés : « Je suis nulle pour avaler. Il en reste toujours quelques gouttes. Ou je m’étouffe. Je peux te suivre aux toilettes si tu veux m’aider à être meilleure ? » Je n’attends pas sa réponse, et je fouille dans ma sacoche, pour en retirer des sucettes en forme de queue.

Blogue de Renart: http://www.renartleveille.com/


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 206 autres abonnés